En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Que faire en cas d’oubli de la pilule ?

Mis à jour : Mardi 03 Octobre 2017

J’ai oublié ma pilule !

Les mesures à prendre lors d’un oubli de pilule varient selon le type de pilule et la durée écoulée depuis l’oubli (depuis l’heure de prise habituelle).

Pour connaître le type de votre pilule, vous pouvez consulter la liste des pilules estroprogestatives et des pilules microprogestatives.

D’une manière générale, les mesures à prendre sont les suivantes :

  • Si l’oubli date de moins de 12 heures (pilules estroprogestatives ou pilule microprogestative au désogestrel) ou de moins de 3 heures (pilule microprogestative au lévonorgestrel), sauf mention particulière de la notice, il faut prendre immédiatement le comprimé oublié et poursuivre le traitement à l’heure habituelle, même si cela signifie prendre deux comprimés le même jour.
  • Si l’oubli date de plus de 12 heures (pilules estroprogestatives ou pilule microprogestative au désogestrel) ou de plus de 3 heures (pilule microprogestative au lévonorgestrel), sauf mention particulière de la notice :
    • il faut prendre immédiatement le comprimé oublié et poursuivre le traitement à l’heure habituelle, même si cela signifie prendre deux comprimés le même jour ;
    • il faut utiliser, en cas de rapport sexuel dans les sept jours suivants, une seconde méthode de contraception non hormonale (par exemple, préservatifs) ;
    • si la pilule est estroprogestative, et si la période de sept jours avec préservatifs s’étend au-delà du dernier comprimé actif de la plaquette en cours, il ne faut pas prendre les comprimés inactifs et démarrer immédiatement une nouvelle plaquette.
  • S’il y a eu oubli de deux comprimés ou plus, ou si un rapport sexuel a eu lieu dans les cinq jours précédant l’oubli, il est nécessaire de consulter son médecin ou son pharmacien rapidement pour utiliser une méthode de contraception d’urgence.

Les échecs de la pilule

Dans la pratique, les échecs de la contraception orale sont le plus souvent dus aux oublis d’un ou plusieurs comprimés durant le cycle. Une étude conduite sur plusieurs centaines de femmes pendant plusieurs mois indique que les raisons le plus souvent invoquées sont l’éloignement du domicile, le simple oubli ou le fait d’avoir omis d’acheter une nouvelle boîte. Il n’y a pas de différence notable entre les jours de la semaine et le week-end. Dans 20 % des cas, l’oubli porte sur plusieurs jours consécutifs, ce qui accroît notablement le risque de grossesse. En cas de diarrhée ou de vomissements répétés, les hormones contenues dans les pilules risquent de ne pas être suffisamment absorbées et l’effet contraceptif peut disparaître. De la même manière, certains médicaments peuvent diminuer l’efficacité des contraceptifs oraux : il est important de signaler systématiquement à son médecin ou à son pharmacien que l'on prend la pilule.

Contraceptifs : attention aux interactions médicamenteuses
Les contraceptifs hormonaux (pilule, implant…) ne font pas toujours bon ménage avec les autres traitements médicamenteux.
Certaines substances peuvent entraîner une diminution des concentrations en hormones dans le sang et conduire à une baisse de l’efficacité de la contraception : le millepertuis, produit de phytothérapie utilisé dans le traitement des dépressions légères ; les antiépileptiques contenant du phénobarbital, de la phénytoïne, de la carbamazépine ou de la primidone ; les antituberculeux contenant de la rifabutine ou de la rifampicine ; les antifongiques contenant de la griséofluvine ; des antirétroviraux utilisés dans le traitement du sida. Il est recommandé d'utiliser une autre méthode contraceptive (préservatif ou dispositif intra-utérin) pendant toute la durée du traitement et un cycle suivant.
La prise de pilule peut également diminuer l’efficacité de certains médicaments, tel que la lamotrigine.

Actualités

L'étude Vican5 a été réalisée par l'Inserm et publiée le 20 juin 2018 sur le site de l'Inca.

VICAN5 : 5 ans après un diagnostic de cancer, 33 % des patients n’ont pas de suivi en médecine générale

Les troubles de l'érection sont associés à un risque cardiovasculaire deux fois plus élevé chez les hommes de plus de 60 ans (illustration).

Risque cardiovasculaire : nouvelles données favorables à une valeur prédictive de la dysfonction érectile

La téléconsultation sera remboursable pour l'ensemble des Français à partir du 15 septembre 2018 (illustration).

Téléconsultation par vidéo remboursée à partir de septembre 2018, télé-expertise rémunérée début 2019