En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

La pilule du lendemain

Mis à jour : Mardi 03 Octobre 2017

La contraception d’urgence

C’est une méthode d’exception utilisable par les femmes dans les 3 à 5 jours qui suivent un rapport non protégé. Elle ne doit pas se substituer aux méthodes contraceptives habituelles. Deux méthodes sont disponibles : la prise d’un contraceptif d'urgence hormonal (la pilule dite « du lendemain ») ou la pose d’un stérilet au cuivre.

    La contraception d’urgence est utilisée notamment dans les cas suivants :
  • oubli ou rupture d’un préservatif ;
  • retard de la prise du comprimé contraceptif habituel au-delà du délai acceptable (voir ce délai dans la notice de votre pilule contraceptive) ;
  • perte d’un stérilet expulsé spontanément ;
  • déplacement ou retrait trop précoce d’un diaphragme vaginal ou d’une cape cervicale ;
  • rapport sexuel non protégé, en l’absence d’autres moyens de contraception. 

La contraception d'urgence hormonale consiste en l’administration unique d’un comprimé de lévonorgestrel (Lévonorgestrel Biogaran, Norlevo) ou d’ulipristal (EllaOne).

Le lévonorgestrel est un progestatif de synthèse. Il retarde l’ovulation et perturbe la nidation de l’œuf éventuel. Sa prise doit intervenir idéalement dans les 12 heures suivant le rapport sexuel non protégé et au maximum dans les 72 heures (trois jours) après celui-ci. Son efficacité varie de 58 à 95 % selon le délai entre le rapport sexuel et la prise du comprimé : plus cette contraception est mise en place tôt, plus elle est efficace. Une contraception mécanique (préservatif, diaphragme, cape) doit être mise en œuvre jusqu’aux règles suivantes. En l’absence de règles cinq à sept jours après la date attendue, il est indispensable d’effectuer un test de grossesse.

De plus, de nouvelles données cliniques ont montré que l’efficacité du lévonorgestrel est réduite chez les femmes dont le poids est supérieur ou égal à 75 kg, et qu'il n'est plus efficace chez les femmes dont le poids est supérieur à 80 kg. Les femmes pesant plus de 80 kg doivent donc utiliser une autre méthode de contraception d'urgence : ulipristal ou dispositif intra-utérin (voir Actualités : Contraception d’urgence avec du levonorgestrel : prendre en compte la diminution d’efficacité en cas de surpoids, 11/2013).

La prise de lévonorgestrel s’accompagne souvent de nausées et de vomissements (il est préférable de prendre le comprimé avec un repas). On observe parfois des maux de tête, des douleurs aux seins, des vertiges ou une certaine fatigue.

L’ulipristal est une substance qui, en se liant aux récepteurs à la progestérone, interfère avec l’ovulation. Il doit être utilisé le plus tôt possible après le rapport sexuel non protégé et au plus tard dans les cinq jours qui suivent. Sa prise est susceptible de réduire l'action d'une contraception hormonale régulière (pilule). Il est donc recommandé d'utiliser une méthode de contraception mécanique (préservatifs) jusqu'aux règles suivantes. Son efficacité est incomplète et varie entre 73 et 85 % selon les études. En cas de retard des règles de plus de sept jours après la date attendue, il est indispensable d’effectuer un test de grossesse.

Les effets indésirables de l’ulipristal les plus fréquents sont des maux de tête, des nausées, des douleurs abdominales et des règles douloureuses.

Le lévonorgestrel et l'ulipristal sont disponibles en pharmacie sans ordonnance (mais une ordonnance est nécessaire pour obtenir le remboursement à 65 %). Pour les jeunes filles mineures, ils sont gratuits dans les pharmacies et les centres du planning familial.

Des études sont également en cours pour évaluer l’efficacité de la mifépristone comme contraceptif d’urgence, durant les cinq jours suivant un rapport sexuel.

La contraception hormonale d’urgence ne peut toutefois être utilisée souvent, car elle perturbe le cycle féminin. Destinée à un usage exceptionnel, elle ne constitue pas une méthode de contraception régulière. Pour mettre en place une contraception régulière, demandez conseil à votre médecin.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 19 Juin 2018

Contraception d'urgence : lévonorgestrel

Contraception d'urgence : ulipristal

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

La pose d'un stérilet au cuivre est une forme de contraception d’urgence qui doit être pratiquée dans les cinq jours suivant le rapport sexuel.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité