En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le diagnostic et le traitement de la gonorrhée

Mis à jour : Lundi 07 Novembre 2016

Comment diagnostique-t-on la gonorrhée ?

Le diagnostic de la gonorrhée se fait à partir d’une analyse d’urine ou d’un prélèvement fait en passant un coton-tige (écouvillon) sur les organes touchés (urètre, vagin, rectum, gorge). Ce prélèvement est envoyé dans un laboratoire d’analyse pour identifier la bactérie et de rechercher une éventuelle résistance au traitement antibiotique.

En cas de diagnostic de gonorrhée, un dépistage des autres infections sexuellement transmissibles (IST) est recommandé. De plus, le patient est invité à contacter ses partenaires sexuels récents afin qu’ils fassent un test de dépistage et reçoivent, le cas échéant, un traitement antibiotique. Il faut s’abstenir de tout rapport sexuel non protégé dans la semaine qui suit la prise d'un traitement en dose unique ou pendant toute la durée du traitement si celui-ci est plus long.

Comment soigne-t-on la gonorrhée ?

L'émergence de souches de gonocoques multirésistantes

Le gonocoque, à la différence des autres agents responsables d’infections sexuellement transmissibles, a la particularité d’acquérir très rapidement différents mécanismes de résistance aux antibiotiques. Les cas de résistance se multiplient, en lien avec un usage inapproprié ou abusif de ces médicaments.

Le choix de l’antibiotique doit être guidé par des informations locales concernant d'éventuelles résistances, d'où l'importance de suivre la sensibilité des souches dans chaque pays.

Les recommandations sur le traitement de la gonorrhée

Le traitement des infections à gonocoques repose habituellement sur l'administration d’une céphalosporine en dose unique : soit la ceftriaxone par voie injectable, soit la céfixime par voie orale. Dans certains cas particuliers, un traitement plus long peut être indiqué.

Du fait de l'émergence de nombreuses souches résistantes aux quinolones, cette famille d’antibiotiques n’est plus prescrite qu'après le résultat de l'antibiogramme.

Les personnes ayant une gonorrhée sont systématiquement traitées contre les chlamydies car ces deux infections sexuellement transmissibles sont souvent associées.

En cas persistance des symptômes plus de 3 jours après l'administration de l'antibiotique, il faut revoir son médecin pour une adaptation éventuelle du traitement. Dans tous les cas, une visite de contrôle est recommandée une semaine après le traitement pour s'assurer de la guérison.

Légende
Médicament générique

Actualités

La campagne #MeToo, lancée en octobre 2017 suite à l'affaire Weinstein, vise à sensibiliser la société sur la fréquence et l'impact dévastateur du harcèlement et des agressions sexuelles.

Harcèlement sexuel et agressions sexuelles des femmes : étude des risques santé à long terme

Examen clinique de la glande thyroïde (illustration).

Hypothyroïdie fruste sans facteur de risque : 21 essais randomisés confirment l’inutilité d’un traitement

L'escatilopram pourrait réduire les complications cardiaques chez les patients dépressifs après un accident coronarien (illustration).

Dépression après un syndrome coronarien aigu : prendre un antidépresseur améliore-t-il le risque cardiaque