Comment réagir en cas d'insomnie ?

Mis à jour : Lundi 02 Mars 2020

Quelques conseils pour bien dormir

    Une hygiène de vie et des conseils simples favorisent un bon sommeil, ou permettent de le retrouver.
  • Ne pas prendre de boissons stimulantes après 16 heures (café, thé, sodas à base de caféine).
  • Eviter l’alcool le soir : il désorganise le sommeil et provoque des réveils nocturnes.
  • Manger léger au dîner, des sucres lents et peu de matières grasses, par exemple.
  • Garder sa chambre à une bonne température (entre 18 et 20 °C).
  • Choisir un lit pas trop mou, adapté à la taille et au poids du dormeur et de son conjoint.
  • Pratiquer une activité sportive dans la journée, ce qui facilitera l’endormissement. Attention, il est préférable d’éviter de pratiquer un sport après 20 heures, car cela risque de rendre plus difficile l’endormissement.
  • Se préparer au sommeil par des activités calmes, telles que la lecture et l’écoute de musique ou par des petits rituels du soir.
  • Se coucher tous les soirs à peu près à la même heure.
  • Ne pas lutter contre les signes tels que les bâillements et les paupières lourdes, que l’organisme nous envoie lorsqu’il est temps d’aller au lit.
  • Enfin, certaines personnes répartissent leur sommeil au cours de la journée. Si elle est possible et qu’elle ne dépasse pas une vingtaine de minutes, une sieste peut être une bonne solution pour compenser des troubles du sommeil nocturne. Attention cependant à ce qu’elle n’en soit pas la cause !
Conduite à tenir en cas de troubles du sommeil
  alt Si une insomnie régulière s'installe (plus de trois fois par semaine et depuis plus de trois semaines).
  alt Si la personne se réveille fatiguée tous les matins, ou reste somnolente dans la journée.
  alt Si elle constate un changement durable dans son rythme ou ses habitudes de sommeil.
  alt Si ces troubles sont apparus depuis qu'elle prend un nouveau médicament.
  alt Si les troubles du sommeil deviennent de moins en moins supportables.
  alt Si ces troubles semblent liés à des problèmes psychiques et que la personne éprouve le besoin d'en parler à quelqu'un.
  alt Si l'automédication n'apporte pas d'amélioration au bout de quelques jours.
  alt Si le trouble du sommeil est connu, régulier et que la personne a déjà consulté à ce sujet.
Légende
alt Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
alt Il est possible de s’automédiquer.

Pourquoi doit-on consulter un médecin ?

Le sommeil est fondamental pour notre équilibre, et le manque de sommeil peut avoir des répercussions très négatives sur la qualité de vie ainsi que sur la santé physique et psychique. Il ne faut donc pas hésiter à consulter si l’insomnie se produit régulièrement, lorsque l’on se réveille fatigué tous les matins ou lorsque l’on est somnolent dans la journée.

Que puis-je prendre en cas de troubles du sommeil mineurs ?

Les remèdes de grand-mère contre les insomnies ont parfois du bon pour mieux dormir. Une boisson chaude telle qu’une tisane ou un bol de lait et un bain tiède ont une action relaxante.

Les tisanes de plantes aux vertus sédatives (tilleul, camomille, valériane, par exemple) peuvent aider à lutter contre l’insomnie passagère. L’aubépine est réputée pour réguler le rythme cardiaque, calmer les palpitations et favoriser l’endormissement des personnes nerveuses. La passiflore, qui agirait contre l’anxiété, pourrait éviter les réveils trop matinaux.

En cas de troubles mineurs du sommeil, on préconise également certains médicaments à base de brome, de plantes à visée sédative, d'oligo-éléments ou de remèdes homéopathiques disponibles sans ordonnance.

Sédatifs contenant du brome

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Actualités

Épidémie COVID-19 : la pièce n'est pas finie (illustration).

COVID-19 : fin du premier acte ?

Les tests sérologiques permettent d'identifier des personnes étant ou ayant été en contact avec le virus (illustration).

Tests sérologiques rapides COVID-19 : lesquels ? Par qui ? Pour qui ?

La reprise des activités d'AMP en établissements de santé est soumise à autorisation des ARS, en fonction des conditions locales et régionales de circulation du virus

COVID-19 et assistance médicale à la procréation : reprise progressive des activités