En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les causes des attaques de panique

Mis à jour : Mercredi 09 Septembre 2015

Quelles sont les causes des troubles paniques ?

L’apparition de crises d’angoisse résulterait d’une combinaison de facteurs génétiques, biologiques et psychologiques. L’hérédité semble jouer un rôle. Chez la majorité des personnes touchées, d’autres membres de la famille sont également victimes d’attaques de panique. Les patients sujets aux troubles paniques seraient également enclins à exagérer l’importance à donner aux réactions de leur corps.

Du point de vue psychologique, les personnes ayant subi une séparation affective très tôt au cours de leur vie seraient plus vulnérables aux troubles paniques ainsi qu’aux autres formes d’anxiété.

Qui peut être touché par les troubles paniques ?

Les attaques de panique peuvent survenir à tout âge, mais ils débutent le plus souvent chez le jeune adulte, entre vingt et trente ans. La première peut se produire après une période de stress, mais ce n’est pas systématique. Parfois, aucun événement ne peut expliquer l’apparition de la première crise.

Entre 2 et 4 % de la population seraient atteints de troubles paniques. Les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes.

Actualités

La campagne #MeToo, lancée en octobre 2017 suite à l'affaire Weinstein, vise à sensibiliser la société sur la fréquence et l'impact dévastateur du harcèlement et des agressions sexuelles.

Harcèlement sexuel et agressions sexuelles des femmes : étude des risques santé à long terme

Examen clinique de la glande thyroïde (illustration).

Hypothyroïdie fruste sans facteur de risque : 21 essais randomisés confirment l’inutilité d’un traitement

L'escatilopram pourrait réduire les complications cardiaques chez les patients dépressifs après un accident coronarien (illustration).

Dépression après un syndrome coronarien aigu : prendre un antidépresseur améliore-t-il le risque cardiaque