Que faire en cas de mycose cutanée ?

Mis à jour : Jeudi 05 Avril 2018

Que faire en cas de mycose de la peau ?

  • Les champignons de la peau sont très résistants, en particulier sous les ongles ou aux pieds, et exigent un traitement continu et de longue durée. Si le traitement n’est pas appliqué comme conseillé sur la notice ou pendant une durée insuffisante, on augmente le risque de mycose à répétition.
  • Préférez les douches brèves aux bains et séchez-vous bien, notamment dans les plis de peau ou entre les orteils.
  • Les vêtements en contact direct avec la peau doivent être changés tous les jours. Évitez les vêtements trop serrés.
  • Portez des sous-vêtements en coton et des chaussures qui laissent passer l’air (évitez si possible de porter des baskets tous les jours).
  • Pour essayer d’éviter la contamination, portez des sandales ou des espadrilles en caoutchouc dans les zones publiques humides (piscine, sauna, douches des salles de sport, etc.).
Conduite à tenir en cas de mycose cutanée
  alt Si la mycose s'étend rapidement.
  alt Si la mycose crée de plus en plus de désagréments.
  alt Si la peau est affectée, mais aussi les ongles, la plante des pieds ou le cuir chevelu.
  alt Si la personne souffre de troubles circulatoires dans les jambes ou de diabète.
  alt Si la mycose est peu étendue et qu'elle a déjà été diagnostiquée par le passé.
Légende
alt Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
alt Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin en cas de mycose de la peau ?

Il examine les lésions pour déterminer le champignon en cause. Éventuellement, il fait un prélèvement et demande un diagnostic à un laboratoire. Il prescrit ensuite le traitement approprié avec un médicament à appliquer localement ou à avaler, sur ordonnance ou non.

Actualités

Traquer le SARS-CoV-2 dans les stations d'épuration (illustration).

Lire dans les eaux usées : une autre arme contre la COVID-19

Représentation en 3D de papillomavirus humains (illustration).

Cancer du col de l'utérus : le test HPV recommandé pour le dépistage chez les femmes de 30 ans et plus

Des études de séroprévalence en cours dans la COVID-19 (illustration).

Tests sérologiques de la COVID-19 : une interprétation qui n'est pas si simple