En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Gonorrhée (blennorragie)

Mis à jour : Lundi 07 Novembre 2016

Également appelée blennorragie, chaude-pisse ou "chtouille", la gonorrhée est une infection sexuellement transmissible qui touche surtout les moins de trente ans, en particulier les hommes. Parmi les infections sexuellement transmissibles, la gonorrhée est la plus fréquente après celle due aux chlamydies. Une recrudescence des cas est observée depuis quelques années en France (entre 15 et 20 000 nouveaux cas chaque année dont plus de la moitié chez des hommes de moins de 30 ans). Entre 2008 et 2009, le nombre annuel de cas de gonorrhée a augmenté de 50 % en France.

Les symptômes de la gonorrhée

jeune homme

La gonorrhée se traduit par des symptômes qui touchent les organes génitaux, mais aussi le rectum, la gorge et, parfois, les yeux. Quelques jours après la contamination, les symptômes de la gonorrhée apparaissent.

La gonorrhée chez les hommes

Chez certains hommes, la gonorrhée ne provoque pas de symptômes (mais ces personnes restent contagieuses). Lorsque des symptômes apparaissent, les hommes infectés se plaignent de picotements ou de brûlures en urinant, ou d’écoulements blanchâtres au niveau du pénis ou du rectum. Parfois, les testicules sont enflés ou douloureux.

La gonorrhée chez les femmes

La gonorrhée provoque plus rarement des symptômes chez les femmes (dans moins de 25 % des cas). Lorsque c’est le cas, les femmes infectées souffrent de douleurs en urinant ou pendant les rapports sexuels, d’écoulements vaginaux jaunâtres ou sanguinolents et de maux de ventre.

Les complications de la gonorrhée

En l’absence de diagnostic et de traitement, l’infection gonococcique peut évoluer vers des formes compliquées.

Chez l’homme, une gonorrhée non traitée peut provoquer une inflammation de la prostate ou de l’épididyme (le cordon situé au-dessus de chaque testicule). Ces complications peuvent être à l’origine de problèmes d’infertilité.

Chez la femme, les complications sont plus fréquentes car la gonorrhée est souvent sans symptôme. Après quelques mois à quelques années, une gonorrhée non traitée peut provoquer des maux de ventre chroniques et une inflammation de l’utérus et des trompes de Fallope à l’origine d’infertilité ou de grossesses ectopiques (hors de l’utérus). Pendant la grossesse, la gonorrhée peut être transmise de la mère au nouveau-né au moment de l'accouchement et provoquer une infection des yeux chez le nouveau-né pouvant entraîner une cécité.

La gonorrhée expose également à un risque accru d’infection par le VIH/sida (estimé 3 à 6 fois supérieur).

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères