En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les causes des bouffées délirantes

Mis à jour : Jeudi 12 Mars 2009

Quelles sont les causes des bouffées délirantes ?

Dans 25 % des cas, la guérison intervient rapidement et aucune récidive n’est observée : la cause de cette bouffée délirante unique est alors difficile à expliquer. Lorsque la personne se trouve depuis longtemps dans un contexte relationnel difficile, la bouffée délirante aigüe (BDA) peut être l’expression d’une décompensation, autrement dit un effondrement brutal des mécanismes de protection psychique qu’elle avait mis en place. Parfois, cette décompensation peut être provoquée par un facteur externe, drogues, surmenage, manque de sommeil, etc. Il arrive qu’une bouffée délirante survienne quelques semaines après un accouchement.

Le confinement et l’enfermement peuvent aussi favoriser ces manifestations. Des cas ont été observés chez des jeunes appelés à l’époque où le service militaire était obligatoire, ainsi que chez des prisonniers.

Une bouffée délirante peut également constituer le premier signe (ou une complication) de troubles bipolaires ou d’une schizophrénie. Dans ces situations, d’autres symptômes permettent de préciser le diagnostic.

Qui risque de développer une bouffée délirante ?

Les bouffées délirantes surviennent le plus souvent chez des adolescents et des jeunes adultes âgés de 18 à 30 ans. Elles touchent en général des personnes fragiles, psychologiquement vulnérables, immatures, ayant du mal à s’adapter socialement et à trouver leur place dans le monde professionnel. Les bouffées délirantes peuvent, cependant, se manifester au même titre chez des personnes ne souffrant pas de problème particulier et chez qui aucun élément annonciateur ne peut être détecté.

Cette irruption du délire dans une vie normale et sans antécédent psychiatrique est très perturbante, d’abord pour les proches qui en sont les premiers témoins, puis pour la personne elle-même qui ne comprend pas, une fois l’épisode terminé, ce qui lui est arrivé.

Actualités

Repérage de vésicules cutanées évocatrices d'un zona (illustration).

Zona : synthèse des bonnes pratiques sur les connaissances, la prévention et la prise en charge

Les 10 articles de VIDAL les plus lus par les médecins en 2018

Arbre décisionnel pour l'hyperéosinophilie (complet et plus lisible ci-dessous), adapté de M Van Balkum et al., décembre 2018.

L’hyperéosinophilie, un "challenge diagnostique" en l’absence de cause évidente