En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Le diagnostic et le traitement des infections à chlamydies

Mis à jour : Lundi 07 Novembre 2016

Comment diagnostique-t-on les infections à chlamydies ?

Le diagnostic de l’infection à chlamydies se fait à partir d’une analyse d’urine ou d’un prélèvement fait en passant un coton-tige (écouvillon) sur les organes touchés (urètre, vagin, rectum, gorge, œil).

Comme l'infection passe souvent inaperçue, la personne infectée doit avertir ses partenaires sexuels récents afin qu’ils fassent un test de dépistage et reçoivent, le cas échéant, un traitement antibiotique.

Comment soigne-t-on les infections à chlamydies ?

Le traitement de l’infection à chlamydies repose sur la prise d’un antibiotique : habituellement un macrolide (azithromycine en une dose unique) ou une cycline (doxycycline pendant une semaine).

Il faut s’abstenir de tout rapport sexuel non protégé jusqu'à la fin du traitement ou pendant la semaine qui suit la prise d'une dose unique d'antibiotique.

Une visite de contrôle doit être effectuée un mois après la fin du traitement pour s’assurer de la guérison.

Légende
Médicament générique

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères