En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les psychoses non-schizophréniques

Mis à jour : Vendredi 19 Janvier 2018

Quelles sont les autres psychoses ?

Si la schizophrénie est la psychose la plus répandue, il en existe de nombreuses autres formes. Les psychiatres les nomment délires chroniques non schizophréniques. Ces psychoses apparaissent généralement après l’âge de 30 ans, souvent chez des personnes marquées par un caractère rigide, obsessionnel, méfiant et orgueilleux.

Les paranoïas

Dans cette forme de psychose, les délires semblent avoir une base logique et paraissent crédibles. Le patient se sent persécuté, victime d’un complot. Quelques exemples : la jalousie pathologique, le délire étant alors fondé sur l’infidélité fantasmée du conjoint ; la revendication, lorsque le malade est persuadé de subir de graves préjudices et qu’il veut à tout prix faire valoir ses droits.

La psychose hallucinatoire chronique

Dans cette psychose, les hallucinations sont nombreuses et touchent tous les sens. Le délire s’organise en général autour des thèmes de la persécution, du mysticisme ou de la mégalomanie. Cette psychose se déclare le plus souvent chez les femmes au moment de la ménopause. Elle peut être efficacement traitée.

Les paraphrénies

Dans ce cas, le délire est riche, très imaginatif, axé sur des thèmes fantastiques, cosmiques. Mais les troubles restent discrets et les personnes atteintes semblent souvent bien adaptées à la vie sociale.

Attention, ce que l’on appelait autrefois psychose maniaco-dépressive ou maniaco-dépression n’est plus considérée comme une psychose aujourd’hui : on parle désormais de troubles bipolaires.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité