En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les traitements de l’adénome de la prostate

Mis à jour : Vendredi 10 Novembre 2017
Image sponsoring article

Les traitements médicamenteux de l’hypertrophie de la prostate ?

En général, les symptômes de l'HBP sont suffisamment mineurs pour ne pas justifier de traitement. Lorsqu’un traitement médicamenteux s’avère nécessaire, les médicaments de premier choix sont les alphabloquants et les médicaments de phytothérapie.

Les alphabloquants

Les médicaments alphabloquants (alfuzosine, doxazosine, tamsulosine, térazosine...) sont utilisés pour détendre les muscles de la vessie, de l'urètre et de la prostate et faciliter le passage de l'urine. Leur effet est rapide. L’effet indésirable le plus fréquent est l'hypotension orthostatique. Le risque est surtout important les premiers jours de traitement, le temps que l’organisme s’adapte au médicament. Des troubles de l'éjaculation, dont l'absence d’émission de sperme (anéjaculation), peuvent survenir chez les patients traités par tamsulosine ou par silodosine. D'autres effets indésirables rares sont rapportés : vertiges, nausées.

Légende
Médicament générique

Les médicaments de phytothérapie

Les médicaments de phytothérapie contenant des extraits de plantes (prunier d'Afrique, palmier nain) peuvent contribuer à soulager les troubles modérés liés à l’hyperplasie de la prostate. Pendant de longues années, ils étaient d’ailleurs les seuls traitements médicamenteux proposés aux patients. Bien que vendus sans ordonnance, ces médicaments doivent être pris uniquement lorsque le médecin a diagnostiqué une hyperplasie prostatique bénigne.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 19 Octobre 2017

Extraits végétaux

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les inhibiteurs de la 5-alpha réductase

En cas d’échec du traitement par alphabloquant ou par la phytothérapie, le médecin peut prescrire du dutastéride ou du finastéride, deux substances qui appartiennent à la famille des inhibiteurs de la 5-alpha réductase. Ces médicaments visent à freiner l'augmentation de la taille de la prostate, en bloquant l'action de la testostérone. Leur effet est similaire à celui des alphabloquants, mais l’amélioration des symptômes est plus lente à apparaître. Ils peuvent être utilisés seuls ou en association avec un alphabloquant. Leurs principaux effets indésirables sont des troubles sexuels : baisse de la libido, troubles de l’érection et troubles de l’éjaculation. Dans de rares cas, ces troubles peuvent persister à l’arrêt du traitement. Une augmentation du risque de cancer du sein a été évoquée. En cas de douleur ou de grosseur mammaire, d’augmentation du volume des seins, informez-en votre médecin. De plus, l’Agence du médicament a rapporté des cas de dépressions et plus rarement d’idées suicidaires chez des patients traités par finastéride. Tout changement d’humeur persistant doit être signalé au médecin : une modification du traitement doit être envisagée (Finastéride : surveiller le risque de dépression et d’idées suicidaires - Point d'information, ansm.sante.fr, 10/2017).

Légende
Médicament générique

Les autres médicaments

Il existe désormais un médicament associant un alphabloquant (tamsulosine) et du dutastéride pour les patients utilisant de façon séparée ces 2 substances. Les effets indésirables sont ceux des deux substances qui le composent : troubles sexuels notamment durant les 6 premiers mois, risque d’insuffisance cardiaque, de dépression ou de réactions cutanées bulleuses graves. Cette association est envisagée en remplacement de la prise séparée de tamsulosine et de dutastéride.

Un médicament vasodilatateur utilisé dans les troubles de l'érection, CIALIS, a récemment obtenu une indication dans le traitement des symptômes de l'hypertrophie de la prostate.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 19 Octobre 2017

Alpha-bloquant + inhibiteur de la 5-alpha-réductase

Inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5

Les traitements chirurgicaux de l’adénome de la prostate

    Une intervention chirurgicale sous anesthésie demeure le seul moyen d'éliminer définitivement le problème. Elle est envisagé lorsque :
  • le traitement médicamenteux est inefficace,
  • la gêne est importante,
  • il y a une complication, telle qu’un blocage des urines.

Différentes techniques chirurgicales peuvent être utilisées.

La résection transurétrale de la prostate

C’est la technique d’opération chirurgicale la plus couramment utilisée. Un tube équipé d'une caméra et d'un scalpel est inséré dans l'urètre par le pénis et une partie de la prostate est enlevée pour libérer le passage de l'urine. Chez 75 % des hommes opérés, l'éjaculation se fait de façon rétrograde dans la vessie et reste donc invisible, créant une sensation inhabituelle.

L'incision cervico-prostatique

Elle consiste à pratiquer une petite incision de la prostate par voie endoscopique pour élargir le col vésical. Les effets secondaires peuvent être une éjaculation rétrograde (dans environ 25 % des cas) et une incontinence urinaire (dans environ 1 % des cas).

L'ablation chirurgicale de l'adénome (adénomectomie)

Elle est une alternative à la résection transurétrale lorsque la prostate est volumineuse. Les effets secondaires peuvent être une éjaculation rétrograde dans environ 75 % des cas et une incontinence urinaire dans environ 1 % des cas.

La pose de prothèses (stents)

La pose de stents s'effectue dans le canal par lequel s'écoule l'urine (l'urètre). Elle peut être proposée pour faciliter l'écoulement de l'urine aux personnes qui ne sont pas opérables.

La thermothérapie par radiofréquence

bonjour docteur

Ablation de la prostate

Actualités

Le jeûne et les régimes restrictifs ne sont pas recommandés pour prévenir ou guérir le cancer (illustration).

Cancer : le jeûne et les régimes restrictifs non recommandés faute de démonstration de leur utilité

Les corticoïdes inhalés sont le traitement de fond de référence de l'asthme modéré de l'enfant (illustration).

Asthme de l'enfant : impact de la prise de corticoïdes, inhalés ou non, sur le risque de fractures

Les arrêts cardiaques pendant ou juste après l'amour restent rares (illustration).

Arrêt cardiaque lié à l’acte sexuel : peu fréquent mais de mauvais pronostic malgré la présence d’un