En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les symptômes et l'évolution de l'endométriose

Mis à jour : Mardi 15 Novembre 2016

Quels sont les symptômes de l'endométriose ?

Lorsqu’elle se manifeste, l’endométriose se traduit essentiellement par des crises de maux de ventre parfois insupportables, en particulier pendant les règles, et des troubles de la fertilité.

Les symptômes observés lors d’endométriose sont dus aux fragments d’endomètre dispersés dans la cavité abdominale. Sous l’action des hormones sexuelles, ces fragments prolifèrent et saignent, ce qui provoque une inflammation locale et l’apparition de kystes, de cicatrices et d’adhérences fibreuses entre les organes de l’abdomen (extérieur de l’utérus, trompes, ovaires, ligaments entre l’utérus et le bassin, rectum, vessie, intestins, diaphragme, péritoine, reins, etc.)

Selon leur localisation, ces fragments vont provoquer des douleurs (par exemple en cas d’adhérences entre deux organes), compromettre la capacité d’avoir un enfant (quand les lésions gênent la rencontre entre l’ovule et les spermatozoïdes, ou lors de kyste ovarien), mais également parfois entraîner une envie d’uriner permanente (quand un fragment perturbe le fonctionnement de la vessie).

Les polypes de l'utérus
Les polypes sont des excroissances de l'endomètre (paroi de l'utérus). Dénués de gravité, ils sont gênants parce qu'ils s'accompagnent parfois de règles abondantes et de saignements. Un traitement à l'aide de progestatifs pendant quelques cycles peut suffire à soulager les symptômes. Lorsque le traitement hormonal n'est pas suffisant ou lorsqu'on suspecte une possible évolution cancéreuse, les polypes sont enlevés ou détruits chirurgicalement.

Les douleurs liées à l'endométriose

Lorsqu’une femme souffre d’endométriose, il est fréquent qu’elle ressente des douleurs dans le bas du ventre, en particulier pendant les règles (mais pas uniquement). Elles sont souvent plus intenses et plus invalidantes que celles habituellement liées aux règles. Elles ne sont pas soulagées par un traitement antalgique de type paracétamol.

Ces douleurs peuvent également toucher le bas du dos, voire une jambe (à la manière des douleurs sciatiques). Elles peuvent être aggravées par les rapports sexuels, la défécation ou le fait d’uriner. Elles ne sont pas proportionnelles à la sévérité de l’endométriose : un seul fragment d’endomètre mal placé peut engendrer des douleurs plus intenses que plusieurs fragments. Fréquemment, elles sont asymétriques (un côté du ventre est plus douloureux que l’autre).

Lorsqu’elles sont chroniques, en l’absence d’un traitement efficace, ces douleurs très invalidantes peuvent être à l’origine de symptômes dépressifs.

L'infertilité liée à l'endométriose

Chez certaines femmes, l’endométriose ne provoque pas de douleurs. La maladie est alors découverte au moment d’un bilan pour un problème d’infertilité. On estime qu’un tiers des cas d’infertilité féminine sont dus à une endométriose.

Les autres symptômes de l'endométriose

Selon la localisation des lésions, l’endométriose peut se traduire par des troubles de la continence urinaire, voire des problèmes pulmonaires ou rénaux.

Comment évolue l'endométriose ?

Sans traitement, l’endométriose tend à s’aggraver avec le temps, en particulier en ce qui concerne les troubles de la fertilité.

À la ménopause, la chute des taux d’estrogènes dans le sang provoque une disparition des symptômes douloureux (de la même manière qu’elle fait cesser les règles) sauf, bien sûr, si un traitement hormonal de substitution est mis en place.

Pendant la grossesse, l’augmentation du taux de progestérone stoppe la prolifération et le saignement des lésions d’endométriose : la maladie cesse jusqu’à l’accouchement, mais peut reprendre une fois les règles revenues.

Dans certains cas, très rares, l’endométriose peut augmenter le risque de développer un cancer des ovaires.

Les femmes qui souffrent d'endométriose peuvent-elles avoir des enfants ?
Avec les techniques actuelles d’aide médicale à la procréation (AMP), on estime qu’environ deux tiers des femmes qui souffrent d’infertilité liée à une endométriose peuvent espérer avoir un enfant. Le taux de réussite de l’AMP chez les femmes atteintes d’endométriose semble sensiblement similaire à celui observé dans les autres formes d’infertilité féminine.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?