En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Grossesse et troubles bipolaires

Mis à jour : Vendredi 30 Juin 2017

Il semble que, chez une femme sur deux, la grossesse et son effet sur la stabilisation des taux d’estrogènes aient un effet bénéfique sur les troubles bipolaires. Cet effet stabilisateur est actuellement remis en cause.

La prise en charge des troubles bipolaires chez la femme enceinte

femme enceinte chez son médecin

En cas de désir de grossesse, les femmes qui prennent des médicaments régulateurs de l’humeur (thymorégulateurs) doivent en parler avec leur médecin. Une réévaluation du traitement est nécessaire avant de débuter la grossesse. Elle ne conduit pas nécessairement à l’interruption des thymorégulateurs.

Les risques de malformations liés aux traitements thymorégulateurs ont été probablement un temps sous-estimés pour être ensuite sur-estimés. Le risque de rechute dépressive ou maniaque provoqué par l’arrêt d’un traitement bien équilibré doit être comparé aux risques induits par la poursuite du traitement pendant la grossesse. Cette évaluation est strictement individuelle.

Néanmoins, toutes les mesures doivent être prises pour éviter une grossesse sous valproate de sodium ou valpromide, en raison du risque de malformations chez le fœtus et de troubles du développement chez les enfants dont les mères ont pris le médicament. Pour les autres substances, le risque malformatif est moins important. Le lithium augmente légèrement le risque de malformations cardiaques, notamment en cas de prise entre le premier et le deuxième mois de grossesse. Si possible, il doit être suspendu pendant cette période. Les autres traitements (lamotrigine et certains neuroleptiques) peuvent être proposés en concertation avec le psychiatre, en utilisant les doses minimales efficaces.

Dans tous les cas, une grossesse chez une femme traitée pour un trouble bipolaire est considérée comme à risque. Elle doit être prise en charge par une équipe spécialisée. Des mesures particulières peuvent être mises en place: dosages plus fréquents des concentrations des médicaments dans le sang, surveillance accrue du développement du fœtus et supplémentation en acide folique (vitamine B9).

La période après l’accouchement chez la femme souffrant de trouble bipolaire

Après l’accouchement, les femmes souffrant d’un trouble bipolaire sont plus vulnérables et doivent faire l’objet d’une surveillance rapprochée. Elles sont exposées à un risque augmenté de dépression et à un risque de psychose. Si le traitement thymorégulateur a été interrompu, le risque de récidive de la maladie justifie la reprise d’un traitement dans les semaines qui précèdent et qui suivent l’accouchement. Les sels de lithium sont souvent privilégiés. Dans ce cas, il est recommandé de ne pas allaiter.

Commentaires (68)

Le 03/04/2017 à 15:17
avatar bernard MOLLET
bernard MOLLET Médecin - Médecine générale
Excellente mise au point.Permet au Praticien de ne pas décider et agir par excès ou par défaut devant une situation appréhendée en consultation

4 1
Le 03/04/2017 à 12:39
avatar Ambre RONCERET
Ambre RONCERET Autre professionnel de santé
bonjour,
je n'en peux plus du lithium, du Xéroquel, du Quitaxon ...etc..
Quand j'ai commencé mon traitement, en trois mois j'avais pris 28 kilos, ma thyroïde ne fonctionnait quasiment plus: donc Lévotyrox à vie...
Mon humeur n'est pas si stable que ça, les délires hauts ou bas se produisent assez fréquemment. Les médications ont été multiples, mais le lithium a toujours été présent.
Et marre de ces médicaments.Quinze ans que ça dure. Et je ne me supporte plus.

3 1
Le 10/04/2017 à 09:35
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour, les troubles bipolaires constituent un handicap redoutable, surtout quand les médicaments sont insuffisamment efficaces ou à l'origine d'effets secondaires importants. Espérons que de nouvelles découvertes permettent de simplifier le traitement de cette maladie.

3 0
Le 22/10/2015 à 00:44
avatar COLBER59
COLBER59
Je suis bipolaire depuis l'âge de 16 ans c'est à ce moment que tout s'est écroulé pour moi... mes ambitions de hockeyeur se sont terminés.J'ai rechaussé les patins 5 mois après mon hospitalisation c'était comme si j'avais jamais patiné de ma vie. Mes phases maniaques ont anéanti mon cercle d'amis. Tentative de suicide à 20 ans la corde a cédé j'étais toujours en vie. Aujourd'hui j'ai deux belles filles et une blonde qui m'aime mais j'ai toujours le cafard! Je prend mes médicaments, je vois mon médecin mais je suis pas heureux! J'ai des hauts d'humeur tellement que je crois laisser ma blonde pour lui rendre la vie meilleure....Quoi en penser?

21 4
Le 17/09/2015 à 12:49
avatar COLBER59
COLBER59
bonjour, bipolaire depuis des années j'ai d'abord été traité au depamide mais tentative de suicide sur tentative de suicide apres recherche sur internet j'ai trouvé le lithium depuis je vis normal jusqu'au 14 sept 2015 où on m'a hospitalise je dois arreter le lithium car il est en train de bousiller mes reins

13 8
Le 14/09/2015 à 11:06
avatar COLBER59
COLBER59
mon epouse est bipolaire ...elle demande le divorce sans savoir pourquoi ...des fois elle veux retourner à la maison et des fois elle nous fuit moi et les enfants ...

46 15
Le 23/05/2015 à 00:38
avatar COLBER59
COLBER59
Bonjour je vois que ce sujet n'a pas ete continué depuis 2010, voilà moi depuis ma TS en 2012 je suis sous neuroleptique Xéroquel en ce moment 150 mg, Zoloft 25 Mg donc au debut je prenais jusqu'a 300 mg j'ai voulu baisser les doses car je se sentais incapable de faire quoi que ce soit la premiere année j'ai pris 15 kilo et du coup j'ai reduis de mon propre chef les doses car j'etais tous le temps epuisée et je n'arraivais meme pas à me lever pour aller au travail et je pensais que les médicaments me faisaient grosse donc j'ai reduit jusqu'a 100 mg par jour ça allait mieux physiquement mais mentalement non j'avais des crises de nerfs et j'ai meme perdu mon job pour avoir giflé ma patrone de là je suis restée depuis janvier 2013 au chomage à la maison à rien faire et à manger n'importe quoi de la j'ai pris encore 12 kilo :( donc au final j'ai pris presque 30 kilos, recemment ma mere est décédée et j'ai eu beaucoup de mal a contenir mes emotions donc j'ai réaugmenté la dose à 150 mg par j...

19 10
Le 23/01/2015 à 18:05
avatar COLBER59
COLBER59
Salut. Je dois avant tout vous dire qu'il a fallu une quinzaine d'années pour diagnostiquer ma maladie. Bipolaire type 1 je me suis traité mais enfin mon médecin m'a prescrit le bon traitement. je me sens mieux

36 15
Le 27/11/2014 à 18:45
avatar COLBER59
COLBER59
bonjour cerise j espère que tout se passe bien pour toi ! et que ton frere va mieux .........!
bisous
rima

9 2
Le 21/10/2014 à 16:58
avatar COLBER59
COLBER59
Oui Rima, j'attendais beaucoup de ce rendez-vous... Je me sens impuissante. Il avait accepté d'aller voir le psychiatre je pensais vraiment qu'on arriverai à quelque chose... Il est parti chez lui, ne répond plus au téléphone de plus qu'il a un traitement à prendre que faire???? Il a rendez vous dans un mois en plus!!! Oui il faut du courage!!! Je n'arrive pas à comprendre ce silence alliées que tout pourrait être si simple. Je pense que vous aussi ça doit être dur et d'attendre..: faut garder espoir! Mon frère parler a bec le psy est disait qu'il était parfaitement bien, et qu'il ferait son logement quand il décidera, et qu'il a toujours été gâté et que c'est une suite normale à ce comportement.. Moi je pense si on arrive à d'auto-diagostiquer On a les pieds sur terre donc confiant de la suite logique ... Alors pourquoi refuse t il la suite des consultations avec le psychologue puisque déja lui même reconnaît qu'il est passif et qu'il trop de chose a mà ...

13 4
Le 21/10/2014 à 16:12
avatar COLBER59
COLBER59
bonjour cerise j’espère que tu te portes bien , le psy ne peut pas diagnostiquer l’état de ton frère des le premier rendez vous , sinon j’espère de tout coeur que vous arriverai a le convaincre pour son rendez vs avec le psychologue.
de ma part je suis désespéré tout comme vous il n y a plus de nouveau de mon compagnon et je suis très fatigué , il me rend visite la ou je travaille il ne me parle pas il se présente juste autant que client ...... j'attend et j'atteeeeend
cerise bon courage a nous ,elle est très compliqué cette maladie bien plus que l'en imagine
bisous

9 3
Lire tous les commentaires

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?