En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les compléments alimentaires contre les insomnies

Mis à jour : Lundi 08 Septembre 2014

Quels compléments alimentaires contre les insomnies ?

compléments alimentaires

Les compléments alimentaires proposés contre les troubles du sommeil contiennent essentiellement des plantes aux propriétés sédatives.

Les plantes sédatives contre les insomnies

Quelques plantes ont un effet sédatif (calmant) traditionnellement reconnu. Elles sont utilisées séparément ou dans des formules composées de plusieurs plantes.

La mélatonine contre les insomnies

La mélatonine est une hormone fabriquée par le cerveau pendant la nuit. Sa sécrétion régule les rythmes quotidiens de l’organisme en fonction de la luminosité et de la durée du jour. Cette substance est censée soulager les troubles du sommeil et prévenir les effets du décalage horaire.

La mélatonine a montré un intérêt certain dans le traitement des troubles du sommeil chez les personnes aveugles pour lesquelles il n’y a pas de variation de la luminosité entre le jour et la nuit, et dans le sevrage des personnes dépendantes aux somnifères. En revanche, son efficacité dans la prévention des effets du décalage horaire reste incertaine. Un médicament contenant de la mélatonine (Circadin) est autorisé pour le traitement des troubles du sommeil chez les personnes de plus de 55 ans.

En 2012, les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) se sont prononcées sur certaines allégations santé des compléments alimentaires contenant de la mélatonine.

Après examen des données scientifiques, elles ont estimé que ces produits peuvent prétendre réduire le temps nécessaire à l’endormissement, à condition de délivrer 1 mg de mélatonine par portion et d’être pris avant le coucher. Par contre, les compléments alimentaires contenant de la mélatonine ne peuvent pas prétendre améliorer la qualité du sommeil ou aider à réguler les rythmes circadiens. Ces revendications d’effet sont désormais interdites pour les compléments alimentaires contenant de la mélatonine.

Existe-t-il des risques avec les compléments alimentaires contre les insomnies ?

Les enfants et les adolescents doivent s’abstenir de prendre de la mélatonine, de même que les adultes épileptiques ou dépressifs. Du fait de la somnolence qu’elle peut induire, il est préférable de ne pas conduire de véhicule dans les heures qui suivent la prise de mélatonine. En outre, la mélatonine pourrait augmenter les effets hypnotiques d’autres substances : médicaments, plantes, alcool, drogues et interagir avec les médicaments contre l’hypertension artérielle et la dépression.

Que faire en cas de troubles anxieux ?
L'anxiété est la cause la plus fréquente des troubles du sommeil. Elle peut en outre être assortie de malaises physiques tels qu'une accélération du rythme cardiaque et une sensation d'étouffement (troubles paniques).
Des études ont montré que le décapeptide de caséine alpha 1 (ou alpha-casozépine) possédait des effets anxiolytiques. Cet effet est bref, de vingt-quatre à quarante-huit heures, ce qui réserve l'usage de cette substance à des indications limitées.
Le traitement médical de l'anxiété repose sur l'utilisation de techniques psychothérapeutiques éventuellement associées, sur une courte période, à des médicaments anxiolytiques.

Actualités

La névralgie du trijumeau est plus fréquente chez les femmes de plus de 50 ans. Elle se caractérise par des douleurs violentes, en général unilatérales, situées sur le territoire d\\\'une branche du nerf V (illustration).

Névralgie du trijumeau : premières recommandations françaises sur le diagnostic et la prise en charge

L\'INCa publie une fiche sur le repérage de la souffrance psychique chez les personnes atteintes de cancer (illustration).

Souffrance psychique et cancer : l’INCa publie une fiche synthétique pour les médecins généralistes

La nouvelle recommandation de la HAS a été rendue publique le 23 octobre 2018.

Dépistage systématique et ciblé des infections à Chlamydia trachomatis : la HAS modifie ses recommandations