En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Herpès génital

Mis à jour : Mardi 15 Novembre 2016

L'herpès génital est une infection sexuellement transmissible chronique, le plus souvent due à un virus voisin de celui qui provoque l'herpès du visage et de la bouche (« bouton de fièvre »). Une fois la personne infectée, des crises d'herpès génital peuvent survenir tout au long de la vie. Les traitements sont efficaces pour soulager les crises mais la personne continuera à héberger le virus de l'herpès génital toute sa vie.

Qui est touché par l'herpès génital ?

jeune femme

En France, on estime que 270 000 personnes souffrent de crises d’herpès génital chaque année, avec environ 36 000 nouveaux cas diagnostiqués par an. Les femmes sont plus touchées que les hommes par cette maladie (17 % des femmes adultes contre 14 % des hommes adultes). En effet, le risque de transmission du virus de l’herpès génital est quatre fois plus élevé lorsque le partenaire contaminant est un homme.

On estime que 60 % des personnes infectées par le virus de l’herpès génital n’en ont pas conscience, soit par absence de symptômes, soit par confusion avec d’autres infections de la peau.

Les personnes qui ont de nombreux partenaires sexuels et celles dont le système immunitaire est affaibli (chimiothérapie anticancéreuse, VIH/sida, personnes greffées, etc.) sont plus à risque d’être infectées par le virus de l’herpès génital.

Les symptômes de l'herpès génital

Une à trois semaines après avoir été infecté par le virus de l’herpès, des symptômes plus ou moins importants apparaissent, c’est la « primo-infection ». Une fois celle-ci guérie, des crises d’herpès (les « poussées ») peuvent survenir à tout moment.

Les symptômes de la primo-infection d'herpès génital

La primo-infection herpétique chez les hommes

Chez l’homme, la primo-infection d’herpès génital se traduit par une inflammation du gland, du prépuce, de l’urètre ou de l’anus, avec des démangeaisons et une sensation fugace de brûlure.

Un à deux jours après le début de ces symptômes, de petites vésicules (de toutes petites bulles de liquide clair) apparaissent là où se trouvaient les démangeaisons. Ces vésicules éclatent pour laisser place à de petites plaies et, rapidement, des croûtes. Les ganglions de l'aine sont gonflés et douloureux. Les symptômes disparaissent en une huitaine de jours.

La primo-infection herpétique chez les femmes

Chez la femme, la primo-infection d’herpès génital est généralement plus sévère que chez l’homme. Des lésions similaires à celles observées chez les hommes se trouvent sur la vulve, les parois du vagin, le col de l’utérus ou l’anus.

Fréquemment, ces symptômes s'accompagnent de fièvre et de fatigue.

Les symptômes des poussées d'herpès génital

Les poussées d’herpès génital ressemblent aux symptômes de la primo-infection, mais d’une moindre sévérité. Aux démangeaisons et picotements succède l’apparition de vésicules, puis de suintements formant des croûtes.

Les lésions guérissent habituellement en une semaine, plus rapidement si un traitement médicamenteux est mis en place.

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères