En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

La pilule provoque-t-elle le cancer ?

Mis à jour : Mardi 03 Octobre 2017

Prendre la pilule peut-il augmenter le risque de cancer ?

L’effet de la pilule sur le risque de développer un cancer a fait l’objet d’un long débat scientifique durant ces dix dernières années, car il est difficile à démontrer. Un groupe de chercheurs du Centre international de recherche sur le cancer, à Lyon, a rendu ses conclusions : les contraceptifs oraux estroprogestatifs augmentent le risque de cancer du sein, du col de l’utérus et du foie, mais ils réduisent de moitié la survenue de cancers de l’ovaire et de l’endomètre. Le risque de cancer du sein est surtout accru pour les utilisatrices récentes (donc les femmes les plus jeunes). Après dix ans d’arrêt de son utilisation, ce risque rejoint le risque normal de survenue d’un cancer du sein chez les femmes n’ayant jamais pris de pilule. Pour le cancer du col de l’utérus, la question est plus complexe puisqu’il est dû à une infection par un virus : les femmes prenant la pilule auraient des rapports sexuels plus fréquents avec des partenaires différents, augmentant ainsi leur risque d’être infectées. La commercialisation de vaccins contre les virus responsables du cancer du col de l’utérus aura sans nul doute un impact positif sur ce risque. Enfin, le cancer du foie reste extrêmement rare (deux cas pour 100 000 femmes par an) et l’influence de la pilule sur ce type de cancer est minime. Considérant les bénéfices de la contraception (et les risques liés à une interruption de grossesse), l'usage de la pilule n'est pas remis en question par ces observations.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité