En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le diagnostic et la prise en charge de l’adénome de la prostate

Mis à jour : Vendredi 10 Novembre 2017
Image sponsoring article

Quand doit-on consulter un médecin ?

Lorsque des difficultés à uriner ou des envies pressantes interfèrent avec la vie quotidienne, consultez votre médecin. Il vous interrogera sur l’intensité et la fréquence des symptômes et si nécessaire réalisera un toucher rectal.

Que fait le médecin en cas d’hyperplasie bénigne de la prostate ?

Le toucher rectal est l’examen médical qui permet de dépister des anomalies de la prostate. Le médecin met un gant en latex et insère un doigt dans le rectum pour palper la prostate à travers la paroi de l'intestin. Il peut ainsi repérer des modifications de sa taille et de sa consistance. Dans le cas d’une hypertrophie bénigne de la prostate, la prostate est plus volumineuse mais elle reste souple et sa forme reste inchangée. Si le médecin sent des bosses ou un durcissement, il procède à d'autres examens pour en déterminer les causes : échographie, radiographie, dosage sanguin, etc. Le toucher rectal n'est habituellement pas douloureux mais beaucoup d'hommes le trouvent embarrassant, voire insupportable.

Comment soigne-t-on une hypertrophie de la prostate ?

    La décision de traiter une hypertrophie de la prostate (HBP) dépend de l'importance de la gêne ressentie, des troubles urinaires, du retentissement dans la vie de tous les jours. Plusieurs options sont possibles :
  • la surveillance régulière peut être proposée lorsque la gêne est légère ou bien supportée, qu'il n'existe pas de complications et que la vessie se vide bien ;
  • les traitements médicamenteux sont prescrits lorsque la gêne est modérée ou intense ;
  • une intervention chirurgicale est envisagée si le traitement médicamenteux n'est pas suffisant ou si des complications surviennent (rétention d’urine, calculs vésicaux…).

En général, les symptômes de l'hypertrophie bénigne de la prostate sont suffisamment mineurs pour ne pas justifier de traitement et ils ne s'aggravent pas avec le temps. Seuls 15 % des cas d'HBP nécessitent une prise en charge médicale pour éviter les complications.

Actualités

Suppléments d'oméga-3 (illustration).

Prévention secondaire du risque cardiovasculaire : l’intérêt d’une supplémentation en Oméga-3 reste encore

Taux de consultations pour syndrome grippal pour 100 000 habitants en 2015-2016, 2016-2017 et 2017-2018 (provisoire).

Épidémie de grippe : ralentissement de la décrue, premiers enseignements français et européens

Agnès Buzyn au micro de France Inter le 14 février 2018 (capture d'écran).

Rougeole : la DGS et Agnès Buzyn appellent les Français non vaccinés "à faire un rattrapage"