En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Prévenir l’anxiété

Mis à jour : Mardi 24 Novembre 2015

Que faire pour dissiper un épisode d’angoisse ?

Un événement important a lieu demain. Jusqu’alors vous n’étiez pas très inquiet, et soudain vous êtes pris d’une bouffée d’angoisse. Votre cœur se met à battre plus vite, vos mains deviennent moites, vous avez des difficultés à avaler votre salive, vous vous sentez mal et n’arrivez pas à vous raisonner.

  • Des techniques simples de relaxation peuvent être efficaces pour vous calmer. Respirez lentement et profondément pendant quelques minutes. Bloquez votre respiration en comptant jusqu’à trois à la fin de chaque inspiration. Videz complètement vos poumons à chaque expiration. Détendez vos muscles de manière consciente en commençant par le bas du corps et en remontant progressivement jusqu’au visage. Relativisez autant que possible l’événement stressant, en essayant d’en voir les côtés positifs.
  • Les participants à des épreuves sportives ou à des examens doivent s’adapter à des impératifs parfois contradictoires, être motivés et combatifs, tout en restant maîtres d’eux-mêmes. Certaines personnes ont une aptitude naturelle à contrôler leur stress et à maintenir leur vigilance à un niveau favorable à la performance. D’autres ont besoin de recourir à des techniques particulières contre le stress : relaxation, respiration profonde, auto contrôle, etc.
    Les méthodes de gestion du stress varient d’une personne à l’autre. Certains ont besoin de s’isoler avant les épreuves, pour se concentrer et garder l’esprit fixé sur leur objectif. D’autres préfèrent passer du temps entourés d’amis, de coéquipiers, de collègues… pour un soutien et des encouragements mutuels.
  • Tâchez de vous souvenir de la façon dont vous avez préparé des épreuves par le passé et de vous rappeler quelles actions vous ont été les plus bénéfiques. Vous pourrez ainsi les appliquer, voire les améliorer.

Comment prévenir l’anxiété ?

Comme l’anxiété est une réaction normale, les mesures de prévention visent plutôt à éviter qu’une anxiété passagère ne s’installe de manière durable. La parole est un excellent moyen de soulager un sentiment anxieux. Il ne faut pas hésiter à parler à un proche, un médecin ou un professionnel du soutien psychologique. Les inquiétudes non exprimées ont rapidement tendance à devenir difficiles à supporter. Les activités sportives sont souvent d’une aide précieuse pour les personnes qui sont d’un tempérament anxieux : l’activité physique lutte contre le stress, détend, change les idées et permet d’éliminer les tensions physiques.

Pratiquez des activités de relaxation (yoga, tai-chi, sophrologie, etc.) susceptibles de favoriser la gestion du stress. Essayez de vous coucher tôt et d’avoir un sommeil suffisant. Assurez-vous que votre alimentation est équilibrée et satisfaisante. Réduisez votre consommation de caféine (café, thé, colas, chocolat, guarana, etc.).

Commentaires (87)

Le 23/07/2017 à 21:32
avatar blockchain
blockchain Profession non médicale / Autre
A lire le commentaire d'appache4, il ne faudrait donc rien prescrire et laisser les anxieux dans leurs cocons de peurs ? C'est n'importe quoi. Et c'est à un psychiatre de choisir les bons médicaments, s'il pense que les neuroleptiques sont nécessaires, ils le sont. Votre avis anxiogène et sans base forte devrait être supprimé surtout sur un sujet destinés à des personnes qui souffrent.

1 1
Le 25/07/2017 à 10:12
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour,
Appache4 exprime un point de vue en criant (majuscules) et je pense que les lecteurs sauront faire le tri entre des vociférations et une information pertinentes.

1 0
Le 29/06/2016 à 19:15
avatar appache4
appache4 Pharmacien
LE CLORAZ2PATE 50 pourquoi a-t-il été mis comme stupéfianT? ET même supprimé,!!
Quand aux neuroleptiques cités bonjour les dégats,
FORCEMENT QUAND ON PRESCRIT UNE BZD ON PENSE AUX PATHOLOGIES QUI CONTRINDIQUENT CES MEDICAMENTS
EN CAS DE DEPRESSION RESPIRATOIRE CELA RELEVE DE L'INCONSCIENCE, et pourtant c'est prescrit, et pire c'est même vendu par des pharmaciens!! etc....

8 2
Le 22/06/2016 à 17:07
avatar Mohamed LAAMIM
Mohamed LAAMIM Médecin
SACHANT QUE LES AFFECTIONS CHRONIQUES SONT SOUVENT ANXIOGENES VOIRE DEPRESSOGENES EN PATHOLOGIE RESPIRATOIRE LES CRISES DE SUFFOCATION GENERENTDES TROUBLES D AGITATION ET MEME UNE AGGRESSIVITE REDOUTABLE QU EST CE QU ON PRECONISE AFIN DE NE PAS DEPRIMER LA RESPIRATION

8 1
Le 24/06/2016 à 17:17
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour,

C'est en agissant sur l'anxiété et sa cause (écoute, conseils, médicaments si besoin, type anxiolytiques en cure courte, ou antidépresseurs si dépression sous-jacente, par exemple), que les crises s'espaceront, voire s'arrêteront, ce qui arrêtera aussi la suffocation que vous décrivez...

