Qui est touché par les troubles du comportement alimentaire ?

Mis à jour : Mardi 08 Octobre 2019

Qui peut être touché par l’anorexie ou la boulimie ?

La fréquence des troubles du comportement alimentaire a beaucoup augmenté au cours des trois dernières décennies. Certains codes culturels, comme la mode de la minceur, ont largement influencé la progression de ces maladies.

L’anorexie concerne principalement les adolescentes de 12 à 20 ans. Elle touche 1 % à 2 % de la population de cette tranche d’âge, soit environ quarante mille jeunes en France. Cette maladie est essentiellement féminine ; on compte neuf filles pour un garçon. Les troubles anorexiques sont en augmentation dans les pays occidentaux, et le nombre d’hospitalisations pour anorexie a doublé en une génération. Ils surviendraient davantage chez les jeunes filles issues de classes sociales aisées, vivant en milieu urbain.

Les troubles boulimiques sont plus répandus que l’anorexie et concernent essentiellement les femmes. Ils touchent 2 % à 3 % de la population féminine totale et environ 1,5 % des filles âgées de 11 à 20 ans (et trois filles pour un garçon). Ils apparaissent souvent un peu plus tardivement que l’anorexie, en moyenne autour de 19 ans. Les adolescentes boulimiques apparaissent souvent sûres d’elles, très attentives à leur apparence et cherchant à plaire. Elles souffrent parfois d’autres troubles du comportement, parmi lesquels la kleptomanie, la nymphomanie ou une toxicomanie. Dans sept cas sur dix, il s’agit de boulimie non hyperphagique (le poids est normal). La boulimie hyperphagique (avec surpoids) touche autant les hommes que les femmes. Elle concernerait de 3 à 5 % de la population. En général, elle est diagnostiquée à l'âge adulte. Les formes dites "précoces" (avant l'âge de 20 ans) sont plus sévères.

Les régimes à répétition
Certaines personnes enchaînent des régimes amaigrissants plus ou moins fantaisistes, mettant ainsi leur santé en danger. Cette obsession de l’amaigrissement est néfaste, mais ne doit pas être confondue avec les troubles anorexiques. Les régimes à répétition laissent des traces dans le métabolisme, rendant la perte de poids de plus en plus difficile (effet yo-yo), et peuvent entraîner des carences alimentaires. Sauf dans les cas extrêmes, ils ne présentent pourtant pas le même caractère de gravité que les troubles anorexiques.

Actualités

VIDAL vous souhaite un très bel été !

Très bel été à tous !

Vigilance et accompagnement, des éléments-clés en médecine gériatrique (illustration).

Patients âgés, COVID-19 et fortes chaleurs : des mesures spécifiques

Une étude menée par l'armée suisse montre que les mesures barrières semblent prévenir l'apparition de symptômes en cas d'infection (illustration).

COVID-19 : les mesures barrières préviennent-elles l’apparition de symptômes en cas d’infection ?