En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Symptômes et complications de l'érysipèle

Mis à jour : Mercredi 21 Décembre 2016

Quels sont les symptômes de l'érysipèle ?

L’érysipèle est une maladie d’apparition soudaine, avec une poussée de fièvre importante et des frissons (bien qu’environ 15 % des patients ne présentent pas ou peu de fièvre). Les symptômes au niveau de la peau peuvent apparaître en même temps que la fièvre ou quelques heures après.

La peau présente une ou plusieurs plaques rouges, chaudes, luisantes et gonflées qui sont douloureuses au toucher. Parfois, de petites bulles sont présentes, ou de petits saignements sous la peau voire un petit ulcère. Ces signes apparaissent en général sur une seule jambe, parfois sur le visage.

Parce que la réaction immunitaire est intense, les ganglions lymphatiques qui drainent la zone touchée sont gonflés et douloureux chez environ un patient sur deux (par exemple, ceux de l’aine du côté de la jambe touchée). Chez 25 % des patients, une trace rouge part de la lésion de la peau et remonte aux ganglions : c’est la « lymphangite ».

Quelles sont les complications de l'érysipèle ?

Si l’érysipèle n’est pas traité, le streptocoque qui en est la cause va se multiplier et se propager plus profondément sous la peau, puis éventuellement dans l’ensemble du corps et provoquer une infection des reins ou des articulations, voire une septicémie (une infection généralisée).

Parfois, un érysipèle peut provoquer l’aggravation d’une maladie préexistante jusque-là bien contrôlée : diabète, insuffisance cardiaque, par exemple. Chez les personnes prédisposées, l’érysipèle peut entraîner la formation d’un caillot dans les veines profondes (embolie). Enfin, dans 10 à 15 % des cas, un abcès peut se former sous la lésion.

Les traitements antibiotiques sont efficaces pour traiter un épisode d’érysipèle. Néanmoins, les récidives sont fréquentes, en particulier chez les sujets à risque : 12 % rechutent dans les six mois après le premier épisode, 30 % dans les trois années qui suivent.

Actualités

Les acides gras oméga-3 issus d'huiles de poisson sont sans effet sur le risque cardiovasculaire (illustration).

Risque cardiovasculaire et oméga-3 : résultats d'une méta-analyse Cochrane et de l'étude VITAL

Lymphodème du bras modéré à gauche, avancé à droite (© NEJM 2018).

Traitement du cancer du sein : comment prévenir et, si besoin, traiter un lymphoedème du bras ?

Le dosage de l'HbA1c permet d'évaluer la glycémie moyenne sur plusieurs mois, du moins en l'absence d'anomalie des globules rouges (illustration).

Diabète de type 2 : que faire lorsqu'une variation de l’HbA1c n’est pas due à la glycémie ?