Comment soigne-t-on les TOC ?

Mis à jour : Lundi 17 Décembre 2018

Le traitement des troubles obsessionnels compulsifs repose sur l’utilisation de techniques de psychothérapie et, éventuellement, de médicaments antidépresseurs. La psychothérapie vise à maintenir une vie sociale et affective, malgré la persistance possible de quelques symptômes à la fin du traitement.

La psychothérapie est-elle efficace dans le traitement des TOC ?

La thérapie comportementale est souvent utilisée dans le traitement du trouble obsessionnel compulsif. Elle s’appuie sur la technique dite d’exposition progressive avec désensibilisation. Pendant quarante à cinquante séances, la personne atteinte de TOC se confronte volontairement aux situations qui entraînent de l’anxiété, d’abord mentalement, puis dans le réel. La personne est fortement encouragée par le psychiatre, le psychothérapeute et par ses proches à ne plus accomplir ses rituels et à développer d’autres moyens de contrôler son angoisse.

Parallèlement, une thérapie cognitive peut être entreprise. Elle aide le malade à réinterpréter de façon plus objective ses pensées envahissantes, en l’amenant à mettre en évidence leur côté irrationnel et injustifié. Ces thérapies sont souvent efficaces. Cependant, la disparition du TOC peut parfois entraîner, après un certain temps, l’apparition d’un autre symptôme de type anxieux (phobie, crise de panique, par exemple).

La psychanalyse et la psychothérapie d’inspiration analytique, qui demandent un investissement plus long, ne sont guère efficaces pour soulager les symptômes à court terme. Elles peuvent néanmoins aider à découvrir l’origine du conflit qui a provoqué les troubles et ainsi déboucher sur un mieux-être durable.

Quels sont les médicaments utilisés contre les TOC ?

Les antidépresseurs sont les principaux médicaments utilisés et ils seraient efficaces dans environ 60 % des cas. Souvent, les symptômes diminuent en intensité sans totalement disparaître. Deux types d’antidépresseurs sont utilisés : certains inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (IRS) et un antidépresseur imipraminique, la clomipramine (Anafranil et ses génériques). Les antidépresseurs semblent plus efficaces sur les idées obsédantes que sur les compulsions. Les doses utilisées sont souvent plus élevées que dans le traitement de la dépression.

Il arrive que le traitement ne soit efficace qu’au bout de deux mois. Ceci ne doit pas décourager les patients de le poursuivre. L’arrêt du traitement doit être progressif et échelonné sur plusieurs mois.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 14 Mai 2020

Antidépresseurs imipraminiques

Légende
Médicament générique

Actualités

VIDAL vous souhaite un très bel été !

Très bel été à tous !

Vigilance et accompagnement, des éléments-clés en médecine gériatrique (illustration).

Patients âgés, COVID-19 et fortes chaleurs : des mesures spécifiques

Une étude menée par l'armée suisse montre que les mesures barrières semblent prévenir l'apparition de symptômes en cas d'infection (illustration).

COVID-19 : les mesures barrières préviennent-elles l’apparition de symptômes en cas d’infection ?