En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Grossesse et insomnie

Mis à jour : Lundi 08 Septembre 2014

Chez la femme enceinte, l'insomnie se manifeste plutôt pendant le premier et le troisième trimestre et, en particulier, pendant le dernier mois de la grossesse. Ces insomnies, même si elles sont désagréables, n'ont pas d'effet sur le développement du fœtus. Quelques règles simples permettent de les soulager, au moins partiellement.

Pourquoi l'insomnie est-elle fréquente pendant la grossesse ?

femme enceinte qui baille

Chez la femme enceinte, l’insomnie est un problème fréquent, en particulier durant le premier et le troisième trimestre.

Durant le premier trimestre, les troubles du sommeil sont plutôt liés au stress et à l’anxiété qui sont fréquents après la confirmation de la grossesse. De plus, les modifications hormonales peuvent perturber les cycles veille/sommeil habituels. Enfin, parfois, l’installation du fœtus dans l’utérus stimule la vessie et oblige à se lever la nuit pour uriner. La future maman dort mal, somnole durant la journée, s’autorise des siestes en rentrant du travail, autant d’éléments qui perturbent le rythme quotidien et nuisent à la qualité du sommeil.

Au cours du troisième trimestre, ce sont plutôt les crampes, le mal de dos, l’envie d’uriner, la position inconfortable ou les difficultés à respirer liée au ventre volumineux, les mouvements du bébé, ou les inquiétudes liées à l’accouchement qui troublent le sommeil.

Comment préserver la qualité de son sommeil lorsqu'on est enceinte ?

Au cours du premier trimestre de la grossesse, il est essentiel de veiller à conserver des heures de lever et de coucher régulières, et d’éviter les siestes trop tardives (après 15 heures). Si vous tombez de sommeil après le travail, préférez une séance de marche ou de natation pour lutter contre la somnolence. Les problèmes d’anxiété et de stress peuvent être améliorés en parlant avec ses proches, son médecin ou sa sage-femme.

Au cours du troisième trimestre, quelques mesures simples peuvent aider à améliorer le sommeil pendant la grossesse.

  • Pour dormir plus confortablement, allongez-vous sur le côté gauche pour faciliter la circulation du sang des jambes vers le cœur, ce qui peut éviter les crampes. Placez un oreiller entre vos genoux ou sous votre ventre. Il est également possible de dormir de trois-quart sur le ventre avec une jambe repliée.
  • Évitez de boire dans les heures qui précèdent le coucher et prenez le temps de bien vider votre vessie avant d’aller au lit.
  • Surélevez légèrement votre lit au niveau des pieds (sauf si vous souffrez de reflux acides).
  • Appliquez les règles générales du mieux-dormir : dîner léger, rituels du coucher, moment de relaxation avant d’aller au lit, activité physique adaptée dans la journée (jamais en soirée), réduction de la consommation de caféine, etc. Si vous avez envie de prendre un bain relaxant, veillez à ce qu’il ne soit pas trop chaud pour ne pas entraîner de problèmes circulatoires.

Attention, si vous êtes enceinte, ne prenez jamais de médicament contre les insomnies, même ceux disponibles sans ordonnance ou ceux à base de plantes. Si vos troubles du sommeil deviennent trop handicapants, consultez votre médecin.

Source : « Le grand livre de ma grossesse » Collège national des gynécologues et obstétriciens, Eyrolles, 2012.

Actualités

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?

Les femmes répondent, en général, mieux aux antipsychotiques mais sont également plus sujettes aux possibles effets secondaires (illustration).

Médicaments antipsychotiques : l'efficacité et la tolérance diffèrent en fonction du genre