En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Symptômes, complications et diagnostic de l'IRC

Mis à jour : Vendredi 09 Janvier 2015

Quels sont les symptômes de l'insuffisance rénale chronique ?

Les reins sont des organes dont la capacité de travail est largement supérieure aux besoins habituels du corps (ce qui explique que l’on puisse vivre normalement avec un seul rein). De ce fait, ils arrivent à compenser une perte de fonction progressive. En conséquence, les symptômes de l’insuffisance rénale chronique apparaissent plusieurs années après le début de la maladie : les signes sanguins apparaissent lorsque la capacité des reins est réduite de 50 % et les signes cliniques lorsqu’elle n’est plus que 25 % de sa valeur normale. De ce fait, sans suivi médical régulier, le diagnostic d’insuffisance rénale chronique est fait tardivement, lorsque les reins sont déjà très endommagés par la maladie.

Lorsqu’ils apparaissent, les symptômes cliniques de l’insuffisance rénale chronique sont peu caractéristiques :

  • fatigue anormale à l’effort ;
  • envies d’uriner fréquentes ;
  • urines foncées, troubles, mousseuses, peu abondantes ;
  • nausées, vomissements, perte d’appétit et de poids ;
  • mauvais goût dans la bouche et mauvaise haleine ;
  • troubles du sommeil et somnolence pendant la journée ;
  • crampes musculaires, impatiences dans les jambes ;
  • gonflements des pieds, des chevilles et des jambes (œdème) ;
  • démangeaisons persistantes.
Qu'appelle-t-on insuffisance rénale aiguë ?
L’insuffisance rénale aiguë est une diminution soudaine et importante des capacités des reins à éliminer les déchets du métabolisme. Le plus souvent, elle est la conséquence d’une réduction du flux sanguin dans les reins, par exemple à la suite d’une infection sévère, d’une déshydratation importante, de la présence d’un obstacle qui gêne à l’élimination de l’urine (prostate, tumeur, calcul, etc.), ou d’une exposition à des substances toxiques pour les reins (plantes, médicaments, produits de diagnostic radiologique, par exemple). Traitée à temps, l’insuffisance rénale aiguë est généralement réversible.

Comment diagnostique-t-on l'insuffisance rénale chronique ?

Le plus souvent, l’insuffisance rénale chronique est diagnostiquée au vu des résultats d’une prise de sang, dans le cadre du suivi d’une maladie qui augmente le risque de souffrir d’une perte de la fonction rénale. Parfois, c’est au cours d’une visite de la médecine du travail que la présence de protéines dans les urines est identifiée, amenant ainsi au diagnostic.

Enfin, il arrive qu’une fatigue durable, associée à une anémie, soit la cause d’une consultation médicale aboutissant au diagnostic d’insuffisance rénale chronique.

Quelles sont les complications de l'insuffisance rénale chronique ?

Parce que les reins assurent de nombreux rôles, la perte de leurs capacités de leur fonction entraîne des complications diverses.

Les complications dues à la perte de la capacité d'épuration

L’accumulation de déchets du métabolisme (acide urique, urée, créatinine, etc.) dans le sang peut entraîner des nausées, des vomissements et une perte d’appétit. De plus, la présence dans le sang de quantités anormalement élevées d’acides issus du métabolisme perturbe le pH sanguin (« acidose ») et peut entraîner des troubles neurologiques, voire un coma.

Enfin, l’accumulation de l’eau dans les tissus provoque des gonflements (œdèmes), voire une accumulation d’eau dans les poumons (« œdème aigu du poumon ») qui peut être à l’origine d’une asphyxie mortelle.

Les complications dues à la perte de la capacité d'équilibrer les sels minéraux du sang

La perte des capacités rénales provoque des déséquilibres au niveau des éléments minéraux dissous dans le sang : sodium, potassium, phosphore et calcium en particulier. Par exemple, un excès de potassium peut provoquer des troubles du rythme cardiaque (voire un arrêt du cœur). Une perte anormalement élevée de calcium, associée à un excès de phosphore, peut être à l’origine d’une fragilité osseuse (ostéoporose), voire de troubles cardiovasculaires.

Les complications dues à la perte de la capacité de sécrétion d'hormones

Les reins sont responsables de la sécrétion d’une hormone, l’érythropoïétine, qui stimule la production de globules rouges par la moelle osseuse. En cas d’insuffisance rénale chronique, la sécrétion d’érythropoïétine diminue et l’anémie s’installe, responsable de fatigue et d’essoufflement.

L’insuffisance rénale chronique peut également entraîner des troubles de la coagulation sanguine (saignements).

La diminution de la sécrétion de rénine par les reins peut provoquer une hypertension artérielle (ou l’aggravation d’une hypertension préexistante) et augmenter le risque de maladies et d’accidents cardiovasculaires (angine de poitrine, AVC ou infarctus du myocarde, par exemple).

De plus, les reins jouent également un rôle dans le métabolisme de la vitamine D. La perte de cette capacité peut aggraver la fragilisation des os.

Enfin, l’insuffisance rénale chronique tend à augmenter la vulnérabilité aux maladies infectieuses.

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères