En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment réagir en cas de plaie ?

Mis à jour : Jeudi 12 Juillet 2018

Que faire en cas de plaie ?

  • Si la blessure saigne par jet ou en nappes abondantes, comprimez la plaie avec une compresse stérile, ou à défaut avec un linge propre, de préférence repassé au fer. Ne faites pas de garrot. Attendez dix minutes et levez la compression doucement. Si la plaie saigne à nouveau, consultez un médecin.
  • En cas d’hémorragie persistante, pratiquez une compression manuelle que vous relâchez de temps en temps en attendant les secours.
  • N’appliquez rien sur une plaie (autre qu’un antiseptique incolore ou de l’eau) si elle comporte des berges éloignées nécessitant d’être rapprochée par suture ou colle biologique.
  • Si la blessure ne présente pas un caractère grave, nettoyez-la à l’eau courante tiède avec du savon. Enlevez les souillures éventuelles avec une pincette propre. Ne désinfectez la plaie qu’après l’avoir nettoyée à l’eau et au savon et rincée soigneusement. Dans la mesure du possible, n’appliquez ni sparadrap ni pansement et laissez la plaie à l’air libre.
  • Si la plaie est une coupure peu profonde, vous pouvez poser des bandelettes adhésives après l’avoir nettoyée, désinfectée et bien séchée. Elles doivent être posées rapidement (moins de 6 heures après le moment où la plaie s’est formée). Pour bien rapprocher les bords de la plaie, placez la première bandelette au centre à la coupure, perpendiculairement, en maintenant ses bords rapprochés. Posez ensuite les autres bandelettes en les séparant de quelques millimètres. Finissez en posant deux bandelettes de part et d’autre de la coupure, parallèles à elle et collées sur les précédentes. Les bandelettes doivent être retirées après une semaine en les humidifiant.
  • Vérifiez que vous êtes à jour de vos vaccinations contre le tétanos (rappel tous les vingt ans à l’âge adulte).
Conduite à tenir en cas de plaie
  Si la plaie provoque un saignement qui semble abondant ou pulsatile.
  Si elle est profonde et béante, ou au contraire petite mais provoquée par un objet pointu (couteau, clou, etc.).
  Si la plaie touche l'œil ou la main, quelle que soit sa profondeur.
  Si le blessé présente une pâleur du visage, des sueurs, une soif importante, des vertiges ou des petits malaises.
  S'il s'agit d'une morsure.
  Si la plaie est très souillée.
  Si la plaie se situe sur le visage, la tête ou entraîne une gêne pour mobiliser une articulation voisine.
  Si elle n'arrête pas de saigner faiblement.
  Si la personne a été vaccinée contre le tétanos depuis plus de vingt ans ou s'il existe un doute sur cette vaccination.
  Si la personne est diabétique ou immunodéprimée (risque d'infection augmenté).
  Si la plaie présente des signes d'infection (rougeur, chaleur, douleur).
  Si la plaie ne cicatrise pas au bout de deux semaines.
  Si la plaie ne présente pas de caractère grave.
Légende
Si 15 ou 112 est indiqué, appelez immédiatement le service d’aide médicale d’urgence (SAMU) en composant le 15 ou le 112.
Si 15 ou 112 n'est pas indiqué, appelez votre médecin traitant immédiatement, ou rendez-vous au service d’urgence le plus proche.
Dans le doute, n’hésitez JAMAIS à appeler le 15 ou le 112.
Consultez un médecin dans la journée.
Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin face à une plaie ?

Il nettoie et explore la plaie à la recherche de corps étrangers (morceaux de verre, gravillons, etc.) et d’éventuelles lésions vasculaires, tendineuses ou nerveuses. Cette vérification est parfois réalisée sous anesthésie, notamment pour la main, au bloc opératoire. Lorsque la profondeur ou la localisation de la plaie le justifie, le médecin peut procéder à une suture à l’aide d’une colle chirurgicale (qui se dissout spontanément en 5 à 14 jours), d’agrafes ou de fils. Il s’assure que le patient est bien vacciné contre le tétanos, sinon il procède à un rappel. Il prescrit un traitement approprié en cas d’infection.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité