En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le patch contraceptif

Mis à jour : Mardi 03 Octobre 2017

Le dispositif transdermique estroprogestatif (patch)

Le patch contraceptif délivre une association d'estrogène et de progestatif, équivalente à une pilule minidosée à 20 microgrammes d’estrogènes. Ce système peut être utile pour les femmes qui ont tendance à oublier leur pilule. On utilise un patch par semaine durant trois semaines (le patch est changé le même jour de la semaine), suivies d’une semaine sans patch durant laquelle surviennent les règles. Le patch peut être collé sur une fesse, sur le ventre, sur le haut du bras ou sur le torse (dos, épaule), mais jamais sur ou près des seins.

Le mécanisme d'action et les contre-indications sont les mêmes que pour les pilules estroprogestatives. Les études suggèrent que le risque thromboembolique (phlébite) est deux fois plus élevé avec ce dispositif qu'avec les pilules de deuxième génération contenant du lévonorgestrel. Une éventuelle irritation de la peau sous le patch peut être observée.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 22 Mai 2018

Patchs contraceptifs estroprogestatifs

Ce médicament s’obtient sur ordonnance et n'est pas remboursé.

Actualités

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité

Les douleurs éprouvées par de nombreuses femmes pendant des rapports sexuels peuvent d'être d'origine physique et/ou psychologique (illustration).

Douleurs pendant les rapports sexuels (dyspareunies) : diagnostic et prise en charge

La prescription prophylactique d'IPP augmente le risque de pneumonie et de diarrhée à clostridies en soins intensifs

IPP en prévention des saignements digestifs chez les patients hospitalisés : examen de leur utilité