En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les médicaments du sevrage tabagique

Mis à jour : Vendredi 06 Avril 2018

Quels traitements pour soutenir l’arrêt de la cigarette ?

Les médicaments disponibles pour accompagner le sevrage tabagique sont de deux types : les substituts de la nicotine, disponibles sans ordonnance et le bupropion et la varénicline (sur ordonnance). Les traitements médicamenteux sont plus efficaces s'ils sont associés à un soutien psychologique et un suivi, par exemple par le médecin traitant.

En France, la Haute autorité de santé (HAS) recommande d’utiliser en premier lieu les substituts à la nicotine, sous forme de patch ou de gomme à mâcher. En cas d'échec d'une thérapie comportementale et d'un traitement par substitut nicotinique, deux autres médicaments peuvent être proposés en dernière intention : le bupropion et la varénicline.

Les résultats d’une étude publiée début 2016 comparant 3 méthodes de sevrage (patch, patch + gomme ou varénicline) montrent que les méthodes sont équivalentes. Néanmoins la varénicline est moins bien tolérée et ne doit être utilisée qu’en cas d’échec des substituts nicotiniques.

En savoir plus dans l'article : Sevrage tabagique : comparaison randomisée des 3 approches, 04/2016.

Les substituts nicotiniques en premier lieu

Les différents substituts de la nicotine

Les substituts nicotiniques sont destinés à compenser l’absence de nicotine due à la privation de tabac et à prévenir ainsi les symptômes du sevrage (nervosité, fringales, insomnies, par exemple). La quantité de nicotine administrée chaque jour est diminuée progressivement pour éviter l’apparition de symptômes de manque. Les substituts de la nicotine existent sous plusieurs formes : comprimé à sucer, comprimé sublingual, gomme à mâcher, timbre (dispositif transdermique) ou dispositif pour inhalation.

À posologie équivalente, toutes ces formes ont la même efficacité. Le choix du dosage se fait en fonction du degré de dépendance initiale à la nicotine. Les fumeurs fortement ou très fortement dépendants commencent par les dosages les plus forts. Il faut tenir compte des signes éventuels de sous-dosage (insomnie, irritabilité, agitation, sensation de faim) ou de surdosage (bouche sèche, état nauséeux, maux de tête, tremblements, palpitations) pour adapter la posologie après quelques jours de traitement.

L’association de deux substituts de la nicotine (patch et comprimé à sucer, par exemple) est possible.

Soyez vigilants et ne laissez pas traîner ces produits à portée de main des enfants. Une ingestion accidentelle pourrait avoir de graves conséquences.

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Le remboursement des substituts nicotiniques

Depuis le 1er novembre 2016, l'Assurance maladie accompagne l'arrêt du tabac et rembourse, pour un montant maximum de 150 € par an et par personne, les traitements par substituts nicotiniques. En pratique, pour bénéficier de cette prise en charge, il faut une prescription médicale établie par un médecin ou une sage-femme, un médecin du travail, un dentiste, un infirmier, un masseur kinésithérapeute sur une ordonnance consacrée exclusivement aux substituts nicotiniques. Pour être remboursé, les substituts nicotiniques doivent figurer sur la liste des substituts pris en charge par l’assurance maladie (Pour consulter la liste).

Le 26 mars 2018, Agnès Buzyn a annoncé l’intention du gouvernement de remplacer progressivement le forfait d’aide au sevrage tabagique de 150 € par an et par personne par un remboursement classique à 65 % lorsque le substitut nicotinique est prescrit. Comme pour tout médicament remboursable, le prix de ces substituts nicotiniques sera fixe et non plus libre comme avant. Le passage au remboursement classique est progressif car les laboratoires doivent déposer une demande de remboursement à la Haute autorité de santé (HAS). Certains substituts nicotiniques sont désormais remboursables à 65 %.

Les médicaments de deuxième intention

Le bupropion

Le bupropion était initialement utilisé aux États-Unis comme antidépresseur. Comme les personnes traitées avec cette substance avaient remarqué une diminution, voire une disparition de leur envie de fumer, son action a été étudiée dans ce cadre. Disponible sur ordonnance, il est commercialisé en France sous le nom de Zyban, comme aide au sevrage tabagique chez les adultes en bonne santé, en complément d'un soutien de la motivation à l'arrêt du tabac. Pendant la mise en place progressive du traitement, le fumeur continue de fumer. Il décide d'une date d'arrêt, en général au cours de la deuxième semaine du traitement, qui se poursuit pendant quelques semaines encore. Si le patient continue de fumer au bout de sept semaines de traitement, celui-ci est considéré comme inefficace et doit être arrêté.

Les effets indésirables les plus fréquents du bupropion sont : insomnie, bouche sèche, troubles digestifs, constipation, éruption cutanée, démangeaisons, sueurs, réaction allergique.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 20 Mars 2018

Bupropion

La varénicline

La varénicline, commercialisée en France sous le nom de Champix, est une substance qui a la propriété de se lier à certains récepteurs à la nicotine. Dans l'organisme, elle agit comme celle-ci sur ces récepteurs, ce qui aide à soulager les symptômes de manque et permet de réduire les effets de plaisir liés au tabagisme.

Les principaux effets secondaires surviennent le plus souvent au début du traitement et sont d'intensité modérée : nausées, maux de tête, insomnie, rêves anormaux. Des modifications du comportement ont été observées en cours de traitement par varénicline : pensée anormale, anxiété, agitation, humeur dépressive, idées suicidaires. Signalez rapidement à votre médecin tout changement important d’humeur. Le traitement doit être immédiatement interrompu en cas de modification du comportement ou d’humeur dépressive.

Les autorités de santé (HAS) considère que la varénicline est un moyen supplémentaire pour le sevrage tabagique, à utiliser après échec des traitements nicotiniques de substitution chez les fumeurs fortement dépendants. Il est désormais remboursable par l’Assurance maladie.

CHAMPIX (varénicline) : désormais remboursable dans le sevrage tabagique en 2e intention, 05/2017.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 20 Mars 2018

Varénicline

Les autres traitements disponibles

Un autre médicament contenant du nicotinamide peut également être proposé en traitement d’appoint pour arrêter de fumer.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 20 Mars 2018

Autres médicaments du sevrage tabagique

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Actualités

Nourrisson équipé d'une canule nasale Optiflow Junior permettant de délivrer une oxygénothérapie à haut débit (© Fischer & Paykel Healthcare).

Bronchiolites sévères du nourrisson : l’oxygénothérapie à haut débit d’emblée limite l'escalade thérapeutique

En cas de situation à risque (zone épidémique en particulier), les bébés âgés de 6 à 12 mois peuvent être vaccinés contre la rougeole en utilisant le ROR (illustration).

Vaccin contre la rougeole avant l’âge de 1 an : la HAS préconise d'utiliser le ROR à la place de ROUVAX

La HAS publie une fiche méthodologique pour la création d'outils de décision médicale partagée (illustration).

Outils d'aide à la décision médicale partagée : rappels et préconisations de la Haute Autorité de Santé