En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le traitement de l'érysipèle

Mis à jour : Mercredi 21 Décembre 2016

Comment soigne-t-on l'érysipèle ?

Le traitement de l’érysipèle repose sur la prescription d’antibiotiques. De plus, le traitement comporte du repos au lit, ainsi que des médicaments contre la fièvre et la douleur (paracétamol). Attention, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS, comme l’ibuprofène par exemple), suspectés de favoriser l'évolution vers des formes graves (fasciites nécrosantes), sont formellement contre-indiqués en cas d’érysipèle.

Avec un traitement adapté, la fièvre disparaît en moins de trois jours. Ensuite, la zone de peau touchée retrouve progressivement son aspect normal et redevient normale en dix à quinze jours.

Le traitement repose également sur les soins apportés à la plaie qui a servi de porte d’entrée au streptocoque. Le médecin vérifie toujours que la vaccination antitétanique du patient est à jour.

La nécessité d’une prise en charge en milieu hospitalier est rare, elle n’a lieu qu’en cas de complications.

Les antibiotiques prescrits contre l'érysipèle

Les bêtalactamines (famille de la pénicilline), actives sur le streptocoque, constituent le traitement habituel de l’érysipèle : pénicilline G (benzylpénicilline) et amoxicilline. Le plus souvent, ce traitement est pris par voie orale. Dans certains cas, une administration par perfusion intraveineuse peut être nécessaire. En cas d’allergie connue aux antibiotiques de la famille des pénicillines, d’autres antibiotiques peuvent être prescrits : pristinamycine, macrolides ou lincosamides.

Le traitement antibiotique dure de dix jours à deux semaines et doit être pris jusqu’au bout, même si les symptômes ont disparu. En cas de récidives multiples, un traitement antibiotique de longue durée (de quatre à dix-huit mois) peut être nécessaire pour les prévenir.

Les autres médicaments parfois prescrits lors d'érysipèle

Chez les personnes qui ont un risque thromboembolique élevé (formation de caillots de sang dans les veines profondes), le médecin peut décider de prescrire des médicaments anticoagulants (« fluidifiants du sang ») pour prévenir cette complication de l’érysipèle.

Il peut également prescrire des traitements contre le lymphœdème (gonflement entre la lésion et les ganglions lymphatiques voisins), ou contre l’insuffisance veineuse (bas de contention).

Actualités

L\\\\\\\'INCa publie une fiche sur le repérage de la souffrance psychique chez les personnes atteintes de cancer (illustration).

Souffrance psychique et cancer : l’INCa publie une fiche synthétique pour les médecins généralistes

La nouvelle recommandation de la HAS a été rendue publique le 23 octobre 2018.

Dépistage systématique et ciblé des infections à Chlamydia trachomatis : la HAS modifie ses recommandations

Les propriétés antiagrégantes plaquettaires de l\\\\\\\'aspirine ont été découvertes en 1967 (illustration).

Seniors en bonne santé : prendre de l'aspirine à faible dose est-il utile ?