En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les causes et la prévention des plaies

Mis à jour : Jeudi 12 Juillet 2018

Quelles sont les causes des plaies ?

Les plaies peuvent être provoquées par tout objet tranchant (couteau, machine, débris de verre, etc.), par un choc (chute de vélo, accident de sport, coup de bâton, etc.), une morsure (humaine ou animale), etc.

Les ulcères de jambe, les escarres, les plaies du pied diabétique et les moignons d’amputation sont des causes de plaies qui peuvent mettre plusieurs semaines à cicatriser (plaies chroniques).

Comment prévenir les plaies ?

  • Ne laissez aucun objet tranchant à la portée des enfants.
  • Portez un casque, des genouillères, des protège-coudes et des protège-poignets pour faire du vélo, du roller ou de la planche à roulettes.
  • Respectez les consignes d’utilisation des outils dangereux (scies, râpes, tronçonneuses, etc.).
  • Veillez à ce que les enfants ne courent pas avec un objet cassable, de type bouteille ou verre, à la main.
Les plaies, principales blessures chez les jeunes enfants
Les plaies représentent un tiers des lésions liées aux accidents de la vie courante chez les enfants de 1 à 6 ans. Elles sont plus fréquentes chez les garçons. Chez les enfants, les blessures se situent principalement à la tête et aux membres supérieurs (33 % des parties lésées). Les membres inférieurs représentent 26 % des cas. Pour les plaies, le recours aux services d’urgences est très fréquent, mais n’implique que très rarement une hospitalisation.

Actualités

La campagne #MeToo, lancée en octobre 2017 suite à l'affaire Weinstein, vise à sensibiliser la société sur la fréquence et l'impact dévastateur du harcèlement et des agressions sexuelles.

Harcèlement sexuel et agressions sexuelles des femmes : étude des risques santé à long terme

Examen clinique de la glande thyroïde (illustration).

Hypothyroïdie fruste sans facteur de risque : 21 essais randomisés confirment l’inutilité d’un traitement

L'escatilopram pourrait réduire les complications cardiaques chez les patients dépressifs après un accident coronarien (illustration).

Dépression après un syndrome coronarien aigu : prendre un antidépresseur améliore-t-il le risque cardiaque