En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

La phytothérapie dans le traitement de la ménopause

Mis à jour : Mardi 08 Novembre 2016

Quelles plantes pour soulager les signes de la ménopause ?

phytothérapie

Certaines plantes peuvent être proposées pour soulager des troubles attribués à la ménopause, tels que les bouffées de chaleur et les troubles de l’humeur. Les plantes les plus utilisées sont celles contenant des phytoestrogènes, des substances ayant des effets proches des hormones féminines (estrogènes). Elles compenseraient partiellement la chute des estrogènes produits par les ovaires.

L’actée à grappes noires pour soulager les signes de la ménopause

Le rhizome de l’actée à grappes noires (ou cimicifuga) contient des tanins, de l’acide fukinolique et des triterpènes glucosidiques (actéine et cimicifugoside). La présence d’isoflavones (des phytoestrogènes) a été évoquée. L’usage de l’actée à grappes noires dans le traitement des symptômes gênants de la ménopause est considéré comme cliniquement prouvé. Les études les plus récentes émettent l’hypothèse que les effets de l’actée à grappes noires seraient d’ordre psychologique plutôt qu’hormonal. Des études complémentaires sont nécessaires pour confirmer cette hypothèse.

Les phytoestrogènes dans le traitement de la ménopause
De nombreuses femmes prennent des comprimés ou des gélules à base de soja (Glycine max) pour atténuer les effets de la ménopause. En effet, le soja renferme des isoflavones, également appelées phytoestrogènes ou estrogènes végétaux. D’autres plantes, comme le trèfle rouge (Trifolium pratense) ou l’actée à grappes noires contiennent une autre famille de phytoestrogènes, les lignanes.
Les phytoestrogènes semblent moins efficaces que les estrogènes de synthèse : ils ne soulageraient que 30 % des femmes contre 70 % pour les produits de synthèse. De plus, les phytoestrogènes n’ont fait l’objet d’aucune étude clinique sur leur utilisation à long terme.

Le houblon pour soulager les signes de la ménopause

Les cônes de houblon sont proposés pour lutter contre les effets de la ménopause, en particulier les bouffées de chaleur. Ils contiennent des phytoestrogènes (par exemple la 8-prénylnaringénine). Des études semblent indiquer une certaine efficacité du houblon contre les bouffées de chaleur liées à la ménopause.

Les graines de lin contre la ménopause

Les graines de lin fournissent des acides gras oméga-3 et des lignanes qui réduiraient les bouffées de chaleur.

Deux études cliniques, menées aux États-Unis et au Québec, ont étudié l'effet des graines de lin, à raison de trois cuillerées à soupe par jour, sur les bouffées de chaleur. Elles ont montré des résultats contradictoires qui ne permettent pas de se prononcer sur leur efficacité.

La sauge officinale pour soulager les signes de la ménopause

La sauge officinale est utilisée pour lutter contre la transpiration excessive ainsi que les sueurs nocturnes liées à la ménopause. Plusieurs petites études suggèrent des effets sur l’excès de transpiration. Mais dans l’ensemble, son usage s’appuie sur la tradition.

Les autres plantes pour soulager les signes de la ménopause

Les autres plantes proposées contre les troubles de la ménopause sont le ginseng, l’igname sauvage ou yam (Dioscorea villosa), le trèfle rouge (Trifolium pratense), l’achillée millefeuille (Achillea millefolium) ou le gattilier.

Existe-t-il des risques à soulager les signes de la ménopause par les plantes ?

  • Les recommandations officielles déconseillent aux femmes qui ont des antécédents de cancer du sein ou de l’utérus de prendre des plantes contenant des phytoestrogènes.
  • Mieux vaut éviter de cumuler plusieurs sources de phytoestrogènes.
  • De plus, la prise prolongée de phytoestrogènes n'a fait l'objet d'aucune étude. Elle ne devrait s'effectuer que sous contrôle médical. Les durées de traitement sont généralement limitées à quelques mois.
  • Un excès de graines de lin entraîne un inconfort intestinal et parfois de la diarrhée.

Actualités

Le guide publié par le RESPADD propose aux professionnels les informations nécessaires pour un bon usage des médicaments antalgiques opioïdes.

Bon usage des médicaments antalgiques opioïdes : le RESPADD publie un guide pratique

Les propriétés antiagrégantes plaquettaires de l\\\'aspirine ont été découvertes en 1967 (illustration).

Seniors en bonne santé : prendre de l'aspirine à faible dose est-il utile ?

Prise en charge des personnes vivant avec le VIH : la HAS publie un guide à destination des médecins généralistes.

Prise en charge des personnes vivant avec le VIH : un guide de la HAS pour les médecins généralistes