Les traitements locaux du psoriasis

Mis à jour : Vendredi 06 Mars 2020
Image sponsoring article

Les traitements locaux sont ceux destinés à être appliqués sur les plaques. Ils peuvent être utilisés seuls ou associés entre eux, en fonction de la localisation et de l'étendue des lésions. Différentes formes de traitements locaux existent, adaptées à la localisation et à l'aspect des lésions : par exemple, des lotions pour le cuir chevelu, des pommades pour traiter les plaques très épaisses, ou des crèmes pour les lésions peu squameuses ou les plis.

Les dermocorticoïdes dans le traitement du psoriasis

Les dermocorticoïdes sont des préparations anti-inflammatoires d’usage local contenant des dérivés de la cortisone. Ils constituent le traitement local de référence du psoriasis. Ils sont classés selon leur activité : très forte (classe I), forte (classe II), modérée (classe III). Le choix du dermocorticoïde dépend de la localisation des lésions (coude, genou, plis, visage…) et de leur étendue.

Ils sont habituellement utilisés en une application par jour.

L'action des dermocorticoïdes est très rapide dans le traitement du psoriasis et ils sont souvent prescrits pour soulager le patient sans attendre les effets de traitements plus spécifiques. Lorsque les dermocorticoïdes ont blanchi les lésions, le traitement est continué sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois, pour éviter les rechutes. Les doses appliquées sont réduites très progressivement tout au long de cette période.

Les dermocorticoïdes sont contre-indiqués en cas d'infections ou d’ulcération de la peau. Ils doivent être utilisés avec précaution chez les jeunes enfants en raison d’un possible passage du médicament dans le sang.

Les dermocorticoïdes ont des effets indésirables qui varient selon l’activité de la substance utilisée, la quantité de produit appliqué chaque jour, la surface de peau traitée, le mode d’application (avec ou sans pansement protecteur), la durée du traitement, l’âge du patient, etc. Ces effets indésirables sont l’amincissement de la peau, la couperose, les vergetures, des rougeurs (surtout lors d’application sur le visage) ou, plus rarement, la dépigmentation localisée de la peau, l’apparition de poils ou de lésions d’eczéma.

Certaines préparations associent un dermocorticoïde à une substance kératolytique (voir ci-dessous) ou à un dérivé de la vitamine D (voir ci-dessous) ou encore à un antiseptique.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 14 Mai 2020

Dermocorticoïdes d’activité forte

Dermocorticoïdes d’activité modérée

Légende
Médicament générique

Les kératolytiques dans le traitement du psoriasis

Des traitements locaux (sous forme de pommade et lotion) associent un dermocorticoïde et un kératolytique (acide salicylique). Le kératolytique a la propriété de dissoudre la kératine de la peau. Il facilite l’élimination des croûtes présentes sur les plaques. Ces traitements sont utiles sur les plaques très épaisses.
Ils s’utilisent de façon espacée car l’acide salicylique augmente le passage du dermocorticoïde dans le sang en cas d’usage prolongé ou sur de grandes surfaces.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 14 Mai 2020

Dermocorticoïdes et acide salicylique

Les analogues de la vitamine D dans le traitement du psoriasis

Les analogues de la vitamine D (calcipotriol, calcitriol) luttent contre la multiplication anormale de certaines cellules de la peau. Ils sont efficaces moins rapidement que les dermocorticoïdes et peuvent être irritants en début de traitement. Au long cours, ils sont bien supportés et sont utilisés comme traitement d'entretien. L'association avec un dermocorticoïde en début de traitement permet d’avoir un effet plus rapide.
Il faut veiller à ne pas dépasser la dose maximale par semaine prescrite par le médecin pour éviter le risque d’un excès de calcium dans le sang ou dans les urines.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 14 Mai 2020

Analogue de la vitamine D

Antipsoriasiques locaux : dérivés de la vitamine D

Légende
Médicament générique

Les autres traitements locaux du psoriasis

D'autres traitements locaux peuvent être proposés pour lutter contre la sécheresse de la peau et les squames : huile de cade, protecteur cutané émollient.

L'hydratation de la peau avec des produits de parapharmacie émollients est souvent associée aux traitements locaux du psoriasis.

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Actualités

Le manque de liens sociaux, une situation particulièrement délétère (illustration).

De l’isolement social à la solitude : une question neurobiologique ?

L'édition 2020 du MédicoSport-Santé est disponible sur VIDAL.fr

Prescription de l’activité physique et sportive : l’édition 2020 du MédicoSport-Santé est en ligne

La pathologie neurologique au cours de la COVID-19 de mieux en mieux connue (illustration).

Atteintes neurologiques liées au SARS-CoV-2 : fréquentes et variées