En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

La pilule provoque-t-elle le cancer ?

Mis à jour : Mardi 03 Octobre 2017

Prendre la pilule peut-il augmenter le risque de cancer ?

L’effet de la pilule sur le risque de développer un cancer a fait l’objet d’un long débat scientifique durant ces dix dernières années, car il est difficile à démontrer. Un groupe de chercheurs du Centre international de recherche sur le cancer, à Lyon, a rendu ses conclusions : les contraceptifs oraux estroprogestatifs augmentent le risque de cancer du sein, du col de l’utérus et du foie, mais ils réduisent de moitié la survenue de cancers de l’ovaire et de l’endomètre. Le risque de cancer du sein est surtout accru pour les utilisatrices récentes (donc les femmes les plus jeunes). Après dix ans d’arrêt de son utilisation, ce risque rejoint le risque normal de survenue d’un cancer du sein chez les femmes n’ayant jamais pris de pilule. Pour le cancer du col de l’utérus, la question est plus complexe puisqu’il est dû à une infection par un virus : les femmes prenant la pilule auraient des rapports sexuels plus fréquents avec des partenaires différents, augmentant ainsi leur risque d’être infectées. La commercialisation de vaccins contre les virus responsables du cancer du col de l’utérus aura sans nul doute un impact positif sur ce risque. Enfin, le cancer du foie reste extrêmement rare (deux cas pour 100 000 femmes par an) et l’influence de la pilule sur ce type de cancer est minime. Considérant les bénéfices de la contraception (et les risques liés à une interruption de grossesse), l'usage de la pilule n'est pas remis en question par ces observations.

Actualités

Le calendrier vaccinal fixe les vaccinations applicables aux personnes résidant en France en fonction de leur âge et de leur profil de risque (illustration).

Nouvelle édition du calendrier vaccinal : quels changements pour 2019 ?

Les parents concernés par ce rappel doivent prendre contact avec leur pédiatre ou leur médecin pour se voir conseiller un lait de remplacement.

Rappel des produits de nutrition infantile MODILAC et PICOT AR : suspicion d'une contamination par salmonelle

Repérage de vésicules cutanées évocatrices d'un zona (illustration).

Zona : synthèse des bonnes pratiques sur les connaissances, la prévention et la prise en charge