En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les signes de l'alcoolodépendance

Mis à jour : Lundi 11 Janvier 2016

L'alcoolodépendance a été définie de manière précise dans la classification internationale des maladies (CIM-10). De plus, divers questionnaires existent pour faire le point sur sa propre consommation de boissons alcoolisées.

Les critères de diagnostic d'alcoolodépendance

Six critères doivent être recherchés pour poser un diagnostic d’alcoolodépendance.

  • Tolérance accrue à l’alcool : la consommation d’une quantité constante d’alcool se traduit par une diminution nette de son effet. La personne a besoin de boire toujours plus pour ressentir l’ivresse ou le soulagement des symptômes de manque.
  • Apparition de symptômes de manque (anxiété, agitation, irritabilité, insomnie, sueurs, cauchemars, tremblements, palpitations, nausées, etc.) lorsque la personne diminue ou cesse de consommer des boissons alcoolisées. Pour soulager ces symptômes, elle doit alors boire ou se tourner vers d’autres substances psychotropes (par exemple des médicaments anxiolytiques).
  • Consommation persistante malgré la survenue de problèmes liés à la consommation d’alcool, conséquences connues et bien identifiées par la personne alcoolodépendante.
  • Obsession pour la consommation d’alcool qui peut se traduire par un abandon ou une réduction des autres sources de plaisir et d’intérêt au profit de l’alcool, ainsi qu’une augmentation du temps passé à se procurer des boissons alcoolisées, à les consommer et à récupérer de leurs effets négatifs.
  • Impossibilité de contrôler sa consommation de boissons alcoolisées en termes de début, de fin et de quantité de prise : la personne alcoolodépendante en consomme de plus en plus, pendant des périodes de plus en plus longues (souvent plus longues que prévues), et ne parvient pas à réduire sa consommation même si elle en a le désir.
  • Désir de consommer des boissons alcoolisées puissant, compulsif, irrésistible.

Faire le point sur sa consommation de boissons alcoolisées

Plusieurs questionnaires peuvent être utilisés pour dépister une consommation d'alcool à problème.

Le questionnaire DETA

Le questionnaire DETA (Diminuer, Entourage, Trop, Alcool) est le plus simple. Il comprend quatre questions :

  • Avez-vous déjà ressenti le besoin de diminuer votre consommation de boissons alcoolisées ?
  • Votre entourage vous a-t-il fait des remarques au sujet de votre consommation ?
  • Avez-vous déjà eu l’impression que vous buviez trop ?
  • Avez-vous déjà eu besoin d’alcool le matin pour vous sentir en forme ?

Deux réponses positives peuvent indiquer une consommation excessive et justifier une consultation avec son médecin généraliste à ce sujet. Les limites du questionnaire DETA sont liées au fait que les réponses reposent davantage sur un ressenti portant sur l’ensemble de la vie plutôt que sur des faits objectifs dans les semaines ou les mois précédant le questionnaire.

Le questionnaire FACE

Le questionnaire FACE est plus complet que le DETA.

Le questionnaire AUDIT

Le questionnaire AUDIT est le questionnaire de référence pour évaluer la consommation de boissons alcoolisées.

Actualités

Les acides gras oméga-3 issus d'huiles de poisson sont sans effet sur le risque cardiovasculaire (illustration).

Risque cardiovasculaire et oméga-3 : résultats d'une méta-analyse Cochrane et de l'étude VITAL

Lymphodème du bras modéré à gauche, avancé à droite (© NEJM 2018).

Traitement du cancer du sein : comment prévenir et, si besoin, traiter un lymphoedème du bras ?

Le dosage de l'HbA1c permet d'évaluer la glycémie moyenne sur plusieurs mois, du moins en l'absence d'anomalie des globules rouges (illustration).

Diabète de type 2 : que faire lorsqu'une variation de l’HbA1c n’est pas due à la glycémie ?