En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Impétigo de l'enfant et de l'adulte

Mis à jour : Lundi 03 Avril 2017

L'impétigo est une infection bactérienne de la peau qui survient généralement chez les enfants âgés de moins de cinq ans, mais qui peut également affecter des adultes fragilisés. Cette maladie contagieuse se traduit par l'apparition de croûtes, voire d'ampoules, qui peuvent s'étendre en l'absence de traitement. Même s'il guérit le plus souvent spontanément, l'impétigo doit être traité pour éviter les complications et limiter la propagation de cette infection à d'autres enfants.

Qu'est-ce l'impétigo ?

impétigo

L’impétigo est une infection de la peau par des micro-organismes habituellement présents sur la peau et sur les muqueuses de l’intérieur du nez : Streptococcus pyogenes (streptocoque de groupe A) et Staphylococcus aureus (staphylocoque doré). Il peut être dû à l’un ou l’autre de ces bactéries, voire aux deux en même temps.

L’impétigo est habituellement une maladie des enfants, le plus souvent âgés de deux à cinq ans, mais il peut également se déclarer chez des nourrissons ou des adultes, dans certaines conditions. Le plus souvent, il se traduit par l’apparition de petites vésicules (des petites bulles de la taille d’une tête d’épingle) qui évoluent en croûtes cireuses.

L’impétigo est une maladie contagieuse qui exige un traitement rapide et des mesures d’hygiène pour éviter l’autocontamination d’autres zones de la peau, ou la contamination de l’entourage par contact.

L'impétigo est-il une maladie fréquente ?

Chez les enfants, l’impétigo est l’infection bactérienne de la peau la plus fréquente, en particulier chez les enfants qui commencent à fréquenter des collectivités (garderies, crèches, écoles maternelles) et durant la saison chaude.

Chez les adultes, l’impétigo est observé chez des personnes qui vivent dans de mauvaises conditions d’hygiène (par exemple, des personnes sans domicile fixe), ou chez celles qui ont une immunité diminuée du fait d’une maladie chronique ou d’un traitement immunosuppresseur.

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères