En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Causes et prévention du zona

Mis à jour : Mercredi 12 Avril 2017

Quelles sont les causes du zona ?

Après une varicelle, le virus n’est pas complètement éliminé par l’organisme et reste à l’état dormant (latent) dans la racine des nerfs rachidiens, c’est-à-dire à l’endroit où les nerfs quittent la moelle épinière pour aller innerver les membres, les organes et la peau. La réactivation de ce virus est bloquée par l’action du système immunitaire qui le maintient sous contrôle.

Après plusieurs années, le virus peut redevenir actif et se multiplier le long du nerf, provoquant des vésicules sur la zone de peau innervée par le nerf infecté. La réactivation du virus peut survenir lorsque le système immunitaire est affaibli. La baisse d’immunité peut avoir différentes origines : une maladie (par exemple, la mononucléose ou l’infection par le VIH/sida) ou un traitement immunosuppresseur (par exemple, un traitement contre le cancer ou une maladie auto-immune). Dans certains cas, la seule cause identifiable d’une poussée de zona est un stress prolongé, de la fatigue chronique ou, simplement, l’âge.

Quels sont les facteurs de risque du zona ?

En général, le zona est observé chez des personnes qui souffrent d’une maladie (ou qui prennent un traitement) qui diminue l’immunité. Les médecins considèrent le zona comme un signal d’alarme qui requiert des examens plus poussés pour diagnostiquer une éventuelle autre maladie, par exemple un cancer ou une infection par le VIH/sida. Mais souffrir d’un zona ne signifie pas forcément que l’on est atteint d’une maladie grave : dans la plupart des cas, il n’est que l’expression de la fatigue dont il faut rechercher la cause et soulager les effets négatifs.

Peut-on prévenir le zona ?

Le vaccin contre la varicelle ne protège pas contre le zona. En revanche, il existe désormais en France un vaccin contenant le virus vivant atténué de la varicelle-zona pour prévenir le zona et les douleurs qui surviennent après un zona. Les autorités sanitaires recommandent la vaccination chez les personnes âgées de 65 à 74 ans avec une dose de vaccin. Cette vaccination permet de réduire de moitié le risque de zona, et chez les personnes vaccinées qui ont néanmoins un zona, le risque de douleurs chroniques après la phase aiguë est réduit de plus de 60 %.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 20 Juillet 2017

Vaccins : zona

La prévention du zona repose également sur des mesures simples pour lutter contre le stress et la fatigue : repos suffisant, alimentation équilibrée, activité physique régulière.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?