En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Anorexie et boulimie

Mis à jour : Lundi 21 Février 2011

Se nourrir ne se résume pas à alimenter son corps pour qu’il fonctionne : il y a dans l’alimentation une forte connotation affective. Le comportement alimentaire peut donc devenir la forme d’expression d’une souffrance, les troubles devenant des maladies à part entière qui peuvent mettre la vie en danger.

Quels sont les symptômes de l’anorexie et de la boulimie ?

anorexie et boulimie

Certains pensent à leur prochain repas dès qu’ils sortent de table, d’autres vivent l’alimentation comme une corvée. Gourmandise ou ascétisme, ces façons de s’alimenter sont-elles anormales ? Dans la plupart des cas, elles ne constituent pas un trouble du comportement alimentaire. Nous n’avons pas tous le même métabolisme, ni le même rapport à la nourriture. L’essentiel est que notre comportement alimentaire ne mette pas en péril notre santé et réponde aux besoins essentiels de notre organisme.

Les troubles alimentaires peuvent se classer en deux grandes catégories : les troubles boulimiques (avec prise excessive de nourriture) et les troubles anorexiques (avec restriction alimentaire plus ou moins stricte). Ces deux formes de troubles peuvent cependant coexister ; on parle alors d’anorexie-boulimie.

Les troubles boulimiques

Les personnes atteintes de troubles boulimiques souffrent de crises pendant lesquelles elles absorbent des quantités très importantes de nourriture. Ces crises sont incontrôlables et se manifestent plusieurs fois par semaine. Certaines personnes, dites boulimiques non hyperphagiques, essaient de maintenir constamment leur propre poids. Elles compensent ces crises en se faisant vomir juste après les prises alimentaires (d’où l’appellation parfois rencontrée de boulimie vomitive), en pratiquant beaucoup de sport ou encore en consommant des médicaments laxatifs ou diurétiques.

La frénésie alimentaire (également appelée hyperphagie, boulimie hyperphagique ou binge eating) se traduit par des épisodes de consommation excessive d’aliments sur de courtes périodes (en général, moins de deux heures) jusqu’à l’inconfort gastrique. Ces épisodes se répètent au moins deux fois par semaine, pendant des mois. Pendant l’épisode de frénésie, la personne ressent un sentiment de perte de contrôle qui provoque honte, culpabilité, colère, dépression, etc. Les personnes boulimiques hyperphagiques ne cherchent pas à compenser leurs excès alimentaires et souffrent de surpoids ou d’obésité.

Les troubles anorexiques

Les personnes souffrant de troubles anorexiques (également appelée anorexie mentale) sont obsédées par l’idée de prendre du poids et s’imposent une conduite de restriction alimentaire sévère et durable. Certaines personnes, dites anorexiques contrôlées, respectent ces restrictions. D’autres, les anorexiques boulimiques, alternent phases anorexiques et crises de frénésie alimentaire, s’obligeant à compenser ces crises par une pratique sportive intense, des vomissements ou la prise de médicaments. A l’inverse des personnes souffrant de troubles boulimiques, les anorexiques perdent régulièrement du poids jusqu’à mettre leur vie en danger. Ces troubles sont pris en charge par des équipes pluridisciplinaires au sein de services de psychiatrie.

Actualités

Le toucher des personnes atteintes d'une maladie d'Alzheimer, avec leur consentement et après avoir été prévenues, pourrait diminuer leur anxiété, les apaiser (illustration).

Communiquer avec une personne atteinte d’Alzheimer : 10 conseils à suivre, 5 erreurs à éviter

L'OCDE vient de publier un état des lieux de la santé dans les 35 pays qui la composent

Santé en France : l’OCDE dresse un état des lieux contrasté

La plupart des souches vaccinales contre la grippe sont cultivés dans des oeufs (illustration).

Grippe : la faible efficacité du vaccin liée aux mutations survenant pendant la culture dans des oeufs