En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Soigner une plaie

Mis à jour : Lundi 13 Mai 2013

Comment soigner une plaie ?

L’utilisation d’un antiseptique local ne doit pas faire négliger la première étape indispensable au soin d’une plaie : le nettoyage. Un simple lavage soigneux à l’eau et au savon permet d’éliminer la majorité des germes. Cette étape doit être suivie d’un rinçage tout aussi soigneux car certains antiseptiques peuvent être inactivés par la présence de savon.

Les antiseptiques sont très nombreux et appartiennent à des familles chimiques diverses. Ils se différencient par leur capacité à détruire un plus ou moins grand nombre de germes. L’association de plusieurs antiseptiques doit toujours être évitée. Elle risque d’annuler leurs effets ou, dans certains cas, elle peut entraîner la formation de produits irritants.

Il faut toujours préférer les formes unidoses ou les petits flacons (une fois ouverts, les antiseptiques peuvent, paradoxalement, être contaminés). Il est important de respecter les modes d’emploi (pur ou dilué, rinçage, date de péremption, etc.).

Chez les personnes sans troubles connus de la coagulation, un médicament anti-saignement (hémostatique) par voie générale est inutile. La compression de la plaie pendant quelques minutes est souvent suffisante.

Les pansements hydrocolloïdes
Il existe une nouvelle famille de pansements adhésifs, les pansements hydrocolloïdes. Ces pansements sont composés d’une couche de polyéthane sous laquelle se trouve une couche de carboxyméthylcellulose, une substance qui forme un gel au contact des liquides qui suintent d’une plaie. Ces pansements conservent l’humidité de la plaie tout en la protégeant des liquides, des germes, du froid, etc. Ils sont à laisser en place plusieurs jours de suite et accélèrent considérablement la cicatrisation. Ces produits existent depuis peu sous la forme d’un gel à appliquer sur la plaie et qui se transforme en pansement protecteur en séchant.

Les différents antiseptiques

Les antiseptiques les plus couramment utilisés sont les biguanides (chlorhexidine et hexamidine), ainsi que les dérivés du chlore et de l’iode.

La chlorhexidine

En solution aqueuse, son application est sans douleur. Pour cette raison, elle est très utilisée chez les enfants, en particulier sous forme de spray.

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

L’hexamidine

Cet antiseptique appartient à la même famille que la chlorhexidine, mais est actif sur un moins grand nombre de germes. Il est utilisé dans le traitement d’appoint des maladies de la peau.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 20 Juillet 2017

Antiseptiques locaux : hexamidine

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les dérivés du chlore

Le représentant le plus connu est un désinfectant, l’eau de javel. Seuls les dérivés du chlore considérablement dilués (solution de Dakin) peuvent être utilisés sur des plaies. Une brûlure ou une irritation peut être ressentie lors de l’application sur des plaies étendues.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 20 Juillet 2017

Antiseptiques locaux : dérivés du chlore

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les dérivés de l’iode

Ils ne doivent pas être appliqués sur des plaies étendues ou profondes afin d’éviter un passage important d’iode dans le sang, ce qui pourrait perturber le fonctionnement de la glande thyroïde. Ils donnent une coloration brune à la peau qui s’élimine par un lavage à l’eau. Ils peuvent provoquer un eczéma de contact.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 20 Juillet 2017

Antiseptiques locaux : dérivés de l'iode

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les ammoniums quaternaires

Ils ne doivent pas être utilisés sur les muqueuses (bouche, vagin, gland) et peuvent donner lieu à de rares allergies.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 20 Juillet 2017

Antiseptiques locaux : ammoniums quaternaires

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

L’alcool

Contrairement à une idée répandue, l’alcool à 90° est un moins bon antiseptique que l’alcool à 60° ou à 70°. Son usage, douloureux, devrait être évité sur les plaies. De plus, en provoquant la coagulation du sang, l’alcool crée une pellicule sous laquelle les germes qui n’ont pas besoin d’oxygène peuvent se développer.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 20 Juillet 2017

Antiseptiques locaux : alcool

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

L’eau oxygénée (ou peroxyde d’hydrogène)

C'est un antiseptique léger, le plus souvent utilisé pour son action anti-saignement, utile pour arrêter les hémorragies des petites plaies superficielles et pour faire sortir les petites souillures des anfractuosités de la plaie. En pharmacie, l’eau oxygénée est vendue à différents degrés de dilution (10, 20 ou 30 volumes). Seules les dilutions à 10 volumes peuvent être utilisées comme antiseptique, les solutions plus concentrées provoquant des irritations ou des brûlures en cas d’application sur des plaies. Il est normal que l’eau oxygénée mousse au contact du sang.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 20 Juillet 2017

Antiseptiques locaux : eau oxygénée

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les dérivés du mercure (merbromine ou mercurochrome)

Ils font partie des antiseptiques les plus anciens. Parfois responsables de réactions allergiques, ils ne sont presque plus commercialisés. Ils ne doivent pas être associés aux dérivés iodés.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 20 Juillet 2017

Antiseptiques locaux : dérivés du mercure

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les dérivés anioniques

Ils ont une action détergente et doivent être utilisés avec prudence sur les muqueuses.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 20 Juillet 2017

Antiseptiques locaux : dérivés anioniques

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Le triclocarban

Ce produit ne doit pas être utilisé avec une eau trop chaude (risque de libération de substances toxiques).

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 20 Juillet 2017

Antiseptiques locaux : trichlocarban

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les colorants

Ces antiseptiques légers ont surtout un pouvoir asséchant. Ils sont recommandés dans le traitement d'appoint des maladies de la peau susceptibles de se surinfecter, notamment dans l’érythème fessier du nourrisson. Il vaut mieux ne pas les appliquer sur une plaie fraîche et récente car ils empêchent de surveiller l’apparition d’une surinfection éventuelle. Attention, ils provoquent des taches difficiles à enlever sur les vêtements.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 20 Juillet 2017

Antiseptiques locaux : colorants

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les sels de cuivre ou de zinc.

Le sulfate de zinc et le sulfate de cuivre ont des propriétés antiseptiques. Ils entrent dans la composition de l’eau de Dalibour.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 20 Juillet 2017

Antiseptiques locaux : sels de cuivre ou de zinc

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les autres traitements des plaies

Les autres médicaments proposés en cas de plaies sont notamment des préparations homéopathiques et des  protecteurs cutanés.
Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 20 Juillet 2017

Autres antiseptiques locaux

Sulfamides

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?