En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les facteurs de risque pour le VIH/sida

Mis à jour : Vendredi 04 Octobre 2019

Hormis le cas particulier de la grossesse et de l'allaitement, les facteurs de risque pour l'infection par le VIH/sida sont ceux qui favorisent le contact des muqueuses avec le sang (y compris le sang des règles) et les sécrétions sexuelles (sperme et sécrétions vaginales). Par muqueuses, on entend la surface de l'intérieur de la bouche, de la gorge, du vagin et du rectum, ainsi que celle du gland et de la conjonctive (yeux). Le VIH ne traverse pas la peau saine (mais peut pénétrer par le biais d'une plaie, d'une coupure ou d'une piqûre).

Les comportements à risque pour l'infection par le VIH

Les comportements suivants exposent au risque d’être contaminé par le VIH :

  • avoir des relations sexuelles non protégées avec une personne infectée par le VIH, en particulier si celle-ci a été récemment infectée (phase de primo-infection, voir Symptômes) ou si elle ne reçoit pas de traitement contre le VIH. Par relations non protégées, on entend des relations anales, vaginales ou orales sans préservatif ou digue dentaire (une feuille de latex utilisée pour se protéger lors de contact entre la bouche et la vulve ou l’anus) ;
  • partager du matériel d’injection lorsqu’on est usager de drogues injectables ;
  • se faire tatouer ou percer avec du matériel insuffisamment stérilisé ;
  • partager des instruments coupants ou personnels avec une personne infectée par le VIH (rasoir, coupe-ongles, lime, brosse à dents, accessoires sexuels, etc.).
La fellation non protégée est-elle contaminante ?
La question du risque lié à la fellation sans préservatif est celle qui est le plus souvent posée aux services d'information téléphonique sur le VIH/sida. Le risque de contamination par le VIH lors de fellation non protégée existe, en particulier si le partenaire a été récemment contaminé ou s'il présente des ulcères sur les organes génitaux. Ce risque existe également si la personne qui pratique la fellation souffre d'ulcères ou d'aphtes dans la bouche. Néanmoins, le risque d'être contaminé lors d'une fellation est moindre que lors d'une pénétration non protégée.

Les comportements qui ne sont PAS à risque pour le VIH

Le VIH ne se transmet PAS par simple contact (par exemple une poignée de main ou un massage), ni par la sueur ou les larmes. Il ne se transmet PAS en s’asseyant sur le siège des toilettes, ni en partageant de la nourriture, de la vaisselle, du linge ou un téléphone. De plus, le VIH n’est PAS transmis par les insectes piqueurs.

Peut-on être infecté par le VIH au cours d'un baiser ?
Chez une personne infectée par le VIH, la salive n'est pas contaminante. Néanmoins, lors de baiser profond, une contamination est en théorie possible si les deux personnes souffrent d'ulcères ou de lésions de la bouche (avec passage de sang de l'un à l'autre). Ce risque reste théorique et il n'a jamais été possible de démontrer ce type de transmission.

Les personnes qui sont plus exposées au VIH

Certaines personnes ont, du fait de leur passé médical ou de leur profession, un risque plus élevé d’être contaminées par le VIH :

  • les professionnels qui sont exposés au sang ou aux autres sécrétions contaminantes (professionnels de santé, pompiers, policiers, gardiens de prison, etc.) ;
  • les personnes qui ont reçu une transfusion sanguine ou une transplantation d’organes avant 1985 ;
  • les enfants nés d’une mère infectée par le VIH qui n’a pas reçu de traitement pendant la grossesse.

La transmission du VIH pendant la grossesse et l'allaitement

Une femme enceinte infectée par le VIH et sans traitement peut transmettre le virus à son enfant. Cette contamination a plutôt lieu en fin de grossesse ou lors de l’accouchement. De plus, l’allaitement maternel est un mode de transmission du VIH.

Aujourd’hui, en France, le dépistage du VIH est systématiquement fait chez la femme enceinte et les mères infectées reçoivent un traitement contre le VIH qui est compatible avec le développement du fœtus. Dans certains cas, un traitement antiviral par perfusion est également mis en place avant et pendant l’accouchement.

Grâce à ces mesures, la naissance d’enfants infectés par le VIH est devenue extrêmement rare dans les pays industrialisés et l’infection par le VIH n’est plus un obstacle à la maternité.

Transmission du VIH et circoncision

Des études récentes ont montré que les hommes hétérosexuels circoncis ont moins de risque d’être contaminés par le VIH lors de rapports sexuels. Néanmoins, la circoncision ne doit pas être considérée comme un moyen de prévention de l’infection par le VIH et les hommes circoncis doivent continuer à se protéger lors de tout rapport sexuel avec une personne dont ils ignorent si elle est infectée par le VIH.

Actualités

La vaccination contre la grippe par les pharmaciens pourra débuter en officine dès la campagne antigrippale 2019-2020 (illustration).

Vaccination contre la grippe et téléconsultation à l'officine : quelle rémunération pour les pharmaciens

Hommage à Jean-Philippe, notre ami et notre collègue, qui nous a quittés bien trop tôt.

Poussière d’étoiles...

Les pharmaciens d'officine pourront proposer la vaccination contre la grippe à partir de la saison grippale 2019/2020, sous réserve de respecter les obligations réglementaires (illustration).

Vaccination contre la grippe par les pharmaciens : les dispositions réglementaires publiées au Journal...