En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les causes des règles douloureuses

Mis à jour : Mardi 15 Novembre 2016

Les douleurs des règles peuvent apparaître soit à l’adolescence dans les mois suivant les premières règles (dysménorrhée primaire), soit au cours de la vie adulte (dysménorrhée secondaire). Leurs causes sont habituellement différentes.

Quelles sont les causes d’une dysménorrhée primaire ?

Chez l’adolescente, la douleur peut provenir de contractions utérines pendant les règles dues à un excès de prostaglandines. Dans ce cas, les douleurs de règles s’atténuent au fil des mois et sont soulagés par un traitement antalgique ou anti-inflammatoire.

Si les douleurs s’intensifient au cours du temps, une autre cause doit être envisagée : une anomalie congénitale (hymen non perforé, malformation du col ou de l’utérus par exemple), endométriose de l’adolescente ou de troubles hormonaux d’origine ovarienne (sécrétion de progestérone insuffisante).

Quelles sont les causes d’une dysménorrhée secondaire  ?

    Les douleurs des règles qui surviennent plus tard chez la femme adulte peuvent être dues à :
  • une endométriose (développement de muqueuse utérine dans un organe où elle ne devrait pas se trouver, trompes de Fallope, ovaires, vagin, vessie, cavité abdominale, etc.),
  • une infection génitale chronique,
  • des troubles ovariens,
  • des polypes de l’utérus, etc.

De ce fait, elles justifient un examen médical soigneux.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité