Les psychoses non-schizophréniques

Mis à jour : Vendredi 31 Août 2018

Quelles sont les autres psychoses ?

Si la schizophrénie est la psychose la plus répandue, il en existe de nombreuses autres formes. Les psychiatres les nomment délires chroniques non schizophréniques. Ces psychoses apparaissent généralement après l’âge de 30 ans, souvent chez des personnes marquées par un caractère rigide, obsessionnel, méfiant et orgueilleux.

Les paranoïas

Dans cette forme de psychose, les délires semblent avoir une base logique et paraissent crédibles. Le patient se sent persécuté, victime d’un complot. Quelques exemples : la jalousie pathologique, le délire étant alors fondé sur l’infidélité fantasmée du conjoint ; la revendication, lorsque le malade est persuadé de subir de graves préjudices et qu’il veut à tout prix faire valoir ses droits.

La psychose hallucinatoire chronique

Dans cette psychose, les hallucinations sont nombreuses et touchent tous les sens. Le délire s’organise en général autour des thèmes de la persécution, du mysticisme ou de la mégalomanie. Cette psychose se déclare le plus souvent chez les femmes au moment de la ménopause. Elle peut être efficacement traitée.

Les paraphrénies

Dans ce cas, le délire est riche, très imaginatif, axé sur des thèmes fantastiques, cosmiques. Mais les troubles restent discrets et les personnes atteintes semblent souvent bien adaptées à la vie sociale.

Attention, ce que l’on appelait autrefois psychose maniaco-dépressive ou maniaco-dépression n’est plus considérée comme une psychose aujourd’hui : on parle désormais de troubles bipolaires.

Actualités

Des études de séroprévalence en cours dans la COVID-19 (illustration).

Tests sérologiques de la COVID-19 : une interprétation qui n'est pas si simple

Syndromes atypiques : dépister la COVID-19 au moindre doute (illustration).

Avoir le réflexe dépistage de la COVID-19 face à des manifestations inhabituelles

Le manque de liens sociaux, une situation particulièrement délétère (illustration).

De l’isolement social à la solitude : une question neurobiologique ?