Comment évoluent les troubles du comportement alimentaire ?

Mis à jour : Mardi 08 Octobre 2019

Comment évoluent l’anorexie et la boulimie ?

Les conséquences médicales de l’anorexie et de la boulimie peuvent être graves, tant sur un plan individuel, familial que social. Les séquelles de la dénutrition et des vomissements à répétition sont parfois irréversibles. Les carences en minéraux, vitamines et oligoéléments peuvent entraîner un retard de croissance, un arrêt de la puberté et une décalcification qui augmente le risque d’ostéoporose (fragilité des os) à l’âge adulte. Après plusieurs années de troubles non soignés, ceux-ci peuvent devenir chroniques ou évoluer vers d’autres troubles psychiques comme les dépressions (avec un risque accru de suicide), l'anxiété et les phobies, les troubles obsessionnels compulsifs, les troubles addictifs et les troubles de la personnalité. Avoir souffert d'un trouble des conduites alimentaires fait courir le risque de souffrir d'une récidive ou d'un autre trouble des conduites alimentaires au cours de la vie. Des troubles métaboliques (diabète de type 2, par exemple) peuvent apparaître en lien avec l'obésité.

L’anorexie est une maladie mortelle dans 5 % des cas. Elle est souvent plus grave chez les rares garçons touchés par ce trouble. Lorsque le traitement est instauré précocement, la guérison est obtenue chez sept malades sur dix. Si le traitement est entrepris tardivement, les rechutes sont fréquentes, elles interviennent pour un malade sur deux. Les anorexiques gardent souvent des séquelles psychologiques de leur maladie : difficultés relationnelles et sexuelles, phobies, par exemple.

Actualités

Traquer le SARS-CoV-2 dans les stations d'épuration (illustration).

Lire dans les eaux usées : une autre arme contre la COVID-19

Représentation en 3D de papillomavirus humains (illustration).

Cancer du col de l'utérus : le test HPV recommandé pour le dépistage chez les femmes de 30 ans et plus

Des études de séroprévalence en cours dans la COVID-19 (illustration).

Tests sérologiques de la COVID-19 : une interprétation qui n'est pas si simple