Fatigue

Mis à jour : Mercredi 01 Avril 2020

Une fatigue ressentie en dehors de tout effort peut être le signe d’un mode de vie perturbé. Mais elle peut également être le signe révélateur d’une maladie. Même si des médicaments peuvent aider à passer le cap, l’amélioration du niveau d’énergie passe généralement par une remise en cause des habitudes.

Qu’appelle-t-on fatigue ?

fatigue

En médecine, on distingue la fatigue normale, dont on connait la cause et qui disparaît avec le repos, de la fatigue pathologique qui est un symptôme ou une maladie à part entière. Dans le cas d’une fatigue chronique anormale, on se sent fatigué au réveil et on éprouve de la peine à sortir du lit, même en ayant bien dormi. De plus, une activité habituellement facile à accomplir se transforme soudain en corvée. Ceci est parfois le signe d’une maladie sous-jacente dont il ne faut pas retarder le diagnostic.

Il est possible d’évaluer objectivement votre fatigue en vous aidant d’un questionnaire validé, l’échelle de fatigue de Pichot. Attribuez à chacune des 8 propositions ci-dessous un chiffre de 0 à 4 (0 = pas du tout ; 1 = un peu ; 2 = moyennement ; 3 = beaucoup ; 4 = extrêmement). Additionnez les 8 chiffres : si vous obtenez un total supérieur à 22, vous souffrez objectivement de fatigue inhabituelle.

  • Je manque d’énergie.
  • La moindre activité me demande un effort.
  • Je ressens une faiblesse dans certaines parties du corps.
  • J’ai les bras ou les jambes lourdes.
  • Je me sens fatigué sans raison.
  • J’ai envie de m’allonger pour me reposer.
  • J’ai du mal à me concentrer.
  • Je me sens fatigué, lourd et raide.

Quelles sont les complications éventuelles de la fatigue ?

Une fatigue généralisée est parfois le signe d’une maladie sous-jacente dont il ne faut pas retarder le diagnostic. Il s’agit donc de prendre au sérieux et de traiter à temps un état d’asthénie prolongé.

Dans certains cas, la fatigue peut conduire à l’épuisement.

Qu’est-ce que le syndrome de fatigue chronique ?
Le syndrome de fatigue chronique est une affection dont les causes restent mystérieuses. Il est probable qu’il ne s’agisse pas d’une maladie unique mais d’un ensemble de troubles de santé se traduisant par des symptômes similaires : fatigue importante et durable, accompagnée de douleurs des articulations et des muscles. Ces symptômes douloureux la différencient des autres formes de fatigue chronique (définie comme une fatigue qui dure plus de six mois).Le syndrome de fatigue chronique touche surtout les femmes jeunes (moins de 40 ans). Il survient parfois après une maladie virale (par exemple la mononucléose) ou un choc psychologique. Il n’existe pas de traitement spécifique de ce syndrome.

Quelles sont les causes de la fatigue ?

Les causes de la fatigue pathologique sont :

  • une maladie épuisante : forte grippe, cancer, par exemple ;
  • une maladie silencieuse comme l'anémie ou un problème de thyroïde ;
  • l'intoxication par le plomb ou le monoxyde de carbone ;
  • le manque de sommeil dû à des insomnies ou un syndrome d’apnée du sommeil ;
  • un état dépressif ;
  • certains médicaments comme ceux contre les maladies psychiques, les somnifères, les médicaments de l'hypertension artérielle, les diurétiques, les antihistaminiques, etc. ;
  • le stress et le surmenage au travail ou des activités de loisirs trop intenses ;
  • une alimentation déséquilibrée ou insuffisante, ou une mauvaise hydratation de l’organisme.

Chez la femme enceinte, la fatigue est un problème assez fréquent, au tout début de la grossesse (du fait des changements hormonaux) et au cours du troisième trimestre (quand l’utérus devient lourd).

L’apnée du sommeil, une éventuelle cause de fatigue
L’apnée du sommeil est un problème physiologique qui perturbe les nuits et qui peut être la cause de troubles du sommeil. Elle est relativement répandue, puisqu’elle touche 3 à 4 % de la population française. Au cours de la nuit, à certains moments, le dormeur bloque sa respiration. Ces arrêts répétés ne durent en général que quelques secondes, mais entraînent une baisse d’oxygénation du sang. Le cœur travaille donc anormalement pour essayer de mobiliser toutes les réserves en oxygène. En conséquence, le dormeur se réveille souvent fatigué le matin et, la plupart du temps, n’a aucune conscience de ce qui s’est passé.

Que faire en cas de fatigue ?

Recherchez les causes de l’état de fatigue en prenant le temps, dans le calme, de vous poser des questions sur votre mode de vie en général, votre travail, votre vie familiale et sociale, vos loisirs, vos abus ou vos manquements.

    Essayez de changer certaines de vos habitudes de vie.
  • Dormez suffisamment. Ne tardez pas à vous coucher et obéissez aux signaux envoyés par votre organisme : bâillements, perte d’attention, etc.
  • Pratiquez une activité physique régulière.
  • Pratiquez vos loisirs sans excès, afin de trouver un bon équilibre entre activité professionnelle et détente.
  • Pratiquez l'art de la sieste. Idéalement entre 12 et 15 heures, pendant 5 à 20 minutes. Pour ne pas dormir trop longtemps, dormez assis en tenant dans une main un objet qui vous réveillera en tombant (lorsque vous entrerez dans la première phase de sommeil profond). Ainsi, vous dormirez juste ce qu'il faut et serez en forme après.
  • Adoptez une alimentation équilibrée riche en fruits, en légumes et en céréales. Buvez au moins un litre et demi d’eau par jour.
  • Limitez votre consommation d’alcool et essayez d’arrêter de fumer.
Conduite à tenir en cas de fatigue
  alt Si d'autres symptômes se manifestent en même temps que la fatigue (douleurs articulaires, manque d'appétit, nausées, souffle court à l'effort, fièvre modérée, sueurs pendant la nuit, perte de poids, pâleur inhabituelle, malaises à répétition).
  alt Si la fatigue et la faiblesse s'accompagnent de troubles du sommeil et d'idées noires.
  alt Si cet état n'a pas de cause précise et dure plus de quelques jours.
  alt Si les mesures prises pour remédier au problème ne sont pas suivies d'effet au bout de quelques semaines.
  alt Si la fatigue est due à un mauvais sommeil.
  alt Si l'état de fatigue est récent et ne s'accompagne d'aucun autre signe.
Légende
alt Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
alt Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin en cas de fatigue ?

Au moyen d’un entretien et d’un examen approfondis, il détermine si la fatigue peut être due à une maladie. Dans ce but il lui faut, la plupart du temps, faire pratiquer des examens complémentaires. S’il ne décèle aucune cause pathologique, il peut donner des conseils pour surmonter cet épisode de fatigue. Cela peut-être, par exemple, une consultation chez un spécialiste.

Vous pouvez préparer la consultation en répondant aux questions suivantes :

  • La fatigue est-elle ressentie plutôt le soir ou plutôt le matin ?
  • Est-elle continue ou se manifeste-t-elle par poussées ?
  • Est-elle récente ou d'apparition ancienne ?
  • Présentez-vous d'autres symptômes (fièvre, douleurs, etc.) ?
  • Avez-vous été récemment malade ?
  • La fatigue a-t-elle un impact négatif sur votre vie quotidienne ?
  • Avez-vous fréquemment sommeil dans la journée ?

Quels sont les traitements de la fatigue ?

Le traitement de la fatigue pathologique varie selon sa cause. Si le médecin ne décèle aucune cause pathologique, il peut donner des conseils d’hygiène de vie : dormir suffisamment, pratiquer une activité physique régulière, adopter une alimentation équilibrée, limiter sa consommation d’alcool, par exemple. Les médicaments proposés en pharmacie contre la fatigue ne doivent pas être utilisés de façon prolongée. La durée du traitement est généralement limitée à un mois.

Quels sont les médicaments utilisés dans les états de fatigue passagers ?

On trouve en pharmacie de nombreux médicaments contre la fatigue (antiasthéniques). Ils contiennent des acides aminés, des éléments minéraux (phosphore, calcium, magnésium, etc.), des associations de vitamines en quantité équilibrée et des substances stimulantes (déanol, vitamine C) ainsi que des reconstituants et des fortifiants. Mais leur intérêt par rapport à une bonne hygiène de vie n’est pas bien défini et ils ne la remplacent en aucun cas ! Ils ne doivent pas être utilisés de façon prolongée.

Il existe également des médicaments de phytothérapie contenant des extraits de plantes riches en caféine, telles que le caféier, le kola, le guarana, le maté ou le thé vert, ainsi que des extraits de ginseng. Le ginseng est traditionnellement utilisé en médecine chinoise pour lutter contre le stress et la fatigue. Par ailleurs, les oligoéléments sont également utilisés comme modificateurs de terrain en cas de fatigue passagère.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 21 Avril 2020

Antiasthéniques : acides aminés

Antiasthéniques : phytothérapie

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Quels compléments alimentaires contre la fatigue ?

compléments alimentaires

Les compléments alimentaires proposés contre la fatigue sont essentiellement des substances excitantes ou adaptogènes.

La caféine contre la fatigue

Les effets excitants de la caféine ne sont plus à démontrer et justifient son utilisation contre la fatigue bien qu’elle n’en traite pas les causes. Néanmoins, depuis 2016, l’EFSA (l’Agence européenne de sécurité des aliments) interdit aux compléments alimentaires contenant moins de 75 mg de caféine par portion de prétendre « aider à augmenter la vigilance ».

La vitamine C (acide ascorbique) contre la fatigue

En 2012, les autorités sanitaires européennes ont reconnu aux compléments alimentaires contenant de la vitamine C le droit de prétendre contribuer à la réduction de la fatigue, si et seulement si ces produits contiennent au moins 12 mg de vitamine C (acide ascorbique) pour 100 g, 100 ml ou par emballage si le produit ne contient qu’une portion. Néanmoins, ces produits ne peuvent pas prétendre être nécessaires au maintien de la vitalité.

Les fruits de l’acérola contiennent plus de 4 % de leur poids en vitamine C et ceux de l’églantier, le cynorrhodon, 7 %. Ces plantes sont souvent utilisées comme sources de vitamine C dans les compléments alimentaires.

Le fer contre la fatigue

L’insuffisance d’apport en fer peut provoquer une anémie dont les symptômes sont notamment la fatigue et la diminution des performances intellectuelles. En 2012, les autorités sanitaires européennes ont reconnu aux compléments alimentaires contenant du fer le droit de prétendre contribuer à la réduction de la fatigue.

Toutefois, les compléments en fer doivent être réservés aux personnes dont la carence a été clairement identifiée par un médecin et pour lesquelles ce type de complément a été prescrit.

Liste non exhaustive des produits de parapharmacie mise à jour : Mardi 21 Avril 2020

Compléments alimentaires - Toniques généraux

Compléments alimentaires - Toniques juniors

Existe-t-il des risques avec les compléments alimentaires contre la fatigue ?

La caféine provoque de nombreux effets indésirables : nervosité, agitation, anxiété, insomnie, irritation de l’estomac, par exemple. Elle est déconseillée aux personnes souffrant de maladie cardiaque, d’anxiété, d’ulcères gastriques ou d’hypertension artérielle.

Les personnes sujettes aux calculs urinaires et celles qui souffrent de maladies où l’on observe une accumulation de fer dans l’organisme doivent s’abstenir de prendre des doses élevées de vitamine C. Une prise excessive de vitamine C entraîne en outre des diarrhées.

La prise de compléments de fer doit être faite sous contrôle médical. Les compléments de fer peuvent, d’autre part, aggraver un ulcère gastroduodénal, ainsi que les symptômes de la maladie de Crohn et de la rectocolite hémorragique. Enfin, le fer diminue l’absorption de certains médicaments tels que les antibiotiques de la famille des cyclines et des quinolones, le traitement de l’ostéoporose ou les hormones thyroïdiennes.

