En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les causes de l'herpès génital

Mis à jour : Mardi 15 Novembre 2016

Les causes de l'herpès génital

L’herpès génital est dû à un virus, le plus souvent le virus de l’herpès simplex 2 (HSV-2). Ce virus est différent de celui qui provoque l’herpès du visage et de la bouche (l’HSV-1). Cependant, dans certains cas, l’herpès génital peut être dû à l’HSV-1 (mais il est rarissime que l’herpès du visage soit dû à l’HSV-2). Cela semble être le cas chez 20 % des femmes et 9 % des hommes souffrant d’herpès génital. L’herpès génital dû à l’HSV-1 semble provoquer des crises moins sévères et moins fréquentes que l’herpès génital dû à l’HSV-2.

Pendant la primo-infection, le virus remonte le long des nerfs depuis les organes génitaux jusqu’aux ganglions nerveux situés au bas du dos. Il reste dans ces ganglions, à l'état latent, entre les poussées ce qui explique la nature chronique de l’herpès génital.

Comment se transmet la maladie ?

Le virus de l’herpès se transmet par contact direct avec les vésicules présentes sur les parties génitales (vulve, pénis) ou anales lors de relations intimes avec ou sans pénétration. La contamination peut également se faire par des doigts souillés.

Il existe également un risque de transmission entre mère et fœtus pendant la grossesse ou lors de l’accouchement si des lésions sont présentes sur les organes génitaux.

En revanche, il n’existe pas de risque de contagion en se baignant dans une piscine ou en s’asseyant sur le siège des toilettes.

Les facteurs qui favorisent une poussée d'herpès génital

    Divers facteurs peuvent déclencher une poussée d’herpès génital :
  • la fatigue,
  • le stress,
  • la fièvre,
  • les règles,
  • les rapports sexuels,
  • les rayons ultra-violets naturels ou artificiels,
  • l’irritation des zones génitales,
  • les traitements à la cortisone ou les chimiothérapies.

Chez certaines personnes, le décalage horaire ou l'excès de boissons alcoolisées peuvent également déclencher des poussées d'herpès génital.

Actualités

Suppléments d'oméga-3 (illustration).

Prévention secondaire du risque cardiovasculaire : l’intérêt d’une supplémentation en Oméga-3 reste encore

Taux de consultations pour syndrome grippal pour 100 000 habitants en 2015-2016, 2016-2017 et 2017-2018 (provisoire).

Épidémie de grippe : ralentissement de la décrue, premiers enseignements français et européens

Agnès Buzyn au micro de France Inter le 14 février 2018 (capture d'écran).

Rougeole : la DGS et Agnès Buzyn appellent les Français non vaccinés "à faire un rattrapage"