Les signes de l'alcoolodépendance

Mis à jour : Lundi 09 Décembre 2019

L'alcoolodépendance a été définie de manière précise dans la classification internationale des maladies (CIM-10). De plus, divers questionnaires existent pour faire le point sur sa propre consommation de boissons alcoolisées.

Quels sont les symptômes de l’alcoolodépendance ?

Les symptômes de l’alcoolodépendance sont :

  • un désir de consommer des boissons alcoolisées puissant, compulsif, irrésistible.
  • le besoin de boire toujours plus pour ressentir l’ivresse.
  • l'apparition de symptômes de manque lors d’arrêt de la consommation.
  • une consommation persistante malgré la survenue de problèmes liés à la consommation d’alcool.
  • une augmentation du temps passé à consommer des boissons alcoolisées et à récupérer de leurs effets négatifs.
  • l'impossibilité de contrôler sa consommation en termes de début, de fin et de quantité bue.

Les critères de diagnostic d'alcoolodépendance

Six critères doivent être recherchés pour poser un diagnostic d’alcoolodépendance.

  • Tolérance accrue à l’alcool : la consommation d’une quantité constante d’alcool se traduit par une diminution nette de son effet. La personne a besoin de boire toujours plus pour ressentir l’ivresse ou le soulagement des symptômes de manque.
  • Apparition de symptômes de manque (anxiété, agitation, irritabilité, insomnie, sueurs, cauchemars, tremblements, palpitations, nausées, etc.) lorsque la personne diminue ou cesse de consommer des boissons alcoolisées. Pour soulager ces symptômes, elle doit alors boire ou se tourner vers d’autres substances psychotropes (par exemple des médicaments anxiolytiques).
  • Consommation persistante malgré la survenue de problèmes liés à la consommation d’alcool, conséquences connues et bien identifiées par la personne alcoolodépendante.
  • Obsession pour la consommation d’alcool qui peut se traduire par un abandon ou une réduction des autres sources de plaisir et d’intérêt au profit de l’alcool, ainsi qu’une augmentation du temps passé à se procurer des boissons alcoolisées, à les consommer et à récupérer de leurs effets négatifs.
  • Impossibilité de contrôler sa consommation de boissons alcoolisées en termes de début, de fin et de quantité de prise : la personne alcoolodépendante en consomme de plus en plus, pendant des périodes de plus en plus longues (souvent plus longues que prévues), et ne parvient pas à réduire sa consommation même si elle en a le désir.
  • Désir de consommer des boissons alcoolisées puissant, compulsif, irrésistible.

Faire le point sur sa consommation de boissons alcoolisées

Plusieurs questionnaires peuvent être utilisés pour dépister une consommation d'alcool à problème.

Le questionnaire DETA

Le questionnaire DETA (Diminuer, Entourage, Trop, Alcool) est le plus simple. Il comprend quatre questions :

  • Avez-vous déjà ressenti le besoin de diminuer votre consommation de boissons alcoolisées ?
  • Votre entourage vous a-t-il fait des remarques au sujet de votre consommation ?
  • Avez-vous déjà eu l’impression que vous buviez trop ?
  • Avez-vous déjà eu besoin d’alcool le matin pour vous sentir en forme ?

Deux réponses positives peuvent indiquer une consommation excessive et justifier une consultation avec son médecin généraliste à ce sujet. Les limites du questionnaire DETA sont liées au fait que les réponses reposent davantage sur un ressenti portant sur l’ensemble de la vie plutôt que sur des faits objectifs dans les semaines ou les mois précédant le questionnaire.

Le questionnaire FACE

Le questionnaire FACE est plus complet que le DETA.

Le questionnaire AUDIT

Le questionnaire AUDIT est le questionnaire de référence pour évaluer la consommation de boissons alcoolisées.

Actualités

Des études de séroprévalence en cours dans la COVID-19 (illustration).

Tests sérologiques de la COVID-19 : une interprétation qui n'est pas si simple

Syndromes atypiques : dépister la COVID-19 au moindre doute (illustration).

Avoir le réflexe dépistage de la COVID-19 face à des manifestations inhabituelles

Le manque de liens sociaux, une situation particulièrement délétère (illustration).

De l’isolement social à la solitude : une question neurobiologique ?