11 0
Le 18/06/2016 à 11:30
avatar N'Guessan-Simone N'DRI
N'Guessan-Simone N'DRI Pharmacien
L'Atarax n'est il pas prescrit dans les cas d'allergie de prurit cutané

5 1
Le 21/06/2016 à 16:40
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour,

Atarax a plusieurs indications dans différents domaines :
- Manifestations mineures de l'anxiété.
- Prémédication à l'anesthésie générale.
- Traitement symptomatique de l'urticaire
- traitement de deuxième intention des insomnies d'endormissement
(http://eurekasante.vidal.fr/...)

5 0
Le 18/06/2016 à 10:09
avatar Lotfi DIB
Lotfi DIB Médecin
la plus grande anxiété de l'enfant est la séparation avec ses parents et donc une absence de protection .Pour
cela il faut habituer l'enfant à des sorties et le laisser seul 20 minutes chez des parents surtout ceux qui ont des enfants et le reprendre par la suite et ainsi de suite avec des temps de plus en plus longs et n'aura plus peur lorsqu'il se retrouvera à l'école.

3 1
Le 18/06/2016 à 09:58
avatar Lotfi DIB
Lotfi DIB Médecin
n'oublions pas 15 minutes de sport!!!

4 0
Le 18/06/2016 à 01:12
avatar Mohamed OULED KOUIDER
Mohamed OULED KOUIDER
Bonsoir, je suis neurologue libéral et je peux dire que ce symptôme touche tout les ages à des degrés variables lié à un problème social, professionnel et parfois à une pathologie organique motif de consultation. A mon avis la thérapeutique doit commencer par des molécules simples avec moins d'effet indésirable en tenant compte de l'age du malade de ses antécédents, associée à la psychothérapie, sport, musique etc .. . Moi j'ai de bons résultats avec les neuroleptique (Dogmatil) chez l'enfant et le sujet âgé , les antidépresseurs (Escitalopram, Paroxetine) parfois les benzodiazepines (Lexomil) chez l'ado et l'adulte jeune actif.
De manière générale je pense qu'avant de prescrire un traitement il faut bien écouter son malade , l'interroger sur tout les détails de sa vie socioprofessionnelle car souvent ce symptôme banal peut cacher un problème organique ou métabolique, hormonal en particulier.

27 2
Le 10/02/2016 à 13:37
avatar thierry_phyto
thierry_phyto Profession non médicale / Autre
Je ne suis pas tout à fait d'accord avec les contre-indications en fin de page : mélisse et valériane n'ont aucun effet sur le fer, et la valériane n'a pas d'effet notoire sur le foie. Aucun contre-indication connue pour ces 2 plantes. Par contre, le houblon est contre-indiquée pendant la grossesse et en cas d'ATCD de cancer hormonal.
Griffonia et rhodiola sont efficaces (par ex http://www.ormenis.com/...) mais attention, pas d'association avec les antidépresseurs

11 4
Le 15/09/2015 à 12:04
avatar thiam
thiam
bjr tout le monde

premierement je m'appel karim je suis ingenieur en informatiue dans une societe de service..je me sent stress angoisse depuis a peut pret 6 mois..je m'angoisse pour rien..j'ai des imaginations negatives..peur de faire uelue choses non souhaitable..se sont des imaginations ..mon medecin m'a dit ue je suis stresse..je sent detache de moi ..angoisse

55 24
Le 03/08/2015 à 15:27
avatar kebzo
kebzo
Bonjour, j'ai 22 ans et depuis environ 1 mois je subis de fortes crises d'angoisse. Il y a un mois j'ai arrêté de fumer du cannabis, je n'étais pas un gros consommateur mais cela faisait tout de même 2ans et demi que je consommais au moins 1 joint tous les soirs. Puis j'ai décidé d'arrêter brutalement, je ne pensais pas en subir les conséquences mais depuis j'ai de fortes angoisses, au plus haut degrès de la spasmophilie, avec les sensations de mort imminente, les maux de tête et tout ce qui va avec. Mon message s'adresse à toutes les personnes souffrant de ces symptômes, ne vous enfermez pas, ne désespérez pas, tout ce qui se passe se trouve dans votre tête, pratiquez une activité physique tous les jours, prenez un peu d'homéopathie (sédatif pc etc...), positivez et essayez de vous vider la tête le plus possible, vous ne devenez pas fou, dîtes vous qu'une vie meilleure vous attend par la suite . L'anxiété peut amener une grande détresse, je sais de quoi je parle...

70 11
Lire tous les commentaires

Actualités

L'isolement est un des facteurs de risque de dépression chez les personnes âgées (illustration).

Dépression chez les personnes âgées : quel diagnostic ? Quelle prise en charge ?

Levée de l’interdiction de soins funéraires pour les personnes infectées par le VIH/Sida ou une hépatite

Les cas de gonorrhée multirésistante aux antibiotiques de référence augmentent à travers le monde

Augmentation rapide des cas de gonorrhées multirésistantes aux antibiotiques couramment utilisés