En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Morsure et griffure

Mis à jour : Vendredi 22 Juin 2018

Les accidents domestiques liés aux animaux de compagnie sont essentiellement les morsures et les griffures. Ils surviennent fréquemment chez les garçons de trois à neuf ans et, pour la moitié des cas, sont dus à un animal vivant au domicile (ou chez un voisin, une fois sur trois). Les chiens sont responsables des trois quarts des morsures en France, les chats de 10 % d'entre elles. Les rongeurs (lapins, rats, écureuils, etc.) sont également responsables de nombreuses morsures. Une morsure nécessite toujours une consultation médicale.

Quels sont les symptômes et les causes des morsures ?

griffure de chat

Les morsures sont souvent graves, surtout chez les enfants : la moitié d’entre elles se produisent au visage et au cou. Chez les adultes, ce sont essentiellement les bras et les jambes qui sont touchés. La plaie est généralement profonde à cause des dents pointues des animaux, en particulier avec les chats. Il peut y avoir arrachage de parties de chair.

Généralement, si un chien ou un chat est agacé, il s’en va. Mais un geste brusque, un coup, un pincement ou une étreinte un peu trop forte peuvent provoquer une réaction de défense de l’animal, d’autant plus importante s’il se sent empêché de fuir.

Caresser un animal inconnu (qui plus est un animal sauvage) peut être aussi dangereux car on ne connaît pas ses réactions.

La maladie des griffes du chat
Egalement appelée lymphoréticulose bénigne d’inoculation ou lymphogranulome bénin, la maladie des griffes du chat est un infection bactérienne transmise par une griffure de chat (parfois une morsure). Les chats sont contaminés par les puces. Cette maladie est rare (3 à 4000 cas par an en France) et elle est surtout observée chez les personnes de moins de 20 ans et celles qui sont immunodéprimées.Quelques semaines après la griffure, et alors que la plaie est cicatrisée, l’enfant se plaint de douleurs musculaires, de fièvre, de maux de tête, de fatigue et présente des rougeurs de la peau. Parfois l’enfant présente également une conjonctivite. Cette maladie guérit spontanément. Si les symptômes sont trop importants, un traitement antibiotique est prescrit par le médecin. Dans tous les cas, il est préférable de traiter également le chat responsable de la griffure contre la bactérie et contre les puces. Les griffures et morsures des chats peuvent également provoquer deux autres infections : la pasteurellose et la sporotrichose (dans les zones tropicales).

Quelles sont les complications des morsures ?

Les morsures peuvent causer des dégâts esthétiques à vie et engendrer des problèmes psychologiques graves. Mais le risque immédiat est une infection des tissus car la bouche d’un animal comporte généralement beaucoup de micro-organismes qui entrent profondément dans la peau. La gravité des morsures est fonction de leur taille, de leur localisation (en particulier le visage, le cou ou les organes génitaux), de l'existence d'arrachement ou de fracture, ou des particularités des personnes mordues (elles ont plus graves chez les petits enfants, les personnes âgées ou celles immunodéprimées).

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité