En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Symptômes et complications du zona

Mis à jour : Mercredi 12 Avril 2017

Les symptômes du zona varient selon le nerf touché par la réactivation du virus de la varicelle. Il se multiplie alors tout au long des fibres nerveuses et cette multiplication se traduit par une infection de la peau sur la zone innervée par le nerf infecté. En général, cette réactivation se produit dans une seule racine nerveuse, ce qui explique que les lésions de zona ne s’observent que sur une zone de peau limitée, d’un seul côté du corps.

Selon le nerf infecté, les symptômes pourront varier : atteinte de la peau du thorax, de l’œil, de l’oreille, voire des intestins ou de la vessie (avec des signes de paralysie de ces organes).

Les formes les plus fréquentes de zona

Le plus souvent, le nerf touché innerve une région de la peau bien délimitée, sur un seul côté des côtes ou du ventre. Sur cette zone, la peau devient d’abord plus sensible aux frottements, avec une sensation de brûlure ou, au contraire, elle perd sa sensibilité au toucher.

La peau prend ensuite une coloration rose vif et, en un à deux jours, des boutons contenant un peu de liquide clair (les « vésicules ») apparaissent. Ces vésicules sont souvent rassemblées en groupes et restent localisées à la zone de sensibilité modifiée. Elles ressemblent à celles observées chez les enfants qui ont la varicelle. En une semaine, ces vésicules sèchent et se couvrent de croûtes qui tombent après une dizaine de jours. Dans certains cas, une légère fièvre est également observée.

Pendant cette phase aiguë, la plupart des patients ressentent des douleurs au niveau de la zone infectée, qui sont déclenchées par les frottements, le chaud, le vent, etc. Parfois, ce sont des douleurs qui évoquent une décharge électrique.

Dans 90 % des cas, le zona et les douleurs qu’il provoque disparaissent sans séquelle en trois ou quatre semaines, mais dans certains cas, ces douleurs persistent plusieurs mois après la guérison.

Les autres formes de zona

Lorsque le virus de la varicelle-zona infecte le nerf optique (« zona ophtalmique »), le zona peut provoquer un larmoiement, un œil rouge, une sensibilité anormale à la lumière, des troubles de la vision, ou une lésion de la cornée. Dans ce cas, un avis ophtalmologique est toujours nécessaire. D’autres nerfs crâniens peuvent être touchés et provoquer des troubles particuliers : paralysie d’un côté du visage, bourdonnements, vertiges, diminution de l’acuité auditive, voire perte du goût ou difficultés à avaler.

Lorsque le virus se réactive dans un nerf qui innerve les organes du ventre, on peut observer de la constipation (paralysie partielle de l’intestin) ou des difficultés à uriner (quand la vessie est touchée).

Chez les personnes dont le système immunitaire est fortement affaibli, le zona peut atteindre plusieurs zones du corps, voire tout le corps. On parle alors de « zona-varicelle » ou de « zona généralisé ».

Quand consulter lorsqu'on suspecte un zona ?
En règle générale, lorsqu’on pense souffrir de zona, il est toujours préférable de consulter un médecin. Mais cette consultation doit avoir lieu au plus vite quand :
  • les symptômes touchent le visage, les yeux, les paupières, les oreilles, ou plusieurs zones du corps ;
  • la zone touchée présente des signes de faiblesse musculaire (paralysie partielle) ;
  • les douleurs sont insupportables ;
  • la fatigue ou la fièvre est importante ;
  • les douleurs persistent après la guérison des vésicules.

De plus, les femmes enceintes, les enfants, les personnes âgées, les personnes diabétiques et celles qui souffrent d’infection par le VIH/sida ou de cancer doivent consulter très rapidement lorsque des symptômes évoquant le zona sont présents.

Quelles sont les complications du zona ?

Les complications les plus fréquentes du zona sont les douleurs chroniques (qui persistent plus d’un mois après la guérison des vésicules). On parle alors de « douleurs post-zostériennes » ou de « douleurs résiduelles ». Ces douleurs peuvent être intenses et invalidantes. Elles sont plus fréquentes chez les personnes âgées, ainsi que chez les personnes pour lesquelles la phase aiguë a provoqué des symptômes sévères (nombreuses vésicules, douleurs intenses avant même l’apparition de vésicules, etc.).

Parfois, il arrive que les vésicules se surinfectent à cause de bactéries présentes sur la peau. Enfin, lorsque le zona touche un œil (« zona ophtalmique ») et n’est pas traité, des troubles de la vision permanents peuvent survenir.

Actualités

Le dixième Prix Paroles de Patients récompense "Le Perroquet", une œuvre bouleversante et magnifique

La dispensation d'antibiotiques à l'unité diminue le volume vendu et semble améliorer l'observance

Expérimentation de la dispensation à l’unité des antibiotiques : résultats d'une étude de l'Inserm

Représentation en 3D de virus de la grippe (illustration).

Vaccination contre la grippe 2017-2018 : en pratique