En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le patch contraceptif

Mis à jour : Mardi 03 Octobre 2017

Le dispositif transdermique estroprogestatif (patch)

Le patch contraceptif délivre une association d'estrogène et de progestatif, équivalente à une pilule minidosée à 20 microgrammes d’estrogènes. Ce système peut être utile pour les femmes qui ont tendance à oublier leur pilule. On utilise un patch par semaine durant trois semaines (le patch est changé le même jour de la semaine), suivies d’une semaine sans patch durant laquelle surviennent les règles. Le patch peut être collé sur une fesse, sur le ventre, sur le haut du bras ou sur le torse (dos, épaule), mais jamais sur ou près des seins.

Le mécanisme d'action et les contre-indications sont les mêmes que pour les pilules estroprogestatives. Les études suggèrent que le risque thromboembolique (phlébite) est deux fois plus élevé avec ce dispositif qu'avec les pilules de deuxième génération contenant du lévonorgestrel. Une éventuelle irritation de la peau sous le patch peut être observée.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 19 Octobre 2017

Patchs contraceptifs estroprogestatifs

Ce médicament s’obtient sur ordonnance et n'est pas remboursé.

Actualités

Après un diagnostic initial erroné de diabète de type 2, Theresa May, Premier Ministre britannique, a été diagnostiquée à l'âge de 58 ans d'un diabète de type 1 (illustration : Photographie de Steve Parsons / PA, 2013, The Guardian).

Diagnostic d'un diabète après 30 ans : il faudrait toujours envisager la possibilité d'un type 1

Le jeûne et les régimes restrictifs ne sont pas recommandés pour prévenir ou guérir le cancer (illustration).

Cancer : le jeûne et les régimes restrictifs non recommandés faute de démonstration de leur utilité

Les corticoïdes inhalés sont le traitement de fond de référence de l'asthme modéré de l'enfant (illustration).

Asthme de l'enfant : impact de la prise de corticoïdes, inhalés ou non, sur le risque de fractures