La pilule provoque-t-elle le cancer ?

Mis à jour : Vendredi 06 Mars 2020

Prendre la pilule peut-il augmenter le risque de cancer ?

L’effet de la pilule sur le risque de développer un cancer a fait l’objet d’un long débat scientifique durant ces dix dernières années, car il est difficile à démontrer. Un groupe de chercheurs du Centre international de recherche sur le cancer, à Lyon, a rendu ses conclusions : les contraceptifs oraux estroprogestatifs augmentent le risque de cancer du sein, du col de l’utérus et du foie, mais ils réduisent de moitié la survenue de cancers de l’ovaire et de l’endomètre. Le risque de cancer du sein est surtout accru pour les utilisatrices récentes (donc les femmes les plus jeunes). Après dix ans d’arrêt de son utilisation, ce risque rejoint le risque normal de survenue d’un cancer du sein chez les femmes n’ayant jamais pris de pilule. Pour le cancer du col de l’utérus, la question est plus complexe puisqu’il est dû à une infection par un virus : les femmes prenant la pilule auraient des rapports sexuels plus fréquents avec des partenaires différents, augmentant ainsi leur risque d’être infectées. La commercialisation de vaccins contre les virus responsables du cancer du col de l’utérus aura sans nul doute un impact positif sur ce risque. Enfin, le cancer du foie reste extrêmement rare (deux cas pour 100 000 femmes par an) et l’influence de la pilule sur ce type de cancer est minime. Considérant les bénéfices de la contraception (et les risques liés à une interruption de grossesse), l'usage de la pilule n'est pas remis en question par ces observations.

Actualités

Des études de séroprévalence en cours dans la COVID-19 (illustration).

Tests sérologiques de la COVID-19 : une interprétation qui n'est pas si simple

Syndromes atypiques : dépister la COVID-19 au moindre doute (illustration).

Avoir le réflexe dépistage de la COVID-19 face à des manifestations inhabituelles

Le manque de liens sociaux, une situation particulièrement délétère (illustration).

De l’isolement social à la solitude : une question neurobiologique ?