En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Incontinence urinaire

Mis à jour : Mardi 17 Mai 2011

L'incontinence urinaire est la perte involontaire d’urine. Elle touche les femmes plus que les hommes et se produit plus fréquemment après 50 ans. Il s’agit d’une affection handicapante qui est trop souvent passée sous silence. Pourtant, l’incontinence n'est pas un problème inéluctable et des solutions existent.

Quels sont les symptômes de l’incontinence urinaire ?

Chez les femmes

femme âgée
    Chez les femmes, on distingue plusieurs types d'incontinence.
  • L'incontinence d'effort survient lors d'un effort avec augmentation de la pression abdominale (en toussant, en éternuant, en riant, en faisant du sport, etc.). Ce type de fuite urinaire représente 75 % des cas d'incontinence urinaire.
  • L'incontinence par impériosité (ou vessie instable) se caractérise par des envies pressantes et incontrôlables et s'observe plutôt chez les femmes de plus de 65 ans.
  • L'incontinence mixte associe les deux formes précédentes.

Chez les hommes

Chez les hommes, l’incontinence urinaire est plus fréquente qu'on ne le pense. Elle est souvent la conséquence de difficultés à uriner (par exemple, lorsque la prostate est trop grosse). La vessie ne se vide jamais complètement et ce phénomène détend le muscle chargé d'assurer sa fermeture : c'est l'incontinence par regorgement. L’urine s’écoule goutte à goutte, en permanence. Les fuites urinaires liées à l’incontinence d'effort se produisent également chez les hommes.

Quelles sont les complications éventuelles de l’incontinence urinaire ?

Parce qu’elle peut limiter les activités de la vie quotidienne, l’incontinence entraîne des complications d’ordre psychologique. Pour les éviter, il est préférable de consulter un médecin dès les premiers symptômes.

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères