La prévention et le traitement de la mycose vaginale

Mis à jour : Mardi 05 Juin 2018

Comment prévenir la mycose vaginale ?

Evitez les endroits humides et les bains prolongés en piscine ou dans les jacuzzis. Préférez la douche au bain. Séchez-vous soigneusement les muqueuses génitales.

Portez des vêtements amples, en coton ou en matière naturelle.

Utilisez des préservatifs tant que vous avez des pertes provoquant des démangeaisons.

Evitez les savons acides ou trop détergents pour la toilette intime. Préférez les gels ou savons adaptés. Certains soins gynécologiques vendus en pharmacie ou parapharmacie permettent une toilette intime quotidienne sans altération de la flore vaginale normale. Ils contiennent le plus souvent une base lavante douce associée à des agents adoucissants et calmants. Ils permettent dans certains cas de diminuer les démangeaisons et autres sensations douloureuses.

Comment soigner une mycose vaginale ?

En cas de candidose vaginale, les médicaments antifongiques par voie vaginale (ovules ou capsules à introduire dans le vagin) sont privilégiés. En cas d'atteinte de la vulve, il est recommandé de compléter le traitement vaginal par l'application d'une crème antifongique. Les différents antifongiques de la famille des imidazolés actifs sur la levure Candida albicans sont d’efficacité équivalente.

Certains médicaments antifongiques peuvent être achetés sans ordonnance. Ils ne doivent être utilisés que si la personne a déjà été traitée pour une mycose vaginale et qu'elle présente les mêmes signes. Dans les autres cas, il est préférable qu'un diagnostic soit fait par un médecin avant de commencer le traitement.

Le partenaire sexuel doit également être traité.

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

En cas de candidose vaginale récidivante, le médecin peut prescrire un antifongique (fluconazole) par voie orale. Le traitement est à prendre le jour de la récidive, en prise unique, en association avec un ovule antifongique.

Actualités

Traquer le SARS-CoV-2 dans les stations d'épuration (illustration).

Lire dans les eaux usées : une autre arme contre la COVID-19

Représentation en 3D de papillomavirus humains (illustration).

Cancer du col de l'utérus : le test HPV recommandé pour le dépistage chez les femmes de 30 ans et plus

Des études de séroprévalence en cours dans la COVID-19 (illustration).

Tests sérologiques de la COVID-19 : une interprétation qui n'est pas si simple