En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Anxiété

Mis à jour : Mardi 24 Novembre 2015

S’il est normal de ressentir de l’anxiété la veille d’un examen ou lorsque l’on se trouve face à un problème ponctuel, il arrive que ce sentiment prenne une importance injustifiée et handicapante. Lorsqu’elle est pathologique, l’anxiété prend des formes variées : attaque de panique, phobie, troubles obsessionnels compulsifs, etc.

Quelles formes l’anxiété peut-elle prendre ?

contrôler son anxiété

A un degré raisonnable, l’inquiétude et l’anxiété sont des sentiments normaux et utiles. Lorsque ces périodes d’anxiété sont justifiées par des causes réelles (examen, soucis financiers, divorce, chômage par exemple), elles peuvent être considérées comme normales, même si elles durent plusieurs semaines. Elles constituent un système d’alerte face à une situation donnée et permettent de mobiliser les ressources de l’individu et de solliciter sa faculté d’adaptation.

L’anxiété devient pathologique lorsqu’elle persiste malgré la disparition de la situation qui l’a provoquée ou lorsque le système d’alerte se met constamment en route alors qu’aucun événement ne le nécessite vraiment. Ces symptômes deviennent rapidement incompatibles avec la vie quotidienne. On parle alors de troubles anxieux. Ils s’expriment de très nombreuses manières selon l’histoire familiale et personnelle du patient, son hérédité, son imaginaire ou les causes des premiers épisodes d’anxiété.

L’anxiété peut être diffuse, persistante, irrationnelle et concerner la plupart des situations de la vie quotidienne. On parle alors d’anxiété généralisée. Cette angoisse impossible à contrôler est source de souffrance et rend impossible tout plaisir.

L’anxiété peut également se fixer sur une ou plusieurs situations très précises dont la présence va provoquer des symptômes intenses. Ce sont les troubles phobiques. La phobie devient grave lorsqu’elle oblige la personne touchée à restreindre ses activités.

Parfois, l’anxiété se concentre de manière intense sur une période très courte, quelques minutes à peine. Sans signe annonciateur, elle surgit violemment et provoque des symptômes qui peuvent simuler une crise aiguë de maladie cardiaque, pulmonaire ou neurologique. Ce sont les troubles paniques, également appelés attaque de panique ou crise d’angoisse.

Quelle que soit la forme de l’anxiété, ses manifestations sont souvent similaires. Aux symptômes psychologiques (angoisse, peur, nervosité, difficultés à se concentrer, irritabilité, distraction) s’ajoutent des symptômes physiques parfois éprouvants : palpitations cardiaques, tension musculaire, sensation d’étouffement, sueurs, bouffées de chaleur ou de froid, sensation de boule dans la gorge ou dans l’estomac, insomnies, etc. Ces symptômes physiques n’évoquent pas toujours de manière très évidente l’anxiété, et les patients redoutent d’être atteints d’une autre maladie.

Dans certains cas, l’anxiété ne provoque pas ce type de symptômes mais entraîne la mise en place d’une action répétitive destinée à la soulager de manière temporaire. Ce sont les troubles obsessionnels compulsifs (TOC). Le rituel adopté se répète de plus en plus souvent et finit par gêner la vie sociale et professionnelle du patient, qui vit son anxiété dans le secret et la honte.

Commentaires (89)

Le 02/03/2018 à 12:35
avatar Gianluca
Gianluca Profession non médicale / Autre
Le traitement suivant a été prescrit à mon épouse qui souffre d'anxiété généralisée depuis plusieurs années:

cymbalta et stablon

à la lecture des leurs actions respectives, il semblerait qu'ils soient antagoniste !!!

A votre avis ?

0 0
Le 06/03/2018 à 10:36
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour
Vous avez mal lu ou mal compris.

0 2
Le 01/01/2018 à 04:34
avatar marjo0404
marjo0404 Profession non médicale / Autre
bonsoir depuis 3 ans je fais des crises dangoisses mais la je pense que sa cest transformer en anxiete generalise jai une boule a la gorge et poiteine serrer en permanence donc je pense au pire et la sueur nausee peur de mourir et plein dautre chose jen est marre car je peux olus rien faire jai peur de tout qui pour maider svp cets plus vivable

7 5
Le 02/01/2018 à 11:16
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour,
Je ne peux que compatir pour cette année qui débute bien mal pour vous, mais le seul conseil intelligent est de consulter un professionnel de santé qui pourra vous aider. Sur un forum, nous sommes impuissants pour vous aider.

5 4
Le 23/07/2017 à 21:32
avatar blockchain
blockchain Profession non médicale / Autre
A lire le commentaire d'appache4, il ne faudrait donc rien prescrire et laisser les anxieux dans leurs cocons de peurs ? C'est n'importe quoi. Et c'est à un psychiatre de choisir les bons médicaments, s'il pense que les neuroleptiques sont nécessaires, ils le sont. Votre avis anxiogène et sans base forte devrait être supprimé surtout sur un sujet destinés à des personnes qui souffrent.

14 7
Le 25/07/2017 à 10:12
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour,
Appache4 exprime un point de vue en criant (majuscules) et je pense que les lecteurs sauront faire le tri entre des vociférations et une information pertinentes.

4 3
Le 29/06/2016 à 19:15
avatar appache4
appache4
LE CLORAZ2PATE 50 pourquoi a-t-il été mis comme stupéfianT? ET même supprimé,!!
Quand aux neuroleptiques cités bonjour les dégats,
FORCEMENT QUAND ON PRESCRIT UNE BZD ON PENSE AUX PATHOLOGIES QUI CONTRINDIQUENT CES MEDICAMENTS
EN CAS DE DEPRESSION RESPIRATOIRE CELA RELEVE DE L'INCONSCIENCE, et pourtant c'est prescrit, et pire c'est même vendu par des pharmaciens!! etc....

16 4
Le 22/06/2016 à 17:07
avatar Mohamed LAAMIM
Mohamed LAAMIM Médecin
SACHANT QUE LES AFFECTIONS CHRONIQUES SONT SOUVENT ANXIOGENES VOIRE DEPRESSOGENES EN PATHOLOGIE RESPIRATOIRE LES CRISES DE SUFFOCATION GENERENTDES TROUBLES D AGITATION ET MEME UNE AGGRESSIVITE REDOUTABLE QU EST CE QU ON PRECONISE AFIN DE NE PAS DEPRIMER LA RESPIRATION

10 3
Le 24/06/2016 à 17:17
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour,

C'est en agissant sur l'anxiété et sa cause (écoute, conseils, médicaments si besoin, type anxiolytiques en cure courte, ou antidépresseurs si dépression sous-jacente, par exemple), que les crises s'espaceront, voire s'arrêteront, ce qui arrêtera aussi la suffocation que vous décrivez...

18 0
Le 18/06/2016 à 11:30
avatar N'Guessan-Simone N'DRI
N'Guessan-Simone N'DRI Pharmacien
L'Atarax n'est il pas prescrit dans les cas d'allergie de prurit cutané

9 2
Le 21/06/2016 à 16:40
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour,

Atarax a plusieurs indications dans différents domaines :
- Manifestations mineures de l'anxiété.
- Prémédication à l'anesthésie générale.
- Traitement symptomatique de l'urticaire
- traitement de deuxième intention des insomnies d'endormissement
(http://eurekasante.vidal.fr/...)

7 2
Le 18/06/2016 à 10:09
avatar Lotfi DIB
Lotfi DIB Médecin
la plus grande anxiété de l'enfant est la séparation avec ses parents et donc une absence de protection .Pour
cela il faut habituer l'enfant à des sorties et le laisser seul 20 minutes chez des parents surtout ceux qui ont des enfants et le reprendre par la suite et ainsi de suite avec des temps de plus en plus longs et n'aura plus peur lorsqu'il se retrouvera à l'école.

4 2
Le 18/06/2016 à 09:58
avatar Lotfi DIB
Lotfi DIB Médecin
n'oublions pas 15 minutes de sport!!!

7 2
Le 18/06/2016 à 01:12
avatar FlocYork1
FlocYork1
Bonsoir, je suis neurologue libéral et je peux dire que ce symptôme touche tout les ages à des degrés variables lié à un problème social, professionnel et parfois à une pathologie organique motif de consultation. A mon avis la thérapeutique doit commencer par des molécules simples avec moins d'effet indésirable en tenant compte de l'age du malade de ses antécédents, associée à la psychothérapie, sport, musique etc .. . Moi j'ai de bons résultats avec les neuroleptique (Dogmatil) chez l'enfant et le sujet âgé , les antidépresseurs (Escitalopram, Paroxetine) parfois les benzodiazepines (Lexomil) chez l'ado et l'adulte jeune actif.
De manière générale je pense qu'avant de prescrire un traitement il faut bien écouter son malade , l'interroger sur tout les détails de sa vie socioprofessionnelle car souvent ce symptôme banal peut cacher un problème organique ou métabolique, hormonal en particulier.

36 5
Le 10/02/2016 à 13:37
avatar thierry_phyto
thierry_phyto Profession non médicale / Autre
Je ne suis pas tout à fait d'accord avec les contre-indications en fin de page : mélisse et valériane n'ont aucun effet sur le fer, et la valériane n'a pas d'effet notoire sur le foie. Aucun contre-indication connue pour ces 2 plantes. Par contre, le houblon est contre-indiquée pendant la grossesse et en cas d'ATCD de cancer hormonal.
Griffonia et rhodiola sont efficaces (par ex http://www.ormenis.com/...) mais attention, pas d'association avec les antidépresseurs

13 6
Lire tous les commentaires

Actualités

Discussion entre professionnels de santé dans un hôpital (illustration).

Risque d’erreur médicale aux urgences : étude française encourageante de l’impact des vérifications croisées

Samuel Mercier, infirmier urgentiste aux Sapeurs Pompiers de Paris, reçoit le premier Prix du Concours Lépine 2018 pour l'invention du MedPack (photo : @ConcoursLepine).

Concours Lépine 2018 : MedPack et trois autres innovations santé au tableau d’honneur

La HAS rappelle que le préservatif doit être associé à la pilule ou toute autre méthode contraceptive, pour protéger l'adolescente d'éventuelles IST (illustration).

Conseils et prescription de la contraception chez l’adolescente : préconisations de la HAS