Comment savoir si l’on souffre de TOC ?

Mis à jour : Lundi 17 Décembre 2018

Qui est touché par les TOC ?

Une proportion de 2 à 3 % de la population serait atteinte de troubles obsessionnels compulsifs. Chez deux tiers des patients, la maladie se déclare avant l’âge de 25 ans, parfois dès la petite enfance. Si, chez les adultes, la proportion d’hommes et de femmes est à peu près la même (52 % de femmes), les garçons sont plus fréquemment concernés que les filles à l’adolescence.

Les troubles obsessionnels et compulsifs sont, en terme de fréquence, le quatrième trouble psychique le plus fréquent, après les phobies, les addictions et la dépression.

Certains traits de personnalité semblent se retrouver chez les personnes prédisposées à cette maladie : sens exagéré des responsabilités, incapacité à tolérer l’incertitude, tendance à surestimer l’importance de l’avis des autres et besoin de le contrôler, par exemple.

Comment diagnostique-t-on un TOC ?

La présence d’obsessions, de compulsions ou la conjugaison des deux ne suffit pas pour établir un diagnostic de trouble obsessionnel compulsif. Lorsque les obsessions et les compulsions occupent plus d’une heure par jour et interfèrent de façon importante avec le travail, les activités sociales, les relations avec les autres, alors il est possible d’évoquer un trouble obsessionnel compulsif. Le temps passé à l’accomplissement des rituels est un indicateur de la gravité de la maladie. Les obsessions doivent être répétitives, persistantes, intrusives et causer une anxiété ou une détresse marquée, même en l’absence de l’objet ou de la situation redoutés. Les compulsions sont irrésistibles mais n’ont qu’une efficacité relative pour calmer l’anxiété.

Le délai entre l’apparition des troubles et le diagnostic est souvent long, car les personnes atteintes de TOC ont tendance à dissimuler les manifestations de leur maladie le plus longtemps possible. Elles aménagent leur vie pour garder leur compulsion invisible, même à leurs proches.

Test : Ai-je des TOC ?
    A. Avez-vous déjà été troublé par des idées qui reviennent sans cesse dans votre esprit et entraînent malaise ou anxiété, comme :
  • être souillé ou souiller ;
  • commettre une erreur ;
  • être scandaleux ;
  • provoquer un malheur.
    B. Vous sentez-vous obligé d’accomplir des actes, plusieurs fois de suite ou d’une manière très précise ? Par exemple :
  • laver plus que la normale ;
  • vérifier plus que la normale ;
  • ranger plus que la normale ;
  • accumuler ou ne rien jeter ;
  • compter intérieurement ;
  • être anormalement lent.
    C. Ces idées ou actes provoquent-ils chez vous une souffrance et vous font-ils perdre plus d’une heure par jour ?
  • Si vous avez répondu « oui » à au moins une proposition présente dans les questions A et B, ainsi qu’à la question C, il se peut que vous souffriez d’un TOC. Consultez un médecin qui seul pourra établir un diagnostic.

Actualités

VIDAL vous souhaite un très bel été !

Très bel été à tous !

Vigilance et accompagnement, des éléments-clés en médecine gériatrique (illustration).

Patients âgés, COVID-19 et fortes chaleurs : des mesures spécifiques

Une étude menée par l'armée suisse montre que les mesures barrières semblent prévenir l'apparition de symptômes en cas d'infection (illustration).

COVID-19 : les mesures barrières préviennent-elles l’apparition de symptômes en cas d’infection ?