En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Causes et prévention de l'impétigo

Mis à jour : Lundi 03 Avril 2017

Quelles sont les causes de l'impétigo ?

L’impétigo est dû à la prolifération dans l’épiderme de deux bactéries : Streptococcus pyogenes (streptocoque) et Staphylococcus aureus (staphylocoque doré). Ces micro-organismes sont habituellement présents sur la peau et dans les cavités nasales.

Chez les enfants, dont les défenses immunitaires ne sont pas encore optimales, ou chez les adultes dont l’immunité est affaiblie, ces deux micro-organismes se multiplient et provoquent les lésions de la peau caractéristiques. L’apparition d’impétigo est favorisée par la présence de lésions de la peau préexistantes qui facilitent la pénétration du streptocoque ou du staphylocoque dans l’épiderme, par exemple des lésions de grattage dues à des démangeaisons. On parle alors d’« impétiginisation » des lésions préexistantes.

Il est assez fréquent qu’un enfant présente des récidives d’impétigo, en particulier lors qu’il héberge les micro-organismes responsables dans ses cavités nasales.

Comment se transmet l'impétigo ?

Une personne atteinte d’impétigo s’est, le plus souvent, contaminée elle-même par les germes présents sur sa peau ou dans ses narines, à la faveur de lésions de la peau. Une fois l’impétigo déclaré, les vésicules produisent un liquide riche en micro-organismes qui peut propager l’infection à d’autres zones du corps ou la transmettre à d’autres personnes à la faveur du toucher, de baisers ou, dans le cas du staphylocoque doré, par du linge contaminé.

L’impétigo est assez contagieux et il n’est pas rare qu’il se manifeste sous forme de petites épidémies dans une collectivité d’enfants ou dans une famille. Pour cette raison, un enfant atteint d’impétigo est habituellement isolé des autres enfants, le temps que le traitement fasse effet.

Certaines personnes sont-elles plus à risque d'impétigo ?

Les enfants sont davantage à risque de développer un impétigo du fait de l’immaturité de leur système immunitaire, de la présence fréquente des micro-organismes incriminés dans leurs cavités nasales, et de leur incapacité à respecter spontanément les mesures d’hygiène. De plus, l’impétigo survient parfois à l’occasion d’une varicelle, responsable de démangeaisons et de lésions de grattage.

Chez les adultes, les personnes les plus à risque de développer un impétigo sont :

  • les personnes qui ont des lésions de la peau, par exemple liées à un eczéma, un herpès ou des lésions de grattage (piqûres d’insectes, gale, poux, etc.) ;
  • les personnes qui vivent dans de mauvaises conditions d’hygiène, en particulier celles qui vivent dans la rue ;
  • les personnes dénutries et celles qui souffrent d’alcoolodépendance ;
  • les personnes qui souffrent d’une maladie chronique qui affaiblit les défenses de la peau (par exemple, le diabète) ou qui reçoivent un traitement immunosuppresseur (corticoïdes, médicaments contre le rejet des greffes, thérapies ciblées des maladies auto-immunes, par exemple).

Peut-on prévenir l'impétigo ?

Chez l’enfant comme chez l’adulte, la prévention de l’impétigo repose sur le maintien d’une peau en bonne santé et d’une bonne hygiène : nettoyage régulier avec un savon doux (surgras), application régulière d’une lotion hydratante, soins d’éventuelles démangeaisons, etc.

De plus, pour prévenir l’impétigo chez les enfants :

  • lavez-vous les mains avant de vous occuper de votre enfant, en particulier un nourrisson ;
  • lavez régulièrement et soigneusement les mains de vos enfants, y compris des nourrissons ;
  • coupez leurs ongles court et surveillez qu’ils ne se les rongent pas ;
  • apprenez-leur à se laver les mains après s’être mis les doigts dans le nez.

Actualités

Les professionnels de santé doivent s'opposer au sexisme et, bien sûr, au harcèlement en milieu médical. L'Ordre encourage les victimes à porter plainte (illustration).

Harcèlement sexuel en milieu médical : l’Ordre fixe 3 principes après une enquête auprès de 2 946 internes

Les interventions nutritionnelles sont associées à une baisse du risque de décès chez les personnes obèses (illustration).

Obésité : pour la première fois, une vaste étude montre que perdre du poids diminue le risque de décès

Le vaccin contre la grippe s'administre par voie intramusculaire ou sous-cutanée profonde (illustration).

Grippe saisonnière : quels patients peuvent désormais être vaccinés par les infirmières/infirmiers ?