En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les modes de contraception non hormonaux

Mis à jour : Mardi 03 Octobre 2017

Le dispositif intra-utérin (stérilet) au cuivre

C’est le moyen de contraception le plus utilisé dans le monde : 180 millions de femmes dans le monde portent un stérilet. Il s’agit d’un dispositif généralement composé de polyéthylène et de cuivre, en forme de T allongé, prolongé par un ou deux fils souples. Il en existe de diverses tailles. Le stérilet est placé dans la cavité de l’utérus par un médecin ou une sage-femme formé à cette technique, en général sans qu’une anesthésie locale ne soit nécessaire. Le meilleur moment pour mettre en place un stérilet est la période des règles ou juste après car le col de l'utérus est ouvert. Néanmoins, il est possible de le poser à n’importe quel moment (notamment dans les cinq jours suivant un rapport sexuel, comme contraception d’urgence). Les fils dépassent du col et permettent le contrôle et le retrait du stérilet. Le stérilet est en général posé pour quatre à dix ans. Après un accouchement, il est nécessaire de respecter un délai de quatre semaines avant de le poser. Avant ce délai, le col de l'utérus est trop ouvert et le stérilet risque d'être expulsé.

Ce dispositif agit de plusieurs manières : le dispositif intra-utérin empêche l’installation de l’œuf et le cuivre inhiberait la fécondation. C’est un dispositif efficace dès la pose. Il est en général bien toléré, sans aucune contrainte, et la contraception est réversible dès le retrait. Suite à cette pose, de petits saignements peuvent survenir et les règles peuvent devenir plus abondantes.

La pose d’un stérilet comporte quelques risques, dont celui de favoriser une infection de l’utérus lors des trois premières semaines. Le risque de grossesse extra-utérine existe, mais il n'est pas plus fréquent qu'en l'absence de contraception. Une consultation est nécessaire un mois après la pose, puis une fois par an pour contrôle.

Les contre-indications sont d’éventuelles infections génitales, des troubles de la coagulation, un fibrome, un antécédent de grossesse extra-utérine, une malformation de l’utérus, une intolérance au cuivre, etc. Pendant longtemps, la pose d’un stérilet a été déconseillée chez les femmes n’ayant jamais eu d’enfant en raison du risque d’infection et de stérilité qui pourrait en découler, mais ceci est actuellement remis en cause. Si le risque d'infection est réel dans les trois semaines qui suivent la pose, cette infection est facilement soignée et n'entraîne habituellement aucune conséquence à long terme. Le risque de stérilité par obstruction des trompes n'a jamais été démontré, même chez les femmes n'ayant jamais eu d'enfant.

Le stérilet est délivré sur ordonnance et coûte environ 25 €. Il est remboursé à 65 % par l’Assurance maladie ce qui en fait une méthode de contraception très peu onéreuse.

Capes cervicales, diaphragmes et spermicides

Capes cervicales et diaphragmes se placent directement sur le col de l’utérus pour empêcher le passage des spermatozoïdes. Les capes sont des cupules en silicone, tandis que les diaphragmes sont des membranes en latex tendues sur un anneau. Il en existe de différentes tailles. Leur efficacité est équivalente à celle des préservatifs lorsqu’ils sont utilisés avec des substances spermicides (qui paralysent les spermatozoïdes).

La mise en place des capes et des diaphragmes demande une certaine habitude : les conseils du gynécologue sont nécessaires. Il n’y a en revanche aucune contre-indication à leur emploi. Attention, certains modèles sont à usage unique (capes Oves, par exemple). D’autres se réutilisent après un nettoyage soigneux. Ces dispositifs sont en vente libre en pharmacie.

Capes cervicales et diaphragmes s’utilisent avec des produits spermicides : il s’agit de crèmes, d’ovules, de capsules ou de comprimés vaginaux contenant du chlorure de benzalkonium ou de miristalkonium. Ces produits doivent être utilisés à tout moment du cycle. Ils améliorent l’efficacité des capes et des diaphragmes, à condition de bien suivre les conseils d’utilisation. Les spermicides n’ont aucune contre-indication mais sont parfois irritants localement. Ils peuvent, de plus, jouer le rôle de lubrifiant. Ils sont en vente libre, mais restent assez chers.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 19 Octobre 2017

Contraceptifs locaux : spermicides

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les préservatifs masculins et féminins

Les préservatifs sont des dispositifs contraceptifs destinés à empêcher le sperme d’entrer en contact avec le vagin et le col de l’utérus. Les préservatifs ont, de plus, la capacité de protéger des infections sexuellement transmissibles (ce qui n’est pas le cas des autres méthodes de contraception).

Les préservatifs masculins ont une longue histoire : ils sont connus depuis l’Antiquité égyptienne et étaient alors fabriqués à partir de boyaux de mouton ! Par la suite, lorsque la syphilis est arrivée en Europe, on a recommandé l’usage de protection en étoffe fine, imprégnée d’herbes médicinales. Le préservatif en latex n'est apparu qu’à partir du XIXe siècle. Aujourd’hui, il en existe de très nombreuses sortes, de taille et d’épaisseur variables. Certains sont lubrifiés, colorés ou parfumés… Pour une plus grande sûreté d’utilisation, ils doivent porter la marque NF et une date de péremption. Le risque de transmission du virus du sida a assuré la promotion des préservatifs masculins depuis les années 1980 et de nombreuses campagnes d’information rappellent qu’ils demeurent la seule protection efficace contre cette maladie. Pour les personnes allergiques au latex, il existe des préservatifs masculins en polyuréthane.

Les préservatifs féminins sont plus récents : ils sont apparus au début des années 1990. Ils se présentent sous la forme d’une poche en polyuréthane ou en nitrile qui tapisse la paroi vaginale. Ils comportent un dispositif qui assure leur maintien (deux anneaux souples pour le Femidom). Ils constituent une excellente alternative, notamment lorsque le partenaire masculin est réticent à utiliser un préservatif. Avec un peu d’entraînement, les préservatifs féminins sont faciles à utiliser. Pour un plus grand confort, il est recommandé de les mettre en place quelques heures avant les rapports sexuels. Leur seul inconvénient est d’être un peu… bruyants.

Actualités

Le jeûne et les régimes restrictifs ne sont pas recommandés pour prévenir ou guérir le cancer (illustration).

Cancer : le jeûne et les régimes restrictifs non recommandés faute de démonstration de leur utilité

Les corticoïdes inhalés sont le traitement de fond de référence de l'asthme modéré de l'enfant (illustration).

Asthme de l'enfant : impact de la prise de corticoïdes, inhalés ou non, sur le risque de fractures

Les arrêts cardiaques pendant ou juste après l'amour restent rares (illustration).

Arrêt cardiaque lié à l’acte sexuel : peu fréquent mais de mauvais pronostic malgré la présence d’un