En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les causes et la prévention des infections à chlamydies

Mis à jour : Lundi 07 Novembre 2016

Les causes des infections à chlamydies

L’infection à chlamydies est due à une bactérie, Chlamydia trachomatis. Cette bactérie se transmet lors de rapports sexuels non protégés. Tous les types de rapports sexuels peuvent être contaminants, y compris les rapports buccogénitaux (fellation et cunnilingus).

L’infection à chlamydies peut également être transmise au moment de l'accouchement de la mère au nouveau-né.

La lymphogranulomatose vénérienne
La lymphogranulomatose vénérienne, ou maladie de Nicolas-Favre, est une forme particulière d'infection par les chlamydies, plus fréquente chez les voyageurs séjournant en région tropicale. Elle est présente en Afrique, en Amérique latine, dans les Caraïbes et en Asie du Sud-est, mais aussi dans les grands ports internationaux (à Rotterdam notamment).
Des cas de plus en plus nombreux sont signalés en France, sous la forme d'une infection de l'anus et du rectum observées essentiellement chez les homosexuels masculins, en particulier ceux séropositifs pour le VIH/sida. Le traitement de la lymphogranulomatose vénérienne repose sur les mêmes antibiotiques que ceux prescrits pour les autres formes de l'infection par les chlamydies, mais pour une durée plus longue (trois semaines).

La prévention des infections à chlamydies

Comme toutes les infections sexuellement transmissibles, la prévention de l’infection à chlamydies repose sur l’utilisation systématique de préservatifs (même pour la fellation). Il n’existe pas de vaccin contre l’infection à chlamydies.

Actualités

Suppléments d'oméga-3 (illustration).

Prévention secondaire du risque cardiovasculaire : l’intérêt d’une supplémentation en Oméga-3 reste encore

Taux de consultations pour syndrome grippal pour 100 000 habitants en 2015-2016, 2016-2017 et 2017-2018 (provisoire).

Épidémie de grippe : ralentissement de la décrue, premiers enseignements français et européens

Agnès Buzyn au micro de France Inter le 14 février 2018 (capture d'écran).

Rougeole : la DGS et Agnès Buzyn appellent les Français non vaccinés "à faire un rattrapage"