Les personnes souffrant d’hypertension artérielle doivent s’abstenir de prendre du ginseng. Celles qui souffrent de diabète, de maladies cardiaques ont intérêt à consulter leur médecin avant d’ingérer cette plante.

Nervosité, insomnie, irritabilité, diarrhée, hypertension artérielle et palpitations sont les principaux effets indésirables dus à une consommation excessive de ginseng. De plus, les personnes qui prennent des traitements anticoagulants ou qui vont subir une intervention chirurgicale doivent s'abstenir de consommer ce type de plante.


Quelles plantes pour soulager la fatigue passagère ?

phytothérapie

Certaines plantes proposées contre la fatigue sont des plantes dites « adaptogènes » (ginseng, éleuthérocoque, rhodiole), c’est-à-dire qui aideraient l’organisme à répondre aux agressions et aux déséquilibres dont il est l’objet. D’autres contiennent des substances excitantes, en particulier la caféine. On peut les trouver sous forme de médicaments ou d’extraits.

Le ginseng pour soulager la fatigue passagère

Le ginseng est considéré comme un tonique général, utilisé en cas de fatigue intellectuelle ou physique (asthénie), ou encore lors de convalescence. Sa racine s’utilise en poudre après séchage, ou en décoction lorsqu’elle est entière. Les études cliniques mesurant l’effet du ginseng sur la fatigue sont nombreuses, mais souffrent de lacunes méthodologiques. Néanmoins, ses propriétés tonifiantes semblent établies.

L’éleuthérocoque pour soulager la fatigue passagère

L’éleuthérocoque, improprement nommé ginseng sibérien (il ne fait pas partie de la famille du ginseng), améliorerait les performances intellectuelles, physiques et sexuelles. On utilise sa racine séchée en infusion ou en gélules ; lorsqu’elle est entière, sa racine s’utilise en décoction. Aucune étude clinique ne valide son effet tonifiant ; néanmoins, ses effets bénéfiques en période de fatigue ou de convalescence sont traditionnellement établis.

Les plantes contenant de la caféine pour soulager la fatigue passagère

Les effets excitants de la caféine ne sont plus à démontrer. Ils justifient l’utilisation des plantes qui la contiennent pour stimuler les capacités intellectuelles et lutter contre la fatigue, sans toutefois en traiter les causes. On trouve la caféine dans des plantes consommées dans le monde entier : graines de caféier et de guarana, feuilles de théier et de maté, noix de kolatier, etc. La caféine entre dans la composition de nombreux médicaments et compléments alimentaires visant à combattre la fatigue, en association avec la vitamine C.

Les autres plantes pour soulager la fatigue passagère

Les autres plantes adaptogènes comme la rhodiole (ou orpin rose, Rhodiola rosea) ou le schizandra (Schizandrae chinensis) sont traditionnellement utilisées pour lutter contre la fatigue. Le gingembre est également considéré comme un tonique général en médecine traditionnelle asiatique.

Les plantes réputées riches en vitamine C sont aussi proposées : fruits de l’acérola et de l’églantier (cynorrhodon).

Les cures de tisane d’anis vert, d’avoine, de feuilles d’ortie dioïque, de petite centaurée, de romarin ou de vigne rouge ont fait partie de l’arsenal utilisé traditionnellement contre la fatigue.

Existe-t-il des risques à soulager la fatigue passagère avec des plantes ?

Une fatigue qui persiste malgré un sommeil de bonne qualité doit conduire à prendre un avis médical.

Les personnes qui prennent des traitements anticoagulants ou qui vont subir une intervention chirurgicale doivent s’abstenir de consommer du ginseng. Le ginseng et l'éleuthérocoque sont déconseillés aux personnes souffrant d’hypertension artérielle, d’insomnie, de troubles nerveux, de diabète, d’obésité ou de maladies cardiaques.

La caféine provoque de nombreux effets indésirables : nervosité, agitation, anxiété, insomnie, irritation de l’estomac, par exemple. Les plantes qui en contiennent sont déconseillées aux personnes souffrant de maladie cardiaque, d’anxiété, d’ulcères gastriques ou d’hypertension artérielle.


Sources et références de l'article "Fatigue"