En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

La phytothérapie dans le traitement de l'HBP

Mis à jour : Vendredi 10 Novembre 2017
Image sponsoring article

Quelles plantes pour soulager l'hyperplasie bénigne de la prostate ?

Pendant de longues années, les traitements à base de plantes étaient les seuls proposés aux patients. Ces plantes sont souvent utilisées en association pour soulager les troubles bénins de la prostate.

Le palmier nain pour soulager l'hyperplasie bénigne de la prostate

phytothérapie

Le palmier nain (Serenoa repens) est un arbuste dont les baies contiennent des stérols, substances qui auraient la propriété de soulager les symptômes de l’HBP. Plusieurs analyses croisées d’essais cliniques de bonne qualité méthodologique ont confirmé l’intérêt des extraits de palmier nain dans le traitement de l’HBP.

La Commission E et l'OMS reconnaissent l'usage du palmier nain dans « le traitement des difficultés urinaires liées à l'HBP ».

L’EMA accorde le statut d’« usage médical bien établi dans le traitement symptomatique de l’HBP » uniquement aux extraits de palmier nain obtenus avec l’hexane comme solvant d’extraction. De plus, elle n’accorde le statut d’« usage traditionnel pour soulager les symptômes du bas appareil urinaire liés à l’HBP » qu’aux extraits de palmier nain obtenus avec l’éthanol comme solvant d’extraction.

En France, des médicaments à base d'extraits de palmier nain sont disponibles pour cet usage, dont un seul utilise l’hexane pour extraire les principes actifs et aucun n’utilise l’éthanol.

Le prunier d’Afrique pour soulager l'hyperplasie bénigne de la prostate

Le prunier d’Afrique (Pygeum africanum) est un arbre dont l’écorce est utilisée pour produire des extraits standardisés contenant des stérols et du doconasol. Une analyse croisée de dix-huit essais cliniques pointe vers une certaine efficacité des extraits de prunier d’Afrique dans le traitement de l’HBP, mais moindre que celle des extraits de palmier nain.

L’EMA accorde le statut d’« usage traditionnel pour soulager les symptômes du bas appareil urinaire liés à l’HBP » uniquement aux extraits de prunier d’Afrique obtenus avec le chloroforme comme solvant d’extraction.

En France, des médicaments à base d'extraits de palmier nain sont disponibles pour cet usage, dont aucun n’utilise le chloroforme pour l’extraction des principes actifs.

Les graines de citrouille pour soulager l'hyperplasie bénigne de la prostate

Les extraits de graines de citrouille (Cucurbita pepo) sont reconnus par la Commission E pour « faciliter l’émission d’urines chez les hommes souffrant d’HBP ». Ces graines contiennent de nombreuses substances (phytostérols, acides gras essentiels, etc.) dont l’action sur la prostate est mal connue. Il existe peu d’études portant sur les graines de citrouille utilisées seules (elles sont souvent associées aux autres plantes proposées dans le traitement de l’HBP). Leur usage dans cette indication repose sur la tradition.

La racine d’ortie dioïque pour soulager l'hyperplasie bénigne de la prostate

Les racines d’ortie dioïque (Urtica dioica) contiennent des lignanes, aux propriétés similaires à celles des hormones féminines et qui pourraient expliquer leurs effets sur la prostate. Néanmoins, les essais cliniques évaluant les effets de la racine d’ortie sur l’adénome de la prostate sont de mauvaise qualité méthodologique. Ils pointent vers une efficacité de la racine d’ortie sans en apporter la preuve scientifique.

À la différence des autres sources officielles (OMS, Commission E et ESCOP), l'Agence européenne du médicament (EMA) considère que ces études ne sont pas concluantes, et que l'HBP étant une maladie qui doit être traitée médicalement, la racine d'ortie ne peut pas être considérée comme un traitement traditionnel de cette pathologie.

Compléments alimentaires et prostate

De nombreux compléments alimentaires prétendent contribuer à la santé de la prostate. En 2012, les autorités sanitaires européennes se sont penchées sur les allégations de ces produits et sur leurs ingrédients.

Faute de preuves d'efficacité convaincantes, les autorités sanitaires européennes ont interdit aux compléments alimentaires contenant des isoflavones, des phytostérols, du sélénium, du zinc ou du lycopène de prétendre contribuer à la santé de la prostate. Les produits qui contiennent ces ingrédients ne peuvent plus se prévaloir de ces allégations de santé.

Existe-t-il des risques à soulager l'hyperplasie bénigne de la prostate par les plantes ?

Lorsqu’un homme présente des difficultés à uriner ou des envies pressantes qui interfèrent avec sa vie quotidienne, il est impératif de consulter un médecin. Ce n’est que lorsque ce dernier aura diagnostiqué une HBP et éliminé les autres causes éventuelles qu’il sera possible de recourir aux plantes. Attention, un blocage complet des urines (rétention d’urines aiguë) constitue une urgence médicale !

Les personnes qui prennent des médicaments anticoagulants (fluidifiant le sang) ou des plantes ayant ce type d’effet (ail, ginseng, éleuthérocoque, ginkgo, kava, fève tonka, etc.) devraient s’abstenir de prendre des produits à base de palmier nain. Des accidents hémorragiques ont été observés.

Actualités

Le jeûne et les régimes restrictifs ne sont pas recommandés pour prévenir ou guérir le cancer (illustration).

Cancer : le jeûne et les régimes restrictifs non recommandés faute de démonstration de leur utilité

Les corticoïdes inhalés sont le traitement de fond de référence de l'asthme modéré de l'enfant (illustration).

Asthme de l'enfant : impact de la prise de corticoïdes, inhalés ou non, sur le risque de fractures

Les arrêts cardiaques pendant ou juste après l'amour restent rares (illustration).

Arrêt cardiaque lié à l’acte sexuel : peu fréquent mais de mauvais pronostic malgré la présence d